Retour aux résultats Version imprimable

Piopolis
Nécessite l'installation du plugiciel Google Earth

Origine et signification Sûrement l'un des noms municipaux les plus originaux du Québec, Piopolis (prononcé [piôpolice]) a pour signification littérale ville de Pie, du latin pius, pie [pieux] et du grec polis, ville. Cette étymologie a pour support concret le fait que d'anciens zouaves pontificaux, défenseurs du pape Pie IX (1846-1878), lors de la troisième tentative de Giuseppe Garibaldi de prendre Rome en 1867, sont à l'origine de ce charmant petit endroit de l'Estrie. Toutefois, on a beaucoup exagéré leur rôle véritable dans la fondation de la paroisse, car on en comptait sept en 1871 et deux qui cultivaient la terre en 1873. Or à cette date, on estime à 130 le nombre total de colons établis. D'abord créé en 1880, comme municipalité du canton de Marston-Partie-Sud, nom qui évoque un village d'Angleterre, l'endroit n'allait prendre son nom actuel qu'en 1958, encore qu'un bureau de poste ouvert en 1872 et une paroisse religieuse érigée la même année, Saint-Zénon-de-Piopolis, véhiculaient déjà cette appellation. À leur départ pour Rome, monseigneur Bourget avait fait remettre à chaque zouave une relique de saint Zénon, alors réputé pour ses miracles. Ainsi doit s'expliquer le nom de la paroisse. C'est sous l'égide de la Société générale de colonisation de Montréal, animée par l'abbé Edmond Moreau, que les zouaves déjà évoqués se sont installés à Piopolis. Rappelons qu'il s'agit d'un corps d'infanterie français fondé en 1831 en Algérie auquel Pie IX a fait appel pour résister aux Garibaldiens désirant refaire l'unité de l'Italie. En 1868, 135 Canadiens français volontaires partent pour l'Italie et reviendront en 1871. Il faut toutefois signaler que quelques Écossais avaient déjà précédé les zouaves, occupant notamment la partie nord du canton de Marston et que la venue de ces militaires, fort importante sur le plan idéologique, mais assez faible numériquement, a été l'occasion d'affrontements alimentés par des divergences religieuses, linguistiques et un climat politique explosif. On retrouve ce coquet endroit à 98 km à l'est de Sherbrooke, au sud de Lac-Mégantic, contigu à Frontenac. Le décor piopolissois a été planté au fond d'une baie minuscule, la baie de Piopolis. Il est niché sur le bord de la rive ouest du lac Mégantic, de la pointe de l'Ermite, au nord, jusqu'à 3 km au sud du lac. Un hameau local où subsistent quelques maisons, et dont la constitution remonte à la fondation de la paroisse, a pour dénomination pertinente Vieux-Piopolis ou Vieux-Village.

Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1968-12-05

Spécifique Piopolis

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Estrie

Municipalité régionale de comté (MRC) Le Granit

Municipalité Piopolis (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 30020

Longitude ouest     Latitude nord 70° 54' 00" 45° 29' 00"

Coordonnées décimales -70.9, 45.48333

Carte topographique 1/50 000 21E/07

Carte topographique 1/20 000 21E/07-0201

Ancien nom

  • Marston Mills  (Municipalité)

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : octobre 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012