Retour aux résultats Version imprimable

L'Île-d'Anticosti
Nécessite l'installation du plugiciel Google Earth

Origine et signification Magnifique territoire couvert de forêts dont la superficie d'un peu plus de 8 000 km² représente une fois et demie celle de l'île du Prince-Édouard, l'île d'Anticosti s'étire dans l'estuaire du Saint-Laurent à la hauteur de Havre-Saint-Pierre et de Natashquan sur la Côte-Nord, à 600 km au nord-est de Québec. Transformée en territoire municipal en 1902, à l'occasion de l'adoption d'une loi pour séparer l'île du comté de Saguenay, il n'existait aucun conseil élu, à l'origine, pour présider aux destinées des Anticostiens. Le nom du lieu apparaît tôt dans l'histoire, vers 1586, dans le Grand Insulaire d'André Thevet : « les sauvages nomment Naticousti », sur une carte de 1600 du Hollandais Heylyn (Anticostie) et chez Champlain sur des cartes dressées en 1612 et 1613 (Anticosti et Anticosty). Pour sa part, Cartier avait, en 1535, nommé ce territoire Isle de l'Assomption, nom dont l'usage semble s'arrêter en 1656. Il faut en outre retenir que, de 1534 à 1763, Anticosti faisait partie de la Nouvelle-France, avant d'être annexée deux fois à Terre-Neuve (1763-1774 et 1809-1825), pour revenir au Bas-Canada, puis être rattachée définitivement au Québec en 1867. La nature et le sens du toponyme Anticosti entretiendraient, selon toute vraisemblance, un rapport avec une langue amérindienne, étant donné que les formes Anticosti, Natiskotek et variantes se succèdent dans les documents, le premier constituant sans doute l'adaptation du second. Or, les Montagnais, selon le père Charles Arnaud (1826-1914), ont toujours identifié l'île sous le nom de Notiskuan, lieu où l'on chasse l'ours, devenu aujourd'hui Natashquan, chez ceux de la Basse-Côte-Nord, avec le même sens. De manière paradoxale, et en dépit du fait que Baie aux Ours a figuré sur certaines cartes, il ne reste que peu d'ours sur l'île. Dès la fin du XVIIe siècle, le territoire était habité et son premier seigneur a été Louis Jolliet (1680). En 1882, on procédait à l'érection canonique de la paroisse de Notre-Dame-de-l'Assomption, appellation invoquant le nom primitif de l'île. De nos jours, les activités de chasse, de pêche et de camping qui s'y déroulent assurent la survie de l'île, acquise en 1974 par le gouvernement du Québec après sa vente, en 1926, à l'Anticosti Corporation qui l'avait acquise de la famille d'Henri Menier, propriétaire depuis 1895. La présence, en abondance, du cerf de Virginie, de l'orignal, du capelan, du hareng, du saumon, de l'omble de fontaine, etc., permet de préserver ce paradis faunique. D'ailleurs, le surnom des gens de la municipalité, les Chevreuils, demeure éloquent à cet égard. Le nom même d'Anticosti évoque encore l'ombre de Louis-Olivier Gamache, le croque-mitaine moitié feu-follet, moitié loup-garou, mort en 1854, qui hante toujours les lieux selon certains. Les très nombreux naufrages signalés près de ses côtes ont valu à l'île le titre peu rassurant de Cimetière du golfe. Voir : Anticosti, Île d'.

Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1986-11-06

Spécifique L'Île-d'Anticosti

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Côte-Nord

Municipalité régionale de comté (MRC) Minganie

Municipalité L'Île-d'Anticosti (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 98020

Longitude ouest     Latitude nord 63° 00' 00" 49° 30' 00"

Coordonnées décimales -63, 49.5

Carte topographique 1/50 000 12E/11

Carte topographique 1/20 000 12E/11-0101

Ancien nom

  • Île-d'Anticosti  (Municipalité)

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : mars 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012