Retour aux résultats Version imprimable

Saint-Jean-de-l'Île-d'Orléans
La Commission de toponymie décline toute responsabilité quant à l'exactitude des fonds de carte (ex. : le tracé des frontières, qui n'est pas conforme à la position du gouvernement du Québec) et de la nomenclature qui y figure.

Origine et signification Avec Sainte-Famille, la municipalité de Saint-Jean-de-l'Île-d'Orléans, qui se déploie sur 11 km depuis la rivière Maheu jusqu'à la rivière Dauphine, qui la sépare de Saint-François, dans l'île d'Orléans, constitue l'une des plus étendues des municipalités de l'île. Implantée sur le côté sud de celle-ci, à l'est de Saint-Laurent, elle témoigne d'une remarquable vocation agricole et maritime passée. Au XIXe siècle, l'importance de sa population en faisait la capitale de l'île. Mission desservie par le curé de Sainte-Famille à compter de 1680, Saint-Jean-Baptiste accédera au statut de paroisse en 1714 et fera l'objet d'une reconnaissance civile en 1722. Très tôt, en 1689, le nom Saint-Jean est consigné sur une carte de Villeneuve, puis en 1709 dans un document de même nature produit par Gédéon de Catalogne. On s'accorde à croire que ce nom évoque Jean de Lauson, né vers 1620, sénéchal de Nouvelle-France et fils du gouverneur de Lauson, tué à l'embouchure de la rivière Maheu en 1661 par les Iroquois. Toutefois, on peut pencher aussi pour une attribution d'inspiration religieuse compte tenu de l'omniprésence hagionymique dans l'île et du choix de Jean-Baptiste comme patron de la paroisse. Quoi qu'il en soit, la municipalité créée en 1845 portera le nom de Saint-Jean, Isle d'Orléans, le bureau de poste celui de Saint-Jean-d'Orléans (1852) et la municipalité de paroisse érigée à nouveau en 1855 celui de Saint-Jean-Baptiste. Dans ce dernier cas, l'usage a cependant consacré la forme abrégée Saint-Jean. En 2003, la municipalité de la paroisse de Saint-Jean devenait la municipalité de Saint-Jean-de-l'Île-d'Orléans. Colonisée au début du XVIIe siècle, Saint-Jean-de-l'Île-d'Orléans verra naître en 1912 Jean-Charles Bonenfant, directeur de la bibliothèque de la Législature québécoise et grand animateur de la réforme parlementaire, décédé en 1977. L'église, le manoir Mauvide-Genest, plusieurs maisons et granges disposent d'un statut patrimonial et ont fait l'objet d'un classement.

Date d'officialisation 2003-05-07

Spécifique Saint-Jean-de-l'Île-d'Orléans

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Capitale-Nationale

Municipalité régionale de comté (MRC) L'Île-d'Orléans

Municipalité Saint-Jean-de-l'Île-d'Orléans (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 20015

Longitude ouest     Latitude nord 70° 54' 00" 46° 55' 00"

Coordonnées décimales -70.9, 46.91666

Carte topographique 1/50 000 21L/15

Carte topographique 1/20 000 21L/15-0201

Ancien nom

  • Saint-Jean  (Municipalité de paroisse)

    Il est à noter que le nom et le statut de cette municipalité ont été changés le 5 avril 2003. En effet, à cette date, la municipalité de la paroisse de Saint-Jean est devenue la municipalité de Saint-Jean-de-l'Île-d'Orléans. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire la municipalité alors qu'elle était encore identifiée sous l'ancien statut et l'ancienne dénomination. Avec Sainte-Famille, la municipalité de la paroisse de Saint-Jean, qui se déploie sur 11 km depuis la rivière Maheu jusqu'à la rivière Dauphine, qui la sépare de Saint-François, dans l'île d'Orléans, constitue l'une des plus étendues des municipalités de l'île. Implantée sur le côté sud de celle-ci, à l'est de Saint-Laurent, elle témoigne d'une remarquable vocation agricole et maritime passée. Au XIXe siècle, l'importance de sa population en faisait la capitale de l'île. Mission desservie par le curé de Sainte-Famille à compter de 1680, Saint-Jean-Baptiste accédera au statut de paroisse en 1714 et fera l'objet d'une reconnaissance civile en 1722. Très tôt, en 1689, le nom Saint-Jean est consigné sur une carte de Villeneuve, puis en 1709 dans un document de même nature produit par Gédéon de Catalogne. On s'accorde à croire que ce nom évoque Jean de Lauson, né vers 1620, sénéchal de Nouvelle-France et fils du gouverneur de Lauson, tué à l'embouchure de la rivière Maheu en 1661 par les Iroquois. Toutefois, on peut pencher aussi pour une attribution d'inspiration religieuse compte tenu de l'omniprésence hagionymique dans l'île et du choix de Jean-Baptiste comme patron de la paroisse. Quoi qu'il en soit, la municipalité créée en 1845 portera le nom de Saint-Jean, Isle d'Orléans, le bureau de poste celui de Saint-Jean-d'Orléans (1852) et la municipalité de paroisse érigée à nouveau en 1855 celui de Saint-Jean-Baptiste. Dans ce dernier cas, l'usage a cependant consacré la forme abrégée Saint-Jean. Colonisée au début du XVIIe siècle, Saint-Jean verra naître en 1912 Jean-Charles Bonenfant, directeur de la bibliothèque de la Législature québécoise et grand animateur de la réforme parlementaire, décédé en 1977. L'église, le manoir Mauvide-Genest, plusieurs maisons et granges disposent d'un statut patrimonial et ont fait l'objet d'un classement.

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : mars 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012