Retour aux résultats Version imprimable

Rivière L'Acadie
Nécessite l'installation du plugiciel Google Earth

Origine et signification Ce cours d'eau a porté différents noms correspondant à divers secteurs de son cours. Ainsi, en 1673, lors des premières concessions de la seigneurie de Chambly située à son embouchure, cet affuent du Richelieu est nommé « Rivière de Mont Royal ». Il semble que, dès le Régime français, la rivière porte le nom de « Rivière des Morelles » dans la partie sud (haute) de son cours. Ce toponyme évoque le milieu phytogéographique régional puisque la morelle est une plante sauvage que l'on retrouve encore sur les rives de la rivière. La morelle est une plante de la famille des solanacées (qui comprend la pomme de terre) et il semble que c'est la morelle noire (solanum nigrum) qui peuple les abords du cours d'eau. Son fruit, une baie noire, entre dans la fabrication de baumes et d'onguents médicinaux. Au début du XIXe siècle, le spécifique est déformé et le cours d'eau est appelé « Rivière des Morales ». Après la Conquête, il appert que les nouveaux colonisateurs britanniques traduisent fort incorrectement le toponyme par « Montreal River ». Cette hypothèse n'est toutefois pas vérifiée puisque cette traduction peut être celle de « Rivière de Mont Royal ». Dès l'arrivée des premiers francophones dans le Haut-Richelieu, le cours d'eau est nommé « Rivière de Montréal » et « Petite rivière de Montréal ». À partir du milieu du XIXe siècle, la portion de la rivière du secteur de Sainte-Marguerite-de-Blairfindie porte le nom de « Rivière de l'Acadie » dans les parages de laquelle des Acadiens exilés se sont établis à compter de 1768, alors que les sections situées en amont et en aval gardent le nom de « Petite rivière de Montréal ». Ils avaient en effet baptisé leur terre d'adoption « La Cadie », « La Petite Cadie » ou « La Nouvelle-Cadie » en souvenir de leur pays d'origine, l'ancienne Acadie. En 1965, la Société historique de la Vallée du Richelieu fait officialiser par la Commission de géographie du Québec l'hydronyme « Rivière L'Acadie », bien que Petite rivière Montréal demeure d'un usage répandu. Quant au nom « Acadie » lui-même et au territoire qu'il désigne, en voici l'histoire succincte. En 1524, le Florentin Giovanni da Verrazzano (1485?-1528) explore la côte est de l'Amérique du Nord. Il a baptisé du nom d'Arcadie la région du Maryland et de la Virginie, « vu la beauté de leurs arbres ». Ce nom apparaît pour la première fois en 1548 sur une carte de Gastaldo. Selon Marcel Trudel, historien et professeur, Arcadie est un « toponyme qu'on transportera vers le nord pour le transformer, sous l'influence de consonances micmaques, en Acadie ». Le nom fait allusion à une région de l'ancienne Grèce, riche sur les plans mythologique et littéraire, souvent présentée comme la contrée par excellence de la sérénité et du bonheur. Plus tard, durant l'année 1604, Samuel de Champlain visite l'Acadie au nom de la France et fixe l'orthographe actuelle en laissant tomber le R. On appelle à ce moment-là Acadie ce qui est aujourd'hui la péninsule de la Nouvelle-Écosse. L'année suivante, les Français fondent Port-Royal et commencent la colonisation de l'Acadie, qui s'échelonne sur une grande partie du XVIIe siècle. En 1713, en vertu du traité d'Utrecht, l'Acadie est cédée à l'Angleterre. Puis survient le Grand Dérangement. Durant la Déportation, dont la première vague se déroule entre 1755 et 1757, près d'une dizaine de milliers d'Acadiens sont déportés dans les colonies britanniques de la côte américaine, parce qu'ils refusent de prêter serment d'allégeance à la Couronne britannique. Finalement, en 1763, le traité de Paris octroie définitivement l'Acadie aux Britanniques. De nos jours, l'Acadie correspond essentiellement aux régions du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et de l'Île-du-Prince-Édouard qu'habitent les descendants des habitants de l'ancienne Acadie française.

Source : Itinéraire toponymique de la Vallée-du-Richelieu, 1984.

Date d'officialisation 1968-12-05

Spécifique L'Acadie

Générique (avec ou sans particules de liaison) Rivière

Type d'entité Rivière

Région administrative Montérégie

Municipalité régionale de comté (MRC) La Vallée-du-Richelieu

Municipalité Carignan (Ville)

Code géographique de la municipalité 57010

Longitude ouest     Latitude nord 73° 16' 09" 45° 29' 01"

Coordonnées décimales -73.26917, 45.48361

Carte topographique 1/50 000 31H/06

Carte topographique 1/20 000 31H/06-0201

Ancien nom

  • Rivière Montréal

    La rivière L'Acadie (nom officiel) est également connue sous d'autres noms, dont ceux de Rivière Montréal, de Rivière de Montréal et de Petite rivière de Montréal. Ce cours d'eau a porté différents noms correspondant à divers secteurs de son cours. Ainsi, en 1673, lors des premières concessions de la seigneurie de Chambly située à son embouchure, cet affuent du Richelieu est nommé Rivière de Mont Royal. Il semble que, dès le Régime français, la rivière porte le nom de Rivière des Morelles dans la partie sud (haute) de son cours. Ce toponyme évoque le milieu phytogéographique régional puisque la morelle est une plante sauvage que l'on retrouve encore sur les rives de la rivière. La morelle est une plante de la famille des solanacées (qui comprend la pomme de terre) et il semble que c'est la morelle noire (solanum nigrum) qui peuple les abords du cours d'eau. Son fruit, une baie noire, entre dans la fabrication de baumes et d'onguents médicinaux. Au début du XIXe siècle, le spécifique est déformé et le cours d'eau est appelé Rivière des Morales. Après la Conquête, il appert que les nouveaux colonisateurs britanniques traduisent fort incorrectement le toponyme par Montreal River. Cette hypothèse n'est toutefois pas vérifiée puisque cette traduction peut être celle de Rivière de Mont Royal. Dès l'arrivée des premiers francophones dans le Haut-Richelieu, le cours d'eau est nommé Rivière de Montréal et Petite rivière de Montréal. À partir du milieu du XIXe siècle, la portion de la rivière du secteur de Sainte-Marguerite-de-Blairfindie porte le nom de Rivière de l'Acadie dans les parages de laquelle des Acadiens exilés se sont établis à compter de 1768, alors que les sections situées en amont et en aval gardent le nom de Petite rivière de Montréal. Ils avaient en effet baptisé leur terre d'adoption La Cadie, La Petite Cadie ou La Nouvelle-Cadie en souvenir de leur pays d'origine, l'ancienne Acadie.

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : mars 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012