Normes et procédures

Liste complète des types d'entités et leurs définitions

La colonne de gauche du tableau qui suit comprend des termes ou des expressions qui servent à désigner des types d’entités géographiques, soit des entités géographiques naturelles (promontoire, chaîne de montagnes, vallée, rivière, tourbière, érablière, champ, etc.), soit des entités géographiques artificielles (ouvrage d’art, barrage, canal, quai, réservoir, digue, pont, rue, boulevard, autoroute, etc.) ou encore des entités administratives (ville, réserve faunique, municipalité régionale de comté ou MRC, hameau, municipalité de paroisse, zone d’exploitation contrôlée ou zec, canton, seigneurie, etc.).

La colonne centrale contient les définitions de ces types d’entités ou, le cas échéant, le renvoi à un type d’entité.

Dans la colonne de droite, on trouve le statut accordé à chaque définition qui normalise, recommande ou définit.

Type d'entitéDescriptionStatut
Aboiteau, n.m.Digue permettant la récupération des terres littorales pour la culture.
Note. – Par extension, le terme aboiteau est aussi utilisé pour désigner la surface de terrain récupérée.
Recommandé
About, n.m.Espace résiduel entre deux rangs, résultant d'un découpage cadastral.Recommandé
Abouts, n.m.Voir : About.Recommandé
Abri sous rocher, n.m.Voir : Grotte. 
Abrupt, n.m.Rupture de pente prononcée dans un versant.Normalisé
Abrupts, n.m.Voir : Abrupt.Normalisé
Aérodrome, n.m.Terrain aménagé pour le décollage et l'atterrissage des avions.Normalisé
Aéroport, n.m.Lieu aménagé pour le trafic aérien, comportant l'ensemble des installations techniques et commerciales nécessaires.Normalisé
Aire de repos, n.f.Voir : Halte routière. 
Aire de service, n.f.Voir : Halte routière. 
Aire de services, n.f.Voir : Halte routière. 
Allée, n.f.Voie, chemin bordé d'arbres, de plates-bandes, de pelouses, et qui permet le passage, sert de lieu de promenade ou d'accès dans un jardin, un parc, un bois.
Notes. – 1. Le terme chemin doit être pris ici selon son sens général d'espace qui permet d'aller d'un lieu à un autre.
2. Les deux éléments importants dont on doit tenir compte consistent en l'aménagement de la voie à l'aide d'éléments de verdure (arbres, pelouses, etc.) et dans sa fonction privilégiée dévolue à la promenade à pied ou d'une autre nature.
3. Cependant, pour des motifs historiques, un odonyme comme Grande Allée a été conservé, à Québec, bien que la voie ainsi dénommée ne réponde pas exactement à la définition normalisée.
Normalisé
Ancrage, n.m.Voir : Mouillage. 
Anse, n.f.Petite baie à contours arrondis.Normalisé
Anses, n.f.Voir : Anse.Normalisé
Antre, n.m.Voir : Caverne. 
Arboretum, n.m.Lieu où l'on fait, dans un but scientifique, la culture et l'étude des arbres forestiers groupés suivant un ordre systématique ou phytogéographique.Normalisé
Archipel, n.m.Groupe d'îles.
Note. – Le terme archipel est utilisé pour désigner un regroupement d'îles important. Le terme îles s'applique dans le cas de quelques îles n'ayant pas l'apparence d'un regroupement important.
Normalisé
Aréna, n.m.Établissement où se trouve une piste de patinage sur glace entourée de gradins.
Notes. – 1. Le terme aréna est un emprunt ancien à l'anglais skating arena.
2. L'aréna est parfois utilisé pour d'autres activités que le patinage. Il peut aussi être aménagé de façon à comprendre des locaux qui servent à diverses activités récréatives ou autres.
3. Les majuscules prennent un accent lorsque les minuscules équivalentes en comportent. Exemple : ARÉNA.
Recommandé
Arrêt, n.m.Voir : Arrêt ferroviaire. 
Arrêt ferroviaire, n.m.Endroit prévu pour l'arrêt facultatif des trains.Normalisé
Arrêt sur fanion, n.m.Voir : Arrêt ferroviaire. 
Arrière-arrière-fief, n.m.Étendue de terre concédée à l'intérieur d'un arrière-fief.Recommandé
Arrière-fief, n.m.Étendue de terre concédée à l'intérieur d'un fief.Recommandé
Astroblème, n.m.Voir : Cratère météorique. 
Autoroute, n.f.Voie de communication à chaussées séparées, exclusivement réservées à la circulation rapide, ne comportant aucun croisement à niveau et accessible seulement en des points aménagés à cet effet.
Notes. – 1. Le fait que ce genre de voie soit exclusivement réservé à la circulation des véhicules en exclut l'accès aux piétons.
2. La précision rapide signale qu'on en destine l'utilisation à des véhicules pouvant se déplacer à une certaine vitesse, ce qui implique qu'on en interdit l'accès à des appareils de locomotion tels que la bicyclette, la voiture à traction animale, etc.
3. Sauf exception, une autoroute comporte des chaussées sur lesquelles la circulation ne s'effectue que dans un seul sens.
Normalisé
Avenue, n.f.Définition 1. Voie de communication urbaine plus large que les rues, desservant un quartier ou une partie d'une ville, ou pouvant conduire à un lieu bien identifié.
Notes. – 1. La caractéristique « plantée d'arbres », relevée dans l'ensemble des dictionnaires français consultés, n'a pas été retenue parce qu'elle ne constitue pas un élément de base essentiel à la notion, du moins au Québec.
2. Ce type de voie implique la présence d'un noyau assez dense de constructions; le terme avenue ne devrait donc pas être utilisé comme générique d'un odonyme en milieu entièrement rural.
3. La distinction entre rue et avenue n'est pas toujours très aisée. Cependant, on peut signaler que, de façon générale, l'avenue correspond très souvent à une voie plus large, plus longue ou plus importante que la rue.
Définition 2. Dans un système de dénomination basé sur l'orientation des voies de circulation (plan en damier), voie urbaine située dans un axe perpendiculaire à celui des voies portant le nom de rue.
Note. – Dans un tel système, les avenues sont généralement orientées dans la direction nord-sud, perpendiculaires aux rues orientées est-ouest.
Normalisé
Baie, n.f.Échancrure profonde d'un littoral ou d'une rive.Normalisé
Baies, n.f.Voir : Baie.Normalisé
Baignage, n.m.Voir : Mouillage. 
Baissière, n.f.Voir : Fondrière. 
Banc, n.m.En milieu aquatique, accumulation de matériaux qui peut découvrir.Normalisé
Banc de pêche, n.m.Secteur de la mer favorable à la pratique de la pêche commerciale.
Note. – Au Québec, on emploie souvent l'unité simple banc pour banc de pêche.
Normalisé
Banc de sable, n.m.En milieu aquatique, accumulation de sable qui peut découvrir.
Note. – Au Québec, on emploie souvent l'unité simple banc pour banc de sable.
Normalisé
Bancs, n.m.Voir : Banc.Normalisé
Bancs de pêche, n.m.Voir : Banc de pêche.Normalisé
Bancs de sable, n.m.Voir : Banc de sable.Normalisé
Barachois, n.m.Voir : Lagune. 
Barrage, n.m.Ouvrage construit en travers du lit d'un cours d'eau afin de dériver ou d'accumuler les eaux.Recommandé
Barrages, n.m.Voir : Barrage.Recommandé
Barre, n.f.Haut-fond qui se forme à l'embouchure d'un cours d'eau ou parallèlement à la côte.Normalisé
Barrière, n.f.Voir : Poste d'accueil. 
Base de plein air, n.f.Lieu aménagé en pleine nature où des adultes, des familles et des groupes peuvent, en toute saison, séjourner et pratiquer librement des activités de plein air.Recommandé
Base d'hydravion, n.f.Voir : Hydrobase. 
Base militaire, n.f.Lieu où se retrouvent en permanence des logements, des équipements et autres services utiles à l'armée.Recommandé
Bas-fond, n.m.Voir : Fosse. 
Bassin portuaire, n.m.Plan d'eau d'un port, fermé par des quais ou des digues et destiné à recevoir les navires.Recommandé
Batture, n.f.Portion étendue et plate d'un rivage affectée par la fluctuation du niveau des eaux.Normalisé
Battures, n.f.Voir : Batture.Normalisé
Bleuetière, n.f.Terrain où abonde le bleuet.Normalisé
Bogan, n.m.Voir : Bras mort. 
Bois, n.m.Étendue de terrain peuplée d'arbres, habituellement associée à l'habitat humain.Recommandé
Boisé, n.m.Voir : Bois. 
Bosquet, n.m.Groupe d'arbres et d'arbustes servant le plus souvent à des fins utilitaires ou décoratives.Recommandé
Boulevard, n.m.Artère à grand débit de circulation reliant diverses parties d'un ensemble urbain et comportant habituellement au moins quatre voies, souvent séparées par un terre-plein.
Notes. – 1. Le boulevard se retrouve en agglomération, c'est-à-dire au sein d'une concentration importante d'immeubles.
2. Pour comporter le générique boulevard, une voie doit être large, en considération de la densité de la circulation.
3. La présence ou l'absence d'un terre-plein ou îlot séparateur central ne suffit pas à elle seule à déterminer la nature de la voie. Cette caractéristique vient souvent compléter les autres composantes.
Normalisé
Branche, n.f.Chacune des ramifications d'un cours d'eau principal.Normalisé
Bras, n.m.Subdivision latérale d'un cours d'eau due à la présence d'une île.Normalisé
Bras mort, n.m.Bras abandonné d'un cours d'eau, où souvent stagnent les eaux.Recommandé
Bras morts, n.m.Voir : Bras mort.Recommandé
Brisant, n.m.Écueil proche d'une côte sur lequel les vagues se brisent et déferlent.Normalisé
Brisants, n.m.Voir : Brisant.Normalisé
Bureau de poste, n.m.Établissement où s'exerce le service du courrier pour un territoire donné.Recommandé
Bureau de poste militaire, n.m.Bureau de poste exploité par le ministère de la Défense nationale.Recommandé
Butte, n.f.Petite colline.Recommandé
Buttereau, n.m.Voir : Butte. 
Buttes, n.f.Voir : Butte.Recommandé
Cairn, n.m.Monticule ou tumulus édifié en terre ou en pierre et servant de repère ou de souvenir.Recommandé
Camp, n.m.Voir : Chalet. 
Camp d'automne, n.m.Voir : Camp saisonnier. 
Camp de bûcherons, n.m.Voir : Camp forestier. 
Camp de printemps, n.m.Voir : Camp saisonnier. 
Camp d'été, n.m.Voir : Camp saisonnier. 
Camp de vacances, n.m.Lieu aménagé généralement en pleine nature et qui offre, sous forme communautaire, le séjour et des activités organisées à des enfants, des adultes ou des familles pendant les vacances.Recommandé
Camp d'hiver, n.m.Voir : Camp saisonnier. 
Camp forestier, n.m.Lieu où sont regroupées les habitations et les installations servant aux travailleurs en forêt.Recommandé
Camping, n.m.Voir : Terrain de camping. 
Camp militaire, n.m.Lieu où l'armée installe de façon plus ou moins permanente des tentes, baraquements ou autres abris.Recommandé
Camp saisonnier, n.m.Lieu où les Amérindiens et les Inuits installent leurs tentes pour un séjour provisoire, selon l'époque de l'année.Recommandé
Camps saisonniers, n.m.Voir : Camp saisonnier.Recommandé
Campus, n.m.Ensemble scolaire constitué d'un vaste terrain, comportant ordinairement des espaces verts, sur lequel sont regroupés les bâtiments d'un établissement d'enseignement collégial ou universitaire, et formant ainsi une unité en soi par rapport au milieu dans lequel il s'insère.
Note. – Dans l'enseignement universitaire, on appelle parfois cité universitaire l'ensemble qui constitue le terrain et les bâtiments.
Recommandé
Canal, n.m.Voie d'eau artificielle.Normalisé
Canaux, n.m.Voir : Canal.Normalisé
Canyon, n.m.Gorge creusée par un cours d'eau dans la roche sédimentaire.Normalisé
Cap, n.m.Saillie de terre élevée et massive, qui s'avance dans une étendue d'eau.Recommandé
Caps, n.m.Voir : Cap.Recommandé
Carrefour, n.m.Lieu relativement large, par opposition au simple croisement, où se rencontrent plusieurs voies de communication.
Note. – Sur le plan technique de la structure, on peut dénombrer plusieurs types de carrefours dont, entre autres, la bifurcation, l'intersection oblique et le carrefour giratoire qui relèvent tous de la même notion.
Normalisé
Carrefour giratoire, n.m.Voir : Carrefour. 
Cascade, n.f.Chute d'eau de faible débit, comportant ordinairement plusieurs paliers.Recommandé
Cascades, n.f.Voir : Cascade.Recommandé
Cascatelle, n.f.Petite cascade.Recommandé
Cataracte, n.f.Chute d'un grand cours d'eau, dont la dénivelée est importante.Recommandé
Cataractes, n.f.Voir : Cataracte.Recommandé
Caverne, n.f.Cavité naturelle de grande taille, creusée dans le roc.Recommandé
Caye, n.f.Voir : Récif. 
Cédrière, n.f.Terrain où abonde le thuya.
Note. – Le thuya est communément appelé cèdre au Québec.
Normalisé
Centrale hydroélectrique, n.f.Usine dans laquelle l'énergie mécanique de l'eau est transformée en énergie électrique.
Note. – On trouve encore la graphie centrale hydro-électrique.
Recommandé
Centre commercial, n.m.Groupe de magasins de détail, qui peut comprendre généralement un ou plusieurs magasins à grande surface et divers services (poste, banques, etc.), occupant un ensemble de bâtiments donnant sur un stationnement dans une zone urbaine ou à proximité.Normalisé
Centre de recherche, n.m.Établissement qui regroupe les activités de recherche dans les domaines déterminées.Recommandé
Centre de services sociaux, n.m.Bâtiment ou ensemble de bâtiment dont dispose un établissement qui dispense des services spécialisés de protection sociale aux personnes, aux familles et aux groupes menacés dans leur autonomie.Normalisé
Centre de ski, n.m.Lieu pourvu d'installations élémentaires pour la pratique du ski.Recommandé
Centre de villégiature, n.m.Lieu de séjour pour les vacanciers.Recommandé
Centre domiciliaire, n.m.Voir : Secteur résidentiel. 
Chaîne de montagnes, n.f.Système montagneux formé par plissement, disposé en long.Normalisé
Chalet, n.m.Maison de campagne située près d'un lac ou d'un cours d'eau, qui sert de résidence secondaire.
Note. – Au Québec, le terme camp est souvent utilisé pour désigner une habitation à caractère rustique. Ce terme, employé dans les expressions camp de pêche et camp de chasse qui sont des types de camp, désigne, par extension de sens, un ensemble de ces habitations et l'on note que le camp est le plus souvent construit en forêt.
Recommandé
Champ, n.m.Pièce de terre cultivable.Recommandé
Champs, n.m.Voir : Champ.Recommandé
Chemin, n.m.Voie de communication d'intérêt local, en milieu rural et d'importance secondaire par rapport à la route.
Notes. – 1. Les termes chemin et route sont très liés et leur distinction tient davantage à une caractéristique dimensionnelle (le chemin est généralement étroit et la route large) et à une finalité différente, le chemin étant réservé à une fonction locale alors que la route, d'un assez long tracé, permet de relier plusieurs espaces.
2. En vertu du critère historique, le terme chemin peut également désigner une voie de communication en milieu urbain qui, à l'origine, était un chemin.
Normalisé
Chenail, n.m.Voir : Chenal. 
Chenal, n.m.Voie navigable, naturelle ou artificielle, entre des terres ou des hauts-fonds.Normalisé
Chenal de navigation, n.m.Voir : Chenal. 
Chenaux, n.m.Voir : Chenal.Normalisé
Chute, n.f.Masse d'eau tombant brusquement à l'emplacement d'une rupture de pente.Normalisé
Chutes, n.f.Voir : Chute.Normalisé
Cimetière, n.m.Lieu où l'on enterre les morts.Recommandé
Circonscription électorale, n.f.Division du territoire politique établie en vue de l'élection de représentants.
Note.- La circonscription électorale peut être fédérale, provinciale, municipale ou scolaire. Le terme district demeure toutefois utilisé au sens de division électorale municipale (ou de quartier) dans la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités.
Normalisé
Circonscription électorale fédérale, n.f.Voir : Circonscription électorale. 
Circonscription électorale municipale, n.f.Division du territoire politique établie en vue de l'élection de représentants.
Note.- La circonscription électorale peut être fédérale, provinciale, municipale ou scolaire. Le terme district demeure toutefois utilisé au sens de division électorale municipale (ou de quartier) dans la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités.
Normalisé
Circonscription électorale provinciale, n.f.Division du territoire politique établie en vue de l'élection de représentants.
Note.- La circonscription électorale peut être fédérale, provinciale, municipale ou scolaire. Le terme district demeure toutefois utilisé au sens de division électorale municipale (ou de quartier) dans la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités.
Normalisé
Circonscription électorale scolaire, n.f.Voir : Circonscription électorale. 
Circonscription foncière, n.f.Territoire dans lequel un bureau de la publicité des droits exerce sa compétence.
Note. – Le terme circonscription foncière a été retenu dans le nouveau Code civil du Québec pour remplacer le calque division d'enregistrement, employé en droit actuel.
Normalisé
Cité universitaire, n.f.Voir : Campus. 
Col, n.m.Dépression entre deux sommets offrant généralement un passage.Normalisé
Colline, n.f.Relief d'élévation modérée aux versants généralement en pente douce.Recommandé
Collines, n.f.Voir : Colline.Recommandé
Colonie de vacances, n.f.Camp de vacances pour les jeunes.
Note. – Le terme colonie de vacances tend à disparaître pour être remplacé par camp de vacances et centre de vacances. Les centres de vacances et de loisirs sont aujourd'hui une pièce essentielle du dispositif mis en place pour accueillir les enfants et les adolescents dans le temps de loisir.
Recommandé
Communauté régionale, n.f.Territoire regroupant les municipalités d'une région, sur lequel s'exerce une autorité fixée par une loi particulière.Recommandé
Communauté urbaine, n.f.Territoire regroupant les municipalités d'une agglomération urbaine, sur lequel s'exerce une autorité fixée par une loi particulière.Recommandé
Commune, n.f.Terrain utilisé en commun pour le pâturage, la culture ou d'autres usages.
Note. – La commune a été instituée sous le régime seigneurial et il en subsiste quelques-unes.
Recommandé
Concession, n.f.Voir : Rang (1). 
Confluent, n.m.Point de jonction de deux cours d'eau, de deux glaciers ou de deux courants marins.Normalisé
Contournement, n.m.Tronçon de route ou d'autoroute, généralement extérieur à une agglomération, destiné à absorber la circulation de transit.
Note. – Le terme déviation, utilisé comme synonyme de contournement, surtout en France (sporadiquement au Québec), est aussi l'équivalent français du terme anglais diversion, utilisé pour désigner les déviations temporaires. Quelques ouvrages présentent le terme rocade comme équivalent français de bypass; cependant, rocade renvoie à une route urbaine ayant des fonctions différentes. Lorsque le contournement est une autoroute, on emploie également le terme plus précis autoroute de contournement (en France, on emploie aussi autoroute de dégagement et, parfois, déviation autoroutière).
Synonymes : Déviation; Voie de contournement; Autoroute de contournement; Autoroute de dégagement.
Recommandé
Cordon littoral, n.m.Bande de sable ou de galets sise en bordure d'une côte ou d'une rive et enfermant le plus souvent une lagune.Normalisé
Corniche, n.f.Saillie naturelle surplombant une pente raide.Normalisé
Corniches, n.f.Voir : Corniche.Normalisé
Coteau, n.m.Versant d'une colline ou d'une terrasse.Recommandé
Coteaux, n.m.Voir : Coteau.Recommandé
Coude, n.m.Angle saillant dans le tracé d'un cours d'eau à la suite d'un changement brusque de direction.Normalisé
Coulée, n.f.Voir : Ravin. 
Courant, n.m.Portion d'une masse d'eau qui se déplace dans une direction déterminée.Normalisé
Courbe, n.f.Inflexion dans le tracé d'un cours d'eau.Normalisé
Cours, n.m.Large voie de communication servant de promenade.
Notes. – 1. Ce terme est relativement récent au Québec et, même s'il est encore très peu utilisé, il constitue un substitut valable, dans certains cas, à promenade.
2. Cette voie se situe dans une agglomération et comporte certains éléments d'aménagement comme des arbres, des pelouses, etc.
3. La notion de promenade, en dépit de ce qu'elle fait appel davantage à la marche à pied, n'interdit pas le déplacement à l'aide de véhicules motorisés (autos, motocyclettes, etc.).
Normalisé
Cran, n.m.Voir : Rocher. 
Cratère de météorite, n.m.Voir : Cratère météorique. 
Cratère météorique, n.m.Dépression fermée, creusée dans la terre par la chute d'une météorite.
Note. – Dans le langage scientifique, on emploie de plus en plus astroblème pour désigner cette réalité.
Recommandé
Crête, n.f.Ligne de faîte d'un ensemble montagneux.Recommandé
Crêtes, n.f.Voir : Crête.Recommandé
Crevasse, n.f.Fente profonde à la surface du sol ou d'un glacier.Normalisé
Crique, n.f.Petite anfractuosité dans une côte rocheuse offrant un abri naturel aux embarcations.Normalisé
Croissant, n.m.Voie de communication dont la forme s'apparente à une boucle ou à un arc de cercle.
Notes. – 1. Ce terme contribue à enrichir l'odonymie québécoise, en raison du très grand nombre de voies qui, au Québec, comportent le générique rue.
2. Il convient, cependant, de faire preuve d'une grande prudence lors de l'attribution de ce générique afin d'éviter qu'il soit utilisé erronément. Son usage devrait être réservé exclusivement à une voie dont la structure s'apparente à un demi-cercle et non à une quelconque figure géométrique.
3. Ce générique doit être utilisé dans un noyau habité et pour une voie bordée ou entourée de constructions.
Recommandé
CSS, n.m.Voir : Centre de services sociaux. 
Cuvette de fusion, n.f.Voir : Kettle. 
Cuvette de fusion de glace morte, n.f.Voir : Kettle. 
Cuvette de fusion glaciaire, n.f.Voir : Kettle. 
Cuvette de glace morte, n.f.Voir : Kettle. 
Débarcadère, n.m.Emplacement dans un port, sur une côte ou sur un rivage, permettant l'embarquement et le débarquement des passagers et des marchandises.
Note. – En toponymie, le terme débarcadère est préféré à son synonyme embarcadère.
Recommandé
Défilé, n.m.Passage naturel, étroit et encaissé, entre des hauteurs.Recommandé
Dépôt, n.m.Voir : Dépôt forestier. 
Dépôt forestier, n.m.Centre d'approvisionnement et de ravitaillement d'une exploitation forestière, comprenant un ensemble de bâtiments devant être en usage pendant plusieurs années.Recommandé
Détroit, n.m.Passage maritime naturel resserré entre deux côtes et faisant communiquer deux étendues d'eau.Normalisé
Développement, n.m.Voir : Secteur résidentiel. 
Développement domiciliaire, n.m.Voir : Secteur résidentiel. 
Développement résidentiel, n.m.Voir : Secteur résidentiel. 
Digue, n.f.Ouvrage en longueur destiné à faire obstacle à des mouvements d'eau ou à retenir l'eau.Recommandé
Digues, n.f.Voir : Digue.Recommandé
Diocèse, n.m.Circonscription ecclésiastique où s'exerce la juridiction d'un évêque.Recommandé
District, n.m.Voir : District judiciaire. 
District de recensement, n.m.Voir : Division de recensement. 
District électoral, n.m.Voir : Circonscription électorale municipale. 
District judiciaire, n.m.Division territoriale constituée aux fins de l'administration de la justice.Recommandé
Division cadastrale, n.f.Voir : Rang (1). 
Division d'enregistrement, n.f.Voir : Circonscription foncière. 
Division de recensement, n.f.Division territoriale établie aux fins du recensement.Recommandé
Domaine, n.m.Propriété foncière d'une certaine étendue, généralement caractérisée par un aménagement architectural ou paysager.
Notes. – 1. La définition qui est donnée ici du terme domaine concerne la notion en tant qu'entité géographique. Le terme domaine est aussi utilisé couramment dans la dénomination de divers types de terrains et de lotissements résidentiels.
2. Le terme domaine ne doit pas être utilisé comme générique dans la désignation des voies de communication. Rien n'interdit, cependant, qu'il entre dans la composition du spécifique d'un odonyme. Ainsi, Rue du Domaine-Beauregard serait correct pour désigner une voie qui conduit à ce domaine.
Normalisé
Domaine forestier, n.m.Voir : Village forestier. 
Dôme, n.m.Voir : Colline. 
Dune, n.f.Relief de sable édifié par le vent.Normalisé
Dunes, n.f.Voir : Dune.Normalisé
Échangeur, n.m.Dispositif de raccordement de plusieurs voies routières (routes ou autoroutes) ne comportant aucun croisement à niveau.
Notes. – 1. Il existe plusieurs types d'échangeurs, selon la structure même de l'ouvrage.
2. À noter que l'accès à ce type de voie est limité aux véhicules et que l'échangeur constitue le point de rencontre de quelques voies de communication, bien que chaque voie se retrouve à un niveau différent.
Normalisé
Écluse, n.f.Ouvrage muni de portes et de vannes qui, sur un cours d'eau ou sur un canal, permet aux bateaux de passer d'un bief à un autre pour franchir une dénivellation.Recommandé
Écluses, n.f.Voir : Écluse.Recommandé
Écueil, n.m.Rocher ou amoncellement de roches à fleur d'eau, constituant un danger pour la navigation.Normalisé
Embarcadère, n.m.Voir : Débarcadère. 
Ensemble résidentiel, n.m.Groupement important d'habitations collectives ou individuelles auquel sont adjoints des éléments d'équipement collectif et qui présente une certaine unité architecturale.Recommandé
Escarpement, n.m.Pente raide qui délimite deux reliefs importants.Normalisé
Esker, n.m.Accumulation de matériaux fluvio-glaciaires présentant l'allure d'une chaussée à bords raides, généralement sinueuse.Normalisé
Eskers, n.m.Voir : Esker.Normalisé
Estran, n.m.Partie du rivage qui découvre à marée basse.Normalisé
Estuaire, n.m.Embouchure plus ou moins évasée d'un organisme fluvial, caractérisée par la prédominance des phénomènes marins sur les phénomènes fluviaux.Normalisé
Étang, n.m.Nappe d'eau de faible profondeur, souvent colonisée par la végétation.Recommandé
Étangs, n.m.Voir : Étang.Recommandé
Falaise, n.f.Escarpement ou abrupt façonné par la mer.Recommandé
Falaises, n.f.Voir : Falaise.Recommandé
Fief, n.m.Étendue de terre concédée, sous le régime seigneurial, à un particulier ou à un groupe par l'autorité compétente, entraînant certains droits et devoirs.Recommandé
Fjord, n.m.Vallée glaciaire aux parois escarpées, envahie par la mer.Normalisé
Flèche, n.f.Bande de sable ou de galets sise en bordure d'une côte ou d'une rive dont au moins une extrémité est libre.Normalisé
Flèche littorale, n.f.Voir : Flèche. 
Fleuve, n.m.Cours d'eau important qui se jette dans la mer.Normalisé
Fleuve côtier, n.m.Petit cours d'eau qui prend naissance près des côtes et qui se jette dans la mer.Recommandé
Fondrière, n.f.Terrain bas souvent envahi par l'eau et généralement bourbeux.
Note. – Le terme baissière est impropre dans ce sens.
Recommandé
Forêt, n.f.Vaste étendue de terrain peuplée d'arbres.Recommandé
Forêt domaniale, n.f.Forêt de l'État réservée pour les besoins de l'industrie régionale.
Note. – Définition à caractère administratif.
Recommandé
Forêt expérimentale, n.f.Territoire forestier dont la gestion est confiée à un organisme de recherche avec le mandat d'y pratiquer des observations et des expériences propres au développement des sciences pures et appliquées.Recommandé
Fort, n.m.Ouvrage de fortification autrefois destiné à protéger un lieu stratégique.Recommandé
Fosse, n.f.Dépression importante du fond de la mer, d'un fleuve, d'une rivière, d'un lac.Normalisé
Fossé, n.m.Tranchée servant à la réception ou à l'écoulement des eaux.Normalisé
Fosse à saumon, n.f.Partie d'un cours d'eau généralement plus profonde et moins rapide que les eaux adjacentes, servant d'aire de repos au saumon dans sa montaison vers les frayères.Normalisé
Fosses à saumon, n.f.Voir : Fosse à saumon.Normalisé
Fourche, n.f.Voir : Confluent. 
Gare, n.f.Voir : Gare ferroviaire. 
Gare de transport intermodal, n.f.Ensemble des bâtiments et installations destinés à permettre l'accès, par embarquement ou débarquement, à des modes ou à des moyens de transport différents.Recommandé
Gare ferroviaire, n.f.Emplacement où se trouvent les installations ferroviaires et les bâtiments nécessaires au transit des voyageurs et des marchandises.Recommandé
Gare intermodale, n.f.Voir : Gare de transport intermodal. 
Golfe, n.m.Très vaste rentrant du littoral.Normalisé
Gorge, n.f.Vallée étroite et profonde aux versants rocheux escarpés.Normalisé
Gorges, n.f.Voir : Gorge.Normalisé
Goulet, n.m.Passage resserré entre un plan d'eau intérieur et la mer libre.Normalisé
Grau, n.m.Voir : Passe. 
Grève, n.f.Portion dégagée d'un rivage, de faible pente, constituée de matériaux grossiers.Normalisé
Grotte, n.f.Cavité naturelle ou artificielle creusée dans le roc.Recommandé
Halte routière, n.f.Lieu aménagé à proximité d'une route ou d'une autoroute en vue de permettre aux usagers de faire un arrêt en toute sécurité sans nuire à l'écoulement de la circulation et, le cas échéant, de s'y reposer et de profiter de certains services.Recommandé
Hameau, n.m.Groupement isolé de quelques maisons, en milieu rural.Recommandé
Haut-fond, n.m.Élévation du fond de la mer ou d'un cours d'eau, dont le sommet est faiblement immergé et qui peut présenter un danger pour la navigation. Normalisé
Hauts-fonds, n.m.Voir : Haut-Fond.Normalisé
Havre, n.m.Emplacement littoral bien abrité, pouvant accueillir des navires de faible tonnage.Recommandé
Hydrobase, n.f.Plan d'eau pourvu des installations et services nécessaires au trafic des hydravions.Normalisé
Île, n.f.Terre entièrement entourée d'eau.Normalisé
Îles, n.f.Voir : Île.
Note. – Le terme archipel est utilisé pour désigner un regroupement d'îles important. Le terme îles s'applique dans le cas de quelques îles n'ayant pas l'apparence d'un regroupement important.
Normalisé
Îlet, n.m.Voir : Îlot. 
Îlot, n.m.Très petite île.Normalisé
Îlots, n.m.Voir : Îlot.Normalisé
Impasse, n.f.Chemin, rue sans issue.
Note. – Le terme cul-de-sac, quoique synonyme du terme impasse, ne doit pas être utilisé comme générique odonymique.
Normalisé
Intersection, n.f.Lieu où se rencontrent deux ou plusieurs chaussées, quels que soient le ou les angles des axes de ces chaussées.Recommandé
Jardin zoologique, n.m.Parc où l'on garde en captivité des animaux sauvages ou exotiques, dans le but d'instruire et de récréer le public.
Note. – L'abréviation de jardin zoologique est zoo qui se prononce [zoo] et non pas [zu].
Normalisé
Jonction, n.f.Lieu de raccordement de deux voies ferrées ou d'autres voies de communication.Recommandé
Kettle, n.m.Cavité en forme de chaudron résultant de la fusion tardive d'un culot de glace dans une plaine d'accumulation.Recommandé
Kettles, n.m.Voir : Kettle.Recommandé
Lac, n.m.Nappe d'eau douce entourée de terre, généralement pourvue d'un exutoire, ou élargissement d'un cours d'eau entraînant le dépôt de sédiments.Normalisé
Lac artificiel, n.m.Nappe d'eau résultant de l'action humaine, destinée à des fins surtout récréatives.Normalisé
Lacs, n.m.Voir : Lac.Normalisé
Lac salé, n.m.Nappe d'eau résiduelle et sans écoulement, dont le taux de salinité est élevé.Recommandé
Lacs artificiels, n.m.Voir : Lac artificiel.Normalisé
Lagune, n.f.Étendue d'eau salée ou saumâtre, isolée de la mer par une formation littorale généralement percée d'ouvertures.Normalisé
Langue de terre, n.f.Bande de terre étroite et allongée qui sépare deux masses d'eau.Recommandé
Lieu-dit, n.m.Lieu de faible étendue ayant reçu spontanément un nom inspiré de la géographie, de l'histoire ou du folklore.Recommandé
Marais, n.m.Nappe d'eau stagnante de faible profondeur, envahie par la végétation aquatique.Recommandé
Mare, n.f.Petite nappe d'eau stagnante et peu profonde, susceptible de s'assécher.Recommandé
Marécage, n.m.Étendue de terrain imprégnée ou recouverte d'eau, occupée par une végétation surtout arbustive.
Note. – La langue courante confond parfois les termes marais et marécage; en fait, ces termes désignent deux réalités différentes. Le terme marais désigne une nappe d'eau stagnante de faible profondeur, envahie par la végétation aquatique. Le terme marécage renvoie à une étendue de terrain humide ayant un couvert arbustif sur une partie de sa superficie (ce qui n'exclut pas la présence d'un certain nombre d'arbres) et où s'étendent des marais. Au Québec, on observe l'usage des formes substantives plé et plée, qui sont le résultat de la contraction des mots pelé et pelée, pour désigner un ensemble de réalités géomorphologiques dont le dénominateur commun est l'absence plus ou moins complète d'arbres. D'ailleurs, en français, l'adjectif pelé se dit d'un endroit dépourvu de végétation. Ainsi, le substantif plée (dans certaines régions, on trouve plutôt le masculin plé) sert à désigner un marécage, un marais, une savane, une tourbière ou un brûlis. Plée et plé sont utilisés comme génériques en toponymie; on trouve, par exemple, les toponymes plé de Saint-Louis-de-France, à Trois-Rivières (qui désigne un marécage) et plée de Beauharnois, à Lévis (qui désigne un marais).
Recommandé
Marécages, n.m.Voir : Marécage.Recommandé
Mares, n.f.Voir : Mare.Recommandé
Marina, n.f.Ensemble portuaire comportant un port de plaisance et des installations pour les résidents, les touristes et les plaisanciers.
Notes. – 1. Les services offerts dans les marinas sont divers (restaurants, lieux d'hébergement, école de navigation, boutiques, etc.). Ils varient selon la grandeur du port de plaisance et l'importance de la ville avoisinante.
2. Le terme marina n'est pas synonyme de port de plaisance. Un port de plaisance est un port réservé à la navigation de plaisance. Une marina offre, en plus, des installations de loisirs et souvent même des possibilités de résidence.
Synonyme : Parc nautique.
Normalisé
Marsh, n.m.Voir : Marais. 
Massif, n.m.Ensemble montagneux non orienté qui se dégage du relief environnant.Recommandé
Méandre, n.m.Arc prononcé du tracé d'un cours d'eau, caractérisé par le sapement de la rive concave et l'accumulation des alluvions sur la rive convexe.Normalisé
Méandres, n.m.Voir : Méandre.Normalisé
Mer, n.f.Vaste étendue d'eau salée, distincte des océans par la moindre importance des fonds abyssaux et par l'extension souvent plus considérable des plates-formes continentales.Normalisé
Môle, n.m.Amas de matériaux rocheux entassés plus ou moins régulièrement de façon à constituer une protection contre la mer.Recommandé
Mont, n.m.Importante élévation se détachant du relief environnant.Recommandé
Montagne, n.f.Relief élevé aux versants raides, occupant une grande superficie et appartenant à un système.Recommandé
Montagnes, n.f.Voir : Montagne.Recommandé
Montée, n.f.Voie en pente plus ou moins forte, conduisant à un lieu déterminé.
Notes. – 1. La distinction entre côte et montée n'est pas aisée à établir. On peut cependant observer que le terme montée s'applique à l'ensemble de la voie dénommée, alors que côte, souvent, ne sert de générique qu'à la portion d'une voie qui emprunte une pente.
2. En général, la pente de la montée est beaucoup moins accentuée que celle de la côte.
Normalisé
Monts, n.m.Voir : Mont.Recommandé
Mouillage, n.m.Emplacement favorable pour jeter l'ancre.Normalisé
Municipalité, n.f.Territoire sur lequel s'exerce une autorité locale conformément aux lois municipales.Recommandé
Municipalité régionale de comté, n.f.Territoire regroupant des municipalités et, dans certains cas, des territoires non organisés, sur lequel s'exerce une autorité fixée par une loi d'application générale.
Note. – Il est conseillé d'écrire le sigle MRC sans points abréviatifs bien que leur emploi demeure acceptable.
Recommandé
Niche, n.f.Enfoncement de forme plus ou moins hémisphérique entaillant une paroi.Recommandé
Ög, n.m.Voir : Esker. 
Palais de justice, n.m.Lieu où l'on rend la justice, et plus particulièrement bâtiment dans lequel siègent habituellement les tribunaux ayant compétence dans une division territoriale donnée.
Note. – Le palais de justice contient les salles d'audience, les greffes des divers tribunaux et certains autres services administratifs, dont les archives de l'état civil.
Normalisé
Parc de loisirs, n.m.Voir : Parc public. 
Parc de maisons mobiles, n.m.Terrain aménagé pour l'installation de maisons mobiles.
Note. – Québécisme.
Recommandé
Parc de stationnement, n.m.Endroit aménagé, hors voirie, destiné au stationnement d'un certain nombre de véhicules.Recommandé
Parc industriel, n.m.Espace aménagé pour accueillir des entreprises de fabrication, de distribution et de services.Recommandé
Parc public, n.m.Espace vert aménagé dans une agglomération en vue de l'agrément de sa population.Normalisé
Paroisse, n.f.Circonscription ecclésiastique où s'exerce la juridiction d'un ministre du culte (curé, pasteur, etc.).Recommandé
Passage, n.m.Petite rue habituellement interdite aux voitures, souvent couverte, qui unit deux voies de communication.
Note. – 1. On retrouve généralement ce terme en milieu urbain.
2. Une caractéristique importante consiste en l'étroitesse de la voie, de même qu'en son peu d'étendue.
Normalisé
Passe, n.f.Passage naturel, court et étroit, entre des terres ou des hauts-fonds.
Note. – Il existe plusieurs types de passes, comme un étroit (étranglement d'un cours d'eau) ou un goulet (passage resserré entre un plan d'eau intérieur et la mer ouverte). On peut également considérer un col (passage entre deux sommets) et un détroit (passage maritime entre deux terres) comme des sortes de passes.
Normalisé
Passerelle, n.f.Pont étroit réservé aux piétons.
Note. – Pont a ici le sens d'ouvrage, de construction reliant deux points séparés par une dépression ou par un obstacle.
Normalisé
Passes, n.f.Voir : Passe.Normalisé
Patinoire intérieure, n.f.Voir : Aréna. 
Péninsule, n.f.Avancée de la masse continentale dans la mer.Normalisé
Pépinière, n.f.Terrain où l'on cultive de jeunes végétaux en vue de leur transplantation.Recommandé
Phare, n.m.Tour élevée portant un puissant foyer de lumière pour guider les navires.
Note. – Par analogie, phare est utilisé dans le domaine de l'aéronautique.
Recommandé
Pic, n.m.Sommet rocheux aux flancs escarpés.Normalisé
Piémont, n.m.Région inclinée aux formes ondulées, constituée de matériaux d'érosion étalés au pied d'un ensemble montagneux.Normalisé
Piste, n.f.Chemin rudimentaire, généralement dans un lieu peu habité ou peu développé.
Note. – Cette catégorie de voie se retrouve presque nécessairement en dehors d'un noyau d'habitations et fait l'objet d'un aménagement minimal de telle sorte qu'elle n'est que très exceptionnellement carrossable.
Normalisé
Piste de ski alpin, n.f.Piste aménagée pour les descentes en ski alpin comportant des panneaux de signalisation indiquant les degrés de difficulté par des pictogrammes.
Note. – Les pictogrammes sont de formes et de couleurs différentes. Par exemple, le cercle vert indique un faible degré de difficulté, le carré bleu un degré moyen de difficulté, le losange noir un degré très difficile et le double losange noir un niveau extrême de difficulté.
Recommandé
Piton, n.m.Voir : Pic. 
Place, n.f.Espace public découvert plus ou moins vaste, souvent entouré de constructions, sur lequel débouchent ou que traversent une ou plusieurs voies de communication.
Notes : Une place peut comporter un monument, une fontaine, des arbres ou d'autres éléments de verdure.
La dénomination d'une place fait souvent allusion à un équipement urbain (place de la Gare, place du Marché, place du Manège...). Elle peut être commémorative (place Royale, place Vauquelin...).
L'emploi du terme place pour désigner un immeuble ou un ensemble d'immeubles, commerciaux ou autres, constitue une impropriété.
Normalisé
Placette, n.f.Voir : Place. 
Place (voie), n.f.Voie de communication donnant accès à un espace public découvert et plus ou moins vaste ou entourant ce dernier.
Notes : Place, dans cette acception, est un terme générique qui entre dans la composition des odonymes. Il peut donc être associé à des numéros dans la mesure où des immeubles ou des maisons y sont situés. On dira par exemple que telle boutique est située à tel numéro, place de la Victoire.
Normalisé
Plage, n.f.Portion dégagée d'un rivage, de faible pente, constituée de sable ou de galets.Normalisé
Plaine, n.f.Surface étendue, généralement de basse altitude, peu accidentée et de faible dénivellation.Normalisé
Plaines, n.f.Voir : Plaine.Normalisé
Plateau, n.m.Vaste étendue de terrain, élevée et relativement uniforme, délimitée par des versants.
Note. – Le terme plateau ne doit pas être utilisé comme générique dans la désignation des voies de communication.
Normalisé
Plé, n.m.Voir : Marécage. 
Plée, n.f.Voir : Marécage. 
Pointe, n.f.Saillie de terre allongée, généralement peu élevée, qui s'avance dans une étendue d'eau.Recommandé
Pointes, n.f.Voir : Pointe.Recommandé
Pont, n.m.Ouvrage permettant à une voie de communication de franchir un obstacle naturel ou une autre voie de communication.
Note. – La notion que le terme véhicule est celle de structure supportant une voie de communication. Il est généralement classé dans la catégorie des entités géographiques artificielles et non dans celle des voies de communication. De plus, le nom de la voie et celui du pont ne sont généralement pas identiques.
Normalisé
Pont naturel, n.m.Arche de pierre naturelle reliant deux points surélevés.Recommandé
Ponts, n.m.Voir : Pont.Normalisé
Port, n.m.Abri naturel ou artificiel pour les navires, pourvu des installations nécessaires à l'embarquement et au débarquement des passagers et des marchandises.Recommandé
Portage, n.m.Sentier utilisé pour le transport des embarcations et des bagages afin d'éviter des obstacles à la navigation ou pour atteindre un lac ou un cours d'eau.Recommandé
Portages, n.m.Voir : Portage.Recommandé
Port de plaisance, n.m.Aménagement portuaire conçu pour recevoir les embarcations destinées à l'agrément.Normalisé
Poste d'accueil, n.m.Bâtiment servant à des fonctions d'inscription, de renseignement ou de contrôle des usagers et des visiteurs qui veulent avoir accès à un territoire.Recommandé
Poste de distribution, n.m.Emplacement où sont regroupés les équipements nécessaires à l'abaissement de la tension qui alimente un réseau ou une partie d'un réseau de distribution de l'électricité.Recommandé
Poste de traite, n.m.Lieu où s'effectuait le commerce avec les Amérindiens et les Inuits.Recommandé
Poste de transformation, n.m.Emplacement où sont regroupés des transformateurs permettant l'interconnexion des réseaux électriques à des tensions différentes.Recommandé
Poulier, n.m.Voir : Cordon littoral. 
Pourvoirie, n.f.Établissement qui offre des installations et des services pour la pratique de la chasse, de la pêche et du piégeage ou autres activités récréatives.
Note. – Les services généralement offerts par la pourvoirie comprennent l'hébergement, le transport, la location d'équipements, les services de guides et, éventuellement, les services relatifs à la pratique d'autres activités récréatives. Le terme pourvoirie est un québécisme. Par extension de sens, pourvoirie désigne également le terrain occupé par cet établissement.
Recommandé
Presqu'île, n.f.Terre presque entièrement entourée d'eau, reliée au rivage avoisinant.Normalisé
Promenade, n.f.Voie spécialement aménagée à l'intention des promeneurs.
Notes. – 1. La fonction première de ce type de voie consiste à favoriser la promenade, c'est-à-dire le déplacement d'un lieu à un autre dans le but de se détendre, de prendre l'air, d'admirer la nature, etc.
2. Conséquemment, y retrouve-t-on de nombreux éléments naturels qui favorisent la détente : arbres, pelouses, fleurs éventuellement, cours d'eau ou pièces d'eau parfois, etc.
3. Bien que le promeneur à pied utilise davantage cette catégorie de voie, la notion de promeneur n'interdit pas le déplacement à l'aide d'un véhicule motorisé ou non, dans un but de détente, pour faire une balade, etc.
4. Cependant, comme la vocation principale de cette voie consiste spécifiquement à favoriser la promenade, le terme spécialement qui figure dans la définition élimine une trop grande densité de circulation automobile. Ainsi, une voie où circulent un grand nombre de véhicules commerciaux ne saurait prétendre à l'appellation de promenade.
Normalisé
Promontoire, n.m.Cap de grande dimension.Recommandé
Puits, n.m.Voir : Puits artésien. 
Puits artésien, n.m.Ouvrage destiné à capter l'eau d'une nappe souterraine sous pression, emprisonnée, entre deux couches de terrain imperméable.Normalisé
Puits naturel, n.m.Trou vertical ou d'inclinaison faible, grossièrement circulaire et de profondeur variable.Recommandé
Quai, n.m.Ouvrage d'accostage pour les navires, constitué par un mur de soutènement et une chaussée aménagée au bord de l'eau.Recommandé
Quartier, n.m.Partie d'une agglomération ayant une certaine unité et des caractéristiques propres.Recommandé
Quartier résidentiel, n.m.Voir : Secteur résidentiel. 
Rade, n.f.Vaste plan d'eau abrité qui a une issue vers la mer et où les navires trouvent de bons mouillages.Recommandé
Rang (1), n.m.Portion de territoire, constituée d'une série de lots parallèles s'allongeant à partir d'une ligne, d'un cours d'eau ou d'un chemin et où, le cas échéant, s'alignent les habitations.
Note. – Dans plusieurs régions du Québec, les termes côte et concession sont parfois employés à la place de rang.
Recommandé
Rang (2), n.m.En milieu rural, voie de communication tracée perpendiculairement aux lots et desservant un ensemble d'exploitations agricoles.
Notes. – 1. Les deux caractéristiques essentielles du rang résident dans le fait que la voie se situe hors d'un noyau densément habité et qu'elle est bordée plus ou moins régulièrement de constructions.
2. À l'origine, le terme rang s'appliquait à la portion de terre limitée par les lignes latérales d'une seigneurie, le chemin de front en avant et le trait-carré arrière. Par extension de sens, rang en est venu à désigner une voie de communication.
Normalisé
Rangs (1), n.m.Voir : Rang (1).Recommandé
Rapide, n.m.Partie d'un cours d'eau, souvent hérissée de roches, où le courant devient rapide et agité par suite d'un resserrement du lit ou d'une faible augmentation de la pente.Normalisé
Rapides, n.m.Voir : Rapide.Normalisé
Ravin, n.m.Entaille profonde et étroite sur un versant, creusée par les eaux de ruissellement.Normalisé
Ravine, n.f.Petit ravin généralement non stabilisé.Normalisé
Récif, n.m.Rocher ou amoncellement de roches à fleur d'eau, dans la mer, constituant un danger pour la navigation.Normalisé
Récifs, n.m.Voir : Récif.Normalisé
Refuge faunique, n.m.Territoire constitué des milieux privilégiés d'un habitat faunique en vue de sa protection, et où l'utilisation des ressources est réglementée.Recommandé
Région, n.f.Territoire relativement étendu possédant des caractères particuliers qui lui confèrent une certaine unité.Recommandé
Région administrative, n.f.Division territoriale servant de cadre à l'activité des ministères et des organismes publics.Recommandé
Remous, n.m.Endroit dans un cours d'eau où l'eau s'agite dans un sens contraire au courant.Normalisé
Réserve écologique, n.f.Territoire constitué à même les terres publiques en vue de la conservation de ce territoire à l'état naturel, de la sauvegarde des espèces animales et végétales menacées, de la recherche scientifique et de l'éducation.Recommandé
Réserve faunique, n.f.Territoire constitué en vue de la protection de la faune, où l'utilisation des ressources est réglementée.Recommandé
Réserve indienne, n.f.Territoire réservé aux Amérindiens en vertu de la Loi sur les Indiens.Recommandé
Réserve militaire, n.f.Territoire appartenant à la Défense nationale et servant aux activités de l'armée.Recommandé
Réservoir, n.m.Nappe d'eau à niveau contrôlé, dont la retenue sert à des fins surtout utilitaires.Normalisé
Rigole, n.f.Sillon naturel ou artificiel collectant les eaux de ruissellement.Normalisé
Rigolet, n.m.Voir : Rigole. 
Rivière, n.f.Cours d'eau d'importance variable recevant des tributaires et se déversant dans une nappe d'eau ou un cours d'eau plus important.Normalisé
Rivières, n.f.Voir : Rivière.Normalisé
Roche, n.f.Bloc important de matière minérale.
Notes. – 1. Le terme roche désigne souvent la matière elle-même. Toutefois cette acception ne concerne pas la toponymie. C'est dans son sens fragment de roche, qui est une extension, que ce terme est ici défini.
2. Contrairement au rocher, la roche ne fait pas partie de la roche en place.
Normalisé
Rocher, n.m.Affleurement de la roche en place formant une éminence souvent abrupte.Normalisé
Rochers, n.m.Voir : Rocher.Normalisé
Roches, n.f.Voir : Roche.Normalisé
Rond-point, n.m.Voir : Carrefour. 
Route, n.f.Voie de communication large et fréquentée, de première importance par opposition au chemin, reliant deux ou plusieurs agglomérations.
Notes. – 1. Pour la distinction entre route et chemin, on se reportera à chemin.
2. Lorsqu'on dit de la route qu'elle est large, c'est par opposition au chemin.
3. Une voie située en milieu urbain qui a déjà été une route, peut conserver ce générique si l'ancienneté et l'authenticité de cet usage le justifient.
Normalisé
Rue, n.f.Définition 1. Voie de communication généralement bordée de bâtiments dans une agglomération.
Note. – Ce type de voie présente la caractéristique d'être bordée de bâtiments. Si le terme généralement figure dans la définition, c'est en vertu du fait que certaines de ces artères peuvent parfois en être dépourvues pendant un certain temps.
Définition 2. Dans un système de dénomination basé sur l'orientation des voies de communication (plan en damier), voie urbaine située dans un axe perpendiculaire à celui des voies portant le nom d'avenue.
Note. – Dans un tel système, les rues sont généralement orientées dans la direction est-ouest, perpendiculaires aux avenues orientées nord-sud.
Normalisé
Ruelle, n.f.Petite rue étroite.
Notes. – 1. Ce terme étant un diminutif de rue, la voie désignée par ce générique doit en comporter les caractéristiques. Les deux seuls éléments de sens qui se rajoutent ont trait à la largeur (la ruelle est étroite) et à la longueur (elle est de peu d'étendue).
2. Il ne faut surtout pas voir une nuance dépréciative dans l'utilisation du générique ruelle; il s'agit d'un terme neutre.
Normalisé
Ruisseau, n.m.Très petit cours d'eau.Normalisé
Ruisselet, n.m.Voir : Ruisseau. 
Savane, n.f.Terrain bas, parfois marécageux, caractérisé par l'abondance des mousses et la rareté des arbres.Normalisé
Savanes, n.f.Voir : Savane.Normalisé
Secteur résidentiel, n.m.Secteur réservé à l'habitation.
Note. – Le terme développement et ses composés développement domiciliaire et développement résidentiel doivent être proscrits en ce sens.
Recommandé
Seigneurie, n.f.Fief possédé par un seigneur.Recommandé
Sentier, n.m.Chemin étroit à l'usage des piétons.
Notes. – 1. En vertu de sa destination aux piétons, ce générique doit être limité pour dénommer une voie réservée à la promenade.
2. L'aménagement de cette catégorie de voie est passablement rudimentaire.
3. Présentement, ce générique est généralement réservé à certains domaines particuliers comme les parcs, les sentiers écologiques, les pistes de randonnée, les centres de la nature, etc.
Normalisé
Sentier de migration, n.m.Sentier tracé par le passage des caribous lors de leurs déplacements saisonniers.Recommandé
Sommet, n.m.Point culminant d'un relief.Normalisé
Sommets, n.m.Voir : Sommet.Normalisé
Source, n.f.Point d'émergence d'une nappe souterraine.Normalisé
Sources, n.f.Voir : Source.Normalisé
Square, n.m.Petit jardin public, généralement situé sur une place et entouré d'une grille.
Note. – Ce terme ne peut être utilisé comme générique pour nommer les rues qui l'entourent ni les immeubles qui y sont adjacents. Il n'a pas le sens du mot anglais square et ne doit pas être confondu avec place. À partir du XIXe siècle, sous l'influence du terme anglais square, le terme carré a été utilisé au Québec pour désigner des espaces publics découverts. Cet emploi du terme carré est encore vivant dans la langue courante, surtout à l'oral, pour désigner certains squares d'importance historique, notamment dans la région de Montréal. Si l'utilisation de carré peut être justifiée dans ces contextes, ce terme ne saurait servir dans le cadre de dénominations futures.
Normalisé
Station, n.f.Voir : Station de chemin de fer. 
Station de chemin de fer, n.f.Gare ferroviaire de peu d'importance.Recommandé
Station de recherche, n.f.Lieu aménagé pour la recherche scientifique dans un domaine déterminé.
Note. – La station de recherche peut être forestière, agricole, piscicole, météorologique, etc. Dans l'usage courant, le terme ferme expérimentale est fréquemment utilisé en remplacement de station de recherche agricole qui demeure le terme adéquat.
Recommandé
Station de ski, n.f.Lieu pourvu d'importantes installations destinées à la pratique du ski et au séjour des skieurs.Recommandé
Station forestière, n.f.Établissement constitué d'un territoire forestier aménagé de façon polyvalente ainsi que d'un ensemble d'installations, de bâtiments et d'équipements, destiné à l'éducation, à la démonstration, à la recherche et à l'expérimentation forestières.Recommandé
Station météorologique, n.f.Ensemble des installations et équipements nécessaires aux observations météorologiques.Recommandé
Station militaire, n.f.Installation militaire moins importante qu'une base.Recommandé
Stationnement, n.m.Voir : Parc de stationnement. 
Station radar, n.f.Endroit où sont regroupées les installations nécessaires au fonctionnement d'un radar.Recommandé
Terrain de camping, n.m.Espace aménagé en vue du séjour des campeurs.
Note. – En contexte, ce terme peut se réduire à camping.
Recommandé
Terrain de jeu, n.m.Espace aménagé pour la pratique d'activités de récréation.Recommandé
Terrasse, n.f.Dépôt de matériaux meubles formant replat.
Note. – 1. Il est à noter que le terme terrasse ne doit pas être utilisé comme générique dans la désignation des voies de communication, à moins que la voie ne borde ou ne se confonde avec une terrasse.
2. Une terrasse peut également être une levée de terre formant plate-forme, ordinairement soutenue par de la maçonnerie.
3. On peut utiliser le terme terrasse, si désiré, comme partie de l'élément spécifique d'un odonyme. Ainsi, Rue de la Terrasse-Stuart serait correct pour désigner une voie qui mènerait à une terrasse de ce nom.
Recommandé
Territoire, n.m.Étendue de pays où s'exerce un mode d'autorité ou de juridiction exceptionnel.
Note. – Définition à caractère administratif.
Recommandé
Tourbière, n.f.Formation végétale en terrain humide, résultant de l'accumulation de matières organiques partiellement décomposées.Recommandé
Vallée, n.f.Dépression allongée délimitée par deux versants et généralement occupée par un cours d'eau ou une nappe d'eau.Normalisé
Versant, n.m.Surface déclive d'un relief marquant du paysage.Recommandé
Village, n.m.Agglomération rurale caractérisée par un habitat plus ou moins concentré, possédant des services de première nécessité et offrant une forme de vie communautaire.
Note. – Ne pas confondre avec municipalité de village, notion administrative.
Recommandé
Village forestier, n.m.Agglomération sans statut juridique établie en forêt, regroupant des travailleurs forestiers et leurs familles.Recommandé
Villégiature, n.m.Voir : Centre de villégiature. 
Voie de contournement, n.f.Voir : Contournement. 
Zec, n.f.Voir : Zone d'exploitation contrôlée. 
Zone, n.f.Portion de territoire dont les fonctions et l'utilisation du sol sont réglementées.Recommandé
Zone d'aménagement et de conservation, n.f.Territoire établi par l'Administration pour la gestion des ressources fauniques.
Note. – L'acronyme zac est utilisé pour désigner cette notion.
Recommandé
Zone d'exploitation contrôlée, n.f.Territoire établi par l'État, destiné principalement au contrôle du niveau d'exploitation des ressources fauniques, et dont la gestion peut être déléguée à un organisme agréé.
Note. – L'acronyme zec est utilisé pour désigner cette notion.
Recommandé
Zone industrielle, n.f.Voir : Parc industriel. 
Zone résidentielle, n.f.Voir : Secteur résidentiel. 
Zoo, n.m.Voir : Jardin zoologique. 
Haut de page »

Banque de noms de lieux du Québec

Recherche avancée

OK

Date de la dernière mise à jour : septembre 2015

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012