Normes et procédures

Liste complète des types d'entités et leurs définitions

La colonne de gauche du tableau qui suit comprend des termes ou des expressions qui servent à désigner des types d’entités géographiques, soit des entités géographiques naturelles (promontoire, chaîne de montagnes, vallée, rivière, tourbière, érablière, champ, etc.), soit des entités géographiques artificielles (ouvrage d’art, barrage, canal, quai, réservoir, digue, pont, rue, boulevard, autoroute, etc.) ou encore des entités administratives (ville, réserve faunique, municipalité régionale de comté ou MRC, hameau, municipalité de paroisse, zone d’exploitation contrôlée ou zec, canton, seigneurie, etc.).

La colonne centrale contient les définitions de ces types d’entités ou, le cas échéant, le renvoi à un type d’entité.

Dans la colonne de droite, on trouve le statut accordé à chaque définition qui normalise, recommande ou définit.

Type d'entitéDescriptionStatut
Aboiteau, n.m.Digue permettant la récupération des terres littorales pour la culture.
Note. – Par extension, le terme aboiteau est aussi utilisé pour désigner la surface de terrain récupérée.
Recommandé
About, n.m.Espace résiduel entre deux rangs, résultant d'un découpage cadastral.Recommandé
Abouts, n.m.Voir : About.Recommandé
Abri sous rocher, n.m.Voir : Grotte. 
Abrupt, n.m.Rupture de pente prononcée dans un versant.Normalisé
Abrupts, n.m.Voir : Abrupt.Normalisé
Aérodrome, n.m.Terrain aménagé pour le décollage et l'atterrissage des avions.Normalisé
Aéroport, n.m.Lieu aménagé pour le trafic aérien, comportant l'ensemble des installations techniques et commerciales nécessaires.Normalisé
Aire de ponte, n.f.Voir : Frayère. 
Aire de repos, n.f.Voir : Halte routière. 
Aire de service, n.f.Voir : Halte routière. 
Aire de services, n.f.Voir : Halte routière. 
Allée, n.f.Voie, chemin bordé d'arbres, de plates-bandes, de pelouses, et qui permet le passage, sert de lieu de promenade ou d'accès dans un jardin, un parc, un bois.
Notes. – 1. Le terme chemin doit être pris ici selon son sens général d'espace qui permet d'aller d'un lieu à un autre.
2. Les deux éléments importants dont on doit tenir compte consistent en l'aménagement de la voie à l'aide d'éléments de verdure (arbres, pelouses, etc.) et dans sa fonction privilégiée dévolue à la promenade à pied ou d'une autre nature.
3. Cependant, pour des motifs historiques, un odonyme comme Grande Allée a été conservé, à Québec, bien que la voie ainsi dénommée ne réponde pas exactement à la définition normalisée.
Normalisé
Ancrage, n.m.Voir : Mouillage. 
Anse, n.f.Petite baie à contours arrondis.Normalisé
Anses, n.f.Voir : Anse.Normalisé
Antre, n.m.Voir : Caverne. 
Arboretum, n.m.Lieu où l'on fait, dans un but scientifique, la culture et l'étude des arbres forestiers groupés suivant un ordre systématique ou phytogéographique.Normalisé
Archidiocèse, n.m.Circonscription ecclésiastique placée sous la responsabilité d'un archevêque.Défini
Archipel, n.m.Groupe d'îles.
Note. – Le terme archipel est utilisé pour désigner un regroupement d'îles important. Le terme îles s'applique dans le cas de quelques îles n'ayant pas l'apparence d'un regroupement important.
Normalisé
Aréna, n.m.Établissement où se trouve une piste de patinage sur glace entourée de gradins.
Notes. – 1. Le terme aréna est un emprunt ancien à l'anglais skating arena.
2. L'aréna est parfois utilisé pour d'autres activités que le patinage. Il peut aussi être aménagé de façon à comprendre des locaux qui servent à diverses activités récréatives ou autres.
3. Les majuscules prennent un accent lorsque les minuscules équivalentes en comportent. Exemple : ARÉNA.
Recommandé
Arête, n.m.Ligne d'intersection de deux versants d'un élément de relief.Défini
Arrêt, n.m.Voir : Arrêt ferroviaire. 
Arrêt ferroviaire, n.m.Endroit prévu pour l'arrêt facultatif des trains.Normalisé
Arrêt sur fanion, n.m.Voir : Arrêt ferroviaire. 
Arrière-arrière-fief, n.m.Étendue de terre concédée à l'intérieur d'un arrière-fief.Recommandé
Arrière-fief, n.m.Étendue de terre concédée à l'intérieur d'un fief.Recommandé
Arrondissement, n.m.Subdivision territoriale administrative d'une grande collectivité regroupant en totalité ou en partie des collectivités locales.Défini
Arrondissement historique, n.m.Territoire désigné comme tel par le gouvernement en raison de la concentration de monuments ou de sites historiques qu'on y trouve.Défini
Arrondissement historique et naturel, n.m.Territoire désigné comme tel par le gouvernement en raison de la concentration de monuments ou de sites historiques qu'on y trouve et de l'intérêt esthétique, légendaire ou pittoresque que présente son harmonie naturelle.Défini
Arrondissement naturel, n.m.Un territoire désigné comme tel par le gouvernement en raison de l'intérêt esthétique, légendaire ou pittoresque que présente son harmonie naturelle.Défini
Astroblème, n.m.Voir : Cratère météorique. 
Autoroute, n.f.Voie de communication à chaussées séparées, exclusivement réservées à la circulation rapide, ne comportant aucun croisement à niveau et accessible seulement en des points aménagés à cet effet.
Notes. – 1. Le fait que ce genre de voie soit exclusivement réservé à la circulation des véhicules en exclut l'accès aux piétons.
2. La précision rapide signale qu'on en destine l'utilisation à des véhicules pouvant se déplacer à une certaine vitesse, ce qui implique qu'on en interdit l'accès à des appareils de locomotion tels que la bicyclette, la voiture à traction animale, etc.
3. Sauf exception, une autoroute comporte des chaussées sur lesquelles la circulation ne s'effectue que dans un seul sens.
Normalisé
Aven, n.m.Cavité verticale, créée par l'érosion, reliant la surface à une grotte dans un sol calcaire, et dans lequel s'engouffrent souvent des eaux de surface qui rejoignent un cours d'eau ou un lac souterrain.
Note. – Bien qu'il soit souvent désigné comme un synonyme d'aven, le terme gouffre est généralement employé pour désigner un aven de grande dimension. Le terme emposieu est parfois employé en Suisse ainsi que dans le Jura français pour désigner un aven.
Synonymes : Emposieu; Gouffre.
Défini
Avenue, n.f.Définition 1. Voie de communication urbaine plus large que les rues, desservant un quartier ou une partie d'une ville, ou pouvant conduire à un lieu bien identifié.
Notes. – 1. La caractéristique « plantée d'arbres », relevée dans l'ensemble des dictionnaires français consultés, n'a pas été retenue parce qu'elle ne constitue pas un élément de base essentiel à la notion, du moins au Québec.
2. Ce type de voie implique la présence d'un noyau assez dense de constructions; le terme avenue ne devrait donc pas être utilisé comme générique d'un odonyme en milieu entièrement rural.
3. La distinction entre rue et avenue n'est pas toujours très aisée. Cependant, on peut signaler que, de façon générale, l'avenue correspond très souvent à une voie plus large, plus longue ou plus importante que la rue.
Définition 2. Dans un système de dénomination basé sur l'orientation des voies de circulation (plan en damier), voie urbaine située dans un axe perpendiculaire à celui des voies portant le nom de rue.
Note. – Dans un tel système, les avenues sont généralement orientées dans la direction nord-sud, perpendiculaires aux rues orientées est-ouest.
Normalisé
Baie, n.f.Échancrure profonde d'un littoral ou d'une rive.Normalisé
Baies, n.f.Voir : Baie.Normalisé
Baignage, n.m.Voir : Mouillage. 
Baissière, n.f.Voir : Fondrière. 
Banc, n.m.En milieu aquatique, accumulation de matériaux qui peut découvrir.Normalisé
Banc de pêche, n.m.Secteur de la mer favorable à la pratique de la pêche commerciale.
Note. – Au Québec, on emploie souvent l'unité simple banc pour banc de pêche.
Normalisé
Banc de sable, n.m.En milieu aquatique, accumulation de sable qui peut découvrir.
Note. – Au Québec, on emploie souvent l'unité simple banc pour banc de sable.
Normalisé
Bancs, n.m.Voir : Banc.Normalisé
Bancs de pêche, n.m.Voir : Banc de pêche.Normalisé
Bancs de sable, n.m.Voir : Banc de sable.Normalisé
Barachois, n.m.Voir : Lagune. 
Barrage, n.m.Ouvrage construit en travers du lit d'un cours d'eau afin de dériver ou d'accumuler les eaux.Recommandé
Barrage déversoir, n.m.Barrage conçu pour que l'eau coule d'elle-même par-dessus la crête en cas de crue, de manière à ce qu'elle ne dépasse jamais un certain niveau dans le réservoir.
Variante graphique : Barrage-déversoir.
Synonyme : Barrage à crête déversante.
Défini
Barrages, n.m.Voir : Barrage.Recommandé
Barre, n.f.Haut-fond qui se forme à l'embouchure d'un cours d'eau ou parallèlement à la côte.Normalisé
Barrière, n.f.Voir : Poste d'accueil. 
Base de plein air, n.f.Lieu aménagé en pleine nature où des adultes, des familles et des groupes peuvent, en toute saison, séjourner et pratiquer librement des activités de plein air.Recommandé
Base d'hydravion, n.f.Voir : Hydrobase. 
Base militaire, n.f.Lieu où se retrouvent en permanence des logements, des équipements et autres services utiles à l'armée.Recommandé
Bas-fond, n.m.Voir : Fosse. 
Bassin, n.m.Partie élargie et surcreusée d'un cours d'eau, généralement située au pied d'une rupture de pente, où les eaux sont plus calmes que dans les sections adjacentes.Défini
Bassin d'eau potable, n.m.Voir : Réservoir d'eau potable. 
Bassin de rétention, n.m.Bassin à ciel ouvert ou réservoir sous-terrain qui permet de contenir provisoirement les crues ou les eaux pluviales que le réseau hydraulique n'est pas en mesure d'évacuer, afin d'éviter des inondations ou des déversements non désirés.Défini
Bassin pluvial, n.m.Voir : Réservoir pluvial. 
Bassin portuaire, n.m.Plan d'eau d'un port, fermé par des quais ou des digues et destiné à recevoir les navires.Recommandé
Bassins, n.m.Voir : Bassin.Défini
Batture, n.f.Portion étendue et plate d'un rivage affectée par la fluctuation du niveau des eaux.Normalisé
Battures, n.f.Voir : Batture.Normalisé
Belvédère, n.m.Lieu aménagé sur un terrain élevé, offrant un point de vue remarquable sur le paysage environnant.Défini
Berge, n.f.Talus bordant un cours d'eau.Défini
Bibliothèque, n.f.Établissement qui rassemble et met à la disposition du public une collection organisée de livres et de périodiques ou de tout autre document audio-visuel ou informatique.Défini
Bleuetière, n.f.Terrain où abonde le bleuet.Normalisé
Bogan, n.m.Voir : Bras mort. 
Bois, n.m.Étendue de terrain peuplée d'arbres, habituellement associée à l'habitat humain.Recommandé
Boisé, n.m.Voir : Bois. 
Bosquet, n.m.Groupe d'arbres et d'arbustes servant le plus souvent à des fins utilitaires ou décoratives.Recommandé
Boulevard, n.m.Artère à grand débit de circulation reliant diverses parties d'un ensemble urbain et comportant habituellement au moins quatre voies, souvent séparées par un terre-plein.
Notes. – 1. Le boulevard se retrouve en agglomération, c'est-à-dire au sein d'une concentration importante d'immeubles.
2. Pour comporter le générique boulevard, une voie doit être large, en considération de la densité de la circulation.
3. La présence ou l'absence d'un terre-plein ou îlot séparateur central ne suffit pas à elle seule à déterminer la nature de la voie. Cette caractéristique vient souvent compléter les autres composantes.
Normalisé
Branche, n.f.Chacune des ramifications d'un cours d'eau principal.Normalisé
Bras, n.m.Subdivision latérale d'un cours d'eau due à la présence d'une île.Normalisé
Bras mort, n.m.Bras abandonné d'un cours d'eau, où souvent stagnent les eaux.Recommandé
Bras morts, n.m.Voir : Bras mort.Recommandé
Brisant, n.m.Écueil proche d'une côte sur lequel les vagues se brisent et déferlent.Normalisé
Brisants, n.m.Voir : Brisant.Normalisé
Bureau de poste, n.m.Établissement où s'exerce le service du courrier pour un territoire donné.Recommandé
Bureau de poste militaire, n.m.Bureau de poste exploité par le ministère de la Défense nationale.Recommandé
Butte, n.f.Petite colline.Recommandé
Buttereau, n.m.Voir : Butte. 
Buttes, n.f.Voir : Butte.Recommandé
Cairn, n.m.Monticule ou tumulus édifié en terre ou en pierre et servant de repère ou de souvenir.Recommandé
Camp, n.m.Voir : Chalet. 
Camp d'automne, n.m.Voir : Camp saisonnier. 
Camp de bûcherons, n.m.Voir : Camp forestier. 
Camp de plein air, n.m.Lieu situé en pleine nature où sont regroupées des habitations plus ou moins rustiques pour les amateurs d'activités de plein air.Défini
Camp de printemps, n.m.Voir : Camp saisonnier. 
Camp d'été, n.m.Voir : Camp saisonnier. 
Camp de vacances, n.m.Lieu aménagé généralement en pleine nature et qui offre, sous forme communautaire, le séjour et des activités organisées à des enfants, des adultes ou des familles pendant les vacances.Recommandé
Camp d'hiver, n.m.Voir : Camp saisonnier. 
Camp forestier, n.m.Lieu où sont regroupées les habitations et les installations servant aux travailleurs en forêt.Recommandé
Camping, n.m.Voir : Terrain de camping. 
Camp littéraire, n.m.Camp de vacances dont la programmation est axée principalement sur la pratique de l'écriture à des fins littéraires.Défini
Camp militaire, n.m.Lieu où l'armée installe de façon plus ou moins permanente des tentes, baraquements ou autres abris.Recommandé
Camp minier, n.m.Lieu où sont regroupées les habitations et les installations temporaires servant aux travailleurs dans les mines.Défini
Camp musical, n.m.Colonie de vacances dont la programmation est axée en grande partie sur l'enseignement de la musique.Défini
Camp saisonnier, n.m.Lieu où les Amérindiens et les Inuits installent leurs tentes pour un séjour provisoire, selon l'époque de l'année.Recommandé
Camp sportif, n.m.Lieu situé en pleine nature où sont regroupées des habitations plus ou moins rustiques pour les amateurs de chasse et de pêche.Défini
Camps saisonniers, n.m.Voir : Camp saisonnier.Recommandé
Campus, n.m.Ensemble scolaire constitué d'un vaste terrain, comportant ordinairement des espaces verts, sur lequel sont regroupés les bâtiments d'un établissement d'enseignement collégial ou universitaire, et formant ainsi une unité en soi par rapport au milieu dans lequel il s'insère.
Note. – Dans l'enseignement universitaire, on appelle parfois cité universitaire l'ensemble qui constitue le terrain et les bâtiments.
Recommandé
Canal, n.m.Voie d'eau artificielle.Normalisé
Canal de navigation, n.m.Canal destiné surtout à la navigation et au transport fluvial.Défini
Canal historique, n.m.Voie d'eau artificielle navigable et ancienne dont la vocation est désormais surtout récréative.Défini
Canaux, n.m.Voir : Canal.Normalisé
Canton, n.m.Unité territoriale d'un système de division de l'espace, de forme généralement rectangulaire, servant à la concession en tenure libre des terres publiques.Défini
Canyon, n.m.Gorge creusée par un cours d'eau dans la roche sédimentaire.Normalisé
Cap, n.m.Saillie de terre élevée et massive, qui s'avance dans une étendue d'eau.Recommandé
Caps, n.m.Voir : Cap.Recommandé
Carré, n.m.Rue qui forme un quadrilatère avec la voie de communication sur laquelle aboutissent ses deux extrémités.
Notes. – 1. Le tracé de ce type de rue a généralement la forme d'un carré ou d'un rectangle.
2. Le terme français carré, dans cette acception particulière, n'a pas vraiment d'équivalent en anglais. Comme le carré est un type de rue, on peut le désigner en anglais par le terme générique street.
Défini
Carrefour, n.m.Lieu relativement large, par opposition au simple croisement, où se rencontrent plusieurs voies de communication.
Note. – Sur le plan technique de la structure, on peut dénombrer plusieurs types de carrefours dont, entre autres, la bifurcation, l'intersection oblique et le carrefour giratoire qui relèvent tous de la même notion.
Normalisé
Carrefour giratoire, n.m.Voir : Carrefour. 
Carrière, n.f.Terrain où se pratique l'extraction de substances minérales destinées à la construction.Défini
Carrières, n.f.Voir : Carrière.Défini
Cascade, n.f.Chute d'eau de faible débit, comportant ordinairement plusieurs paliers.Recommandé
Cascades, n.f.Voir : Cascade.Recommandé
Cascatelle, n.f.Petite cascade.Recommandé
Caserne, n.f.Voir : Caserne de pompiers. 
Caserne de pompiers, n.f.Bâtiment qui abrite le personnel, les véhicules et le matériel de lutte contre les incendies.
Note. – Bien que le terme poste d'incendie soit parfois utilisé au Québec pour désigner une caserne de pompiers, ce terme désigne surtout un ensemble d'appareillages situés dans un lieu précis (par exemple dans un aéroport ou un immeuble à bureaux) et visant à lutter contre des incendies. Il est donc préférable d'utiliser les termes caserne de pompiers ou poste de pompiers pour désigner un bâtiment qui abrite le personnel, les véhicules et le matériel de lutte contre les incendies.
Synonyme : Poste de pompiers.
Défini
Cataracte, n.f.Chute d'un grand cours d'eau, dont la dénivelée est importante.Recommandé
Cataractes, n.f.Voir : Cataracte.Recommandé
Caverne, n.f.Cavité naturelle de grande taille, creusée dans le roc.Recommandé
Caye, n.f.Voir : Récif. 
Cédrière, n.f.Terrain où abonde le thuya.
Note. – Le thuya est communément appelé cèdre au Québec.
Normalisé
Centrale à combustible fossile, n.f.Voir : Centrale thermique classique. 
Centrale à combustibles fossiles, n.f.Voir : Centrale thermique classique. 
Centrale atomique, n.f.Voir : Centrale nucléaire. 
Centrale classique, n.f.Voir : Centrale thermique classique. 
Centrale électrique nucléaire, n.f.Voir : Centrale nucléaire. 
Centrale électrique thermique, n.f.Voir : Centrale thermique. 
Centrale électronucléaire, n.f.Voir : Centrale nucléaire. 
Centrale hydroélectrique, n.f.Usine dans laquelle l'énergie mécanique de l'eau est transformée en énergie électrique.
Note. – On trouve encore la graphie centrale hydro-électrique.
Recommandé
Centrale nucléaire, n.f.Centrale produisant de l'énergie électrique à partir de l'énergie thermique fournie par un ou plusieurs réacteurs nucléaires.
Note. – Le terme centrale nucléaire est normalisé par l'ISO et est largement prédominant dans l'usage. Les termes usine nucléaire et usine atomique sont désuets en ce sens. Les termes anglais nuclear power plant et nuclear power station sont normalisés par l'ISO.
Défini
Centrale thermique, n.f.Centrale produisant l'énergie électrique à partir de l'énergie thermique générée par la combustion de combustibles fossiles ou fournie par des réacteurs nucléaires, par des sources géothermales ou par la lumière du soleil.
Note. – En langue courante, on remarque que les termes centrale thermique et usine thermique sont souvent employées pour désigner plus spécifiquement une centrale thermique classique, c'est-à-dire une centrale qui utilise des combustibles fossiles. Le terme centrale thermodynamique n'est plus guère en usage pour désigner une centrale thermique.
Défini
Centrale thermique à combustible fossile, n.f.Voir : Centrale thermique classique. 
Centrale thermique à combustibles fossiles, n.f.Voir : Centrale thermique classique. 
Centrale thermique à flamme, n.f.Voir : Centrale thermique classique. 
Centrale thermique classique, n.f.Centrale produisant de l'énergie électrique à partir de l'énergie thermique dégagée par la combustion de combustibles fossiles solides, liquides ou gazeux.
Note. – Dans certaines sources, le terme centrale thermique classique ne désigne que le type le plus commun et le plus ancien de centrales thermiques à combustible fossile, c'est-à-dire celles qui fonctionnent avec une chaudière à vapeur. Cette distinction demeure toutefois peu courante dans l'ensemble de la documentation consultée. Dans la langue courante, le terme générique centrale thermique est souvent utilisé pour désigner une centrale thermique classique.
Défini
Centrale thermique nucléaire, n.f.Voir : Centrale nucléaire. 
Centrale thermoélectrique, n.f.Voir : Centrale thermique. 
Centre affilié universitaire, n.m.Bâtiment, partie de bâtiment ou ensemble de bâtiments dont dispose un établissement (par exemple, un CLSC) ou un hôpital, autre qu'un centre hospitalier universitaire ou un institut universitaire, qui participe à la formation de professionnels du domaine de la santé et des services sociaux ou à des activités de recherche selon un contrat dont les modalités sont prévues dans la Loi sur les services des santés et les services sociaux.Défini
Centre commercial, n.m.Groupe de magasins de détail, qui peut comprendre généralement un ou plusieurs magasins à grande surface et divers services (poste, banques, etc.), occupant un ensemble de bâtiments donnant sur un stationnement dans une zone urbaine ou à proximité.Normalisé
Centre communautaire, n.m.Lieu servant de point de ralliement à une collectivité ou à une communauté dans le but d'exercer des activités récréatives, culturelles, sociales ou humanitaires.
Note. – Le centre communautaire se distingue du centre de loisirs du fait qu'il s'y déroule des activités d'ordre social et qu'il sert de lieu de rencontre à une collectivité ou à une communauté.
Défini
Centre culturel, n.m.Lieu public d'une collectivité où sont tenues des activités ou des manifestations artistiques, littéraires, récréatives ou de mise en valeur du patrimoine.
Notes. – 1. Le terme centre culturel et ses synonymes sont souvent utilisés pour désigner l'organisme responsable de la gestion du lieu.
2. Le terme centre culturel et ses synonymes servent également à désigner un organisme chargé de promouvoir, à l'étranger, la culture d'un État ou d'une communauté ethnique.
Synonymes : Maison de la culture; Centre socioculturel; Centre d'animation culturelle.
Défini
Centre d'art, n.m.Établissement public ou privé, consacré à la promotion et à la diffusion des arts et, dans certains cas, à la vente d'œuvre d'arts.
Note. – Les formes centre d'arts et centre des arts sont généralement utilisées lorsque l'on souhaite mettre l'accent sur la diversité des disciplines artistiques proposées.
Défini
Centre d'arts, n.m.Voir : Centre d'art. 
Centre de glisse, n.m.Lieu destiné à la glissade sur neige ou sur glace et comprenant des pistes conçues à cette fin.
Note. – Le terme centre de glisse est généralement utilisé pour la glissade sur des chambres à air, des luges ou des tapis-luges. Il est également utilisé pour désigner des lieux qui comprennent à la fois des pistes de cette nature et des pistes de ski ou de planche à neige. En français européen, le terme centre de glisse est utilisé dans un sens beaucoup plus large puisqu'il peut s'appliquer à tous les lieux où l'on pratique des sports de glisse (planche à roulettes, kayak, char à voile, surf, etc.).
Défini
Centre de loisirs, n.m.Lieu généralement public, où sont organisées diverses activités récréatives.
Note. – Contrairement au centre communautaire, la mission du centre de loisirs n'est généralement pas axée sur des activités d'ordre social ou humanitaire.
Synonyme : Centre récréatif.
Défini
Centre de protection de l'enfance et de la jeunesse, n.m.Bâtiment, partie de bâtiment ou ensemble de bâtiments dont dispose un établissement qui offre, dans la région, des services de nature psychosociale, y compris les services d'urgence sociale, requis par la situation d'un jeune en vertu de la Loi sur la protection de la jeunesse et la Loi sur les jeunes contrevenants ainsi qu'en matière de placement d'enfants, de médiation familiale, d'expertise à la Cour supérieure sur la garde d'enfants, d'adoption et de recherche des antécédents biologiques.
Note. – Le centre jeunesse constitue le résultat de la fusion des établissements suivants : centres de protection de l'enfance et de la jeunesse (CPEJ), des centres de réadaptation pour jeunes mères en difficulté d'adaptation (CRMDA) et des centres de réadaptation pour jeunes en difficultés d'adaptation (CRJDA) selon la Loi sur les services de santé et les services sociaux. Le générique centre de protection (n.m.) plus un spécifique (Centre de protection de l'Estrie) constitue la manière habituelle de désigner lesdits centres. À l'exception des cas de regroupements prévus par la Loi où ils sont désignés par l'expression générique centre jeunesse.
Défini
Centre de réadaptation, n.m.Bâtiment, partie de bâtiment ou ensemble de bâtiments dont dispose un établissement qui offre des services d'adaptation ou de réadaptation et d'intégration sociale à des personnes qui, en raison de leurs déficiences physiques ou intellectuelles, de leurs difficultés d'ordre comportemental, psychosocial ou familial ou à cause de leur alcoolisme ou autres toxicomanie, requièrent de tels services de même que des services d'accompagnement et de soutien à l'entourage de ces personnes.Défini
Centre de recherche, n.m.Établissement qui regroupe les activités de recherche dans les domaines déterminées.Recommandé
Centre de récupération écologique, n.m.Voir : Déchetterie. 
Centre des arts, n.m.Voir : Centre d'art. 
Centre de services communautaires, n.m.Voir : Centre local de services communautaires. 
Centre de services sociaux, n.m.Bâtiment ou ensemble de bâtiment dont dispose un établissement qui dispense des services spécialisés de protection sociale aux personnes, aux familles et aux groupes menacés dans leur autonomie.Normalisé
Centre de ski, n.m.Lieu pourvu d'installations élémentaires pour la pratique du ski.Recommandé
Centre de villégiature, n.m.Lieu de séjour pour les vacanciers.Recommandé
Centre d'hébergement et de soins de longue durée, n.m.Bâtiment, partie de bâtiment ou ensemble de bâtiments dont dispose un établissement qui offre, de façon temporaire ou permanente, un milieu de vie substitut, des services d'hébergement, d'assistance, de soutien et de surveillance ainsi que des services de réadaption, psychosociaux, infirmiers, pharmaceutiques et médicaux aux adultes qui, en raison de leur perte d'autonomie fonctionnelle ou psychosociale, ne peuvent plus demeurer dans leur milieu de vie naturel, malgré le soutien de leur entourage.Défini
Centre d'interprétation, n.m.Lieu où sont regroupées diverses activités visant à sensibiliser les visiteurs à des éléments du patrimoine naturel ou culturel.
Notes. – 1. Le centre d'interprétation peut comprendre des bureaux, une salle d'exposition, une salle de projection, des salles de repos, un casse-croûte, une boutique de cadeaux, etc. Il peut également comprendre des installations extérieures.
2. Il existe des centres d'interprétation de la nature, des centres d'interprétation de l'histoire, des centres d'interprétation de l'architecture et du patrimoine, etc.
Défini
Centre d'interprétation de la nature, n.m.Espace aménagé de façon à favoriser l'observation et la connaissance du milieu naturel ainsi que l'initiation à la conservation de la nature.Défini
Centre domiciliaire, n.m.Voir : Secteur résidentiel. 
Centre éducatif forestier, n.m.Lieu où l'on se consacre principalement à initier le public à la conservation du milieu forestier.Défini
Centre hospitalier, n.m.Bâtiment ou ensemble de bâtiments dont dispose, au Québec, un établissement de santé qui offre, en plus des services habituels d'un hôpital, un regroupement de services médicaux et psychosociaux spécialisés.
Note. – Les centres hospitaliers appartiennent à l'une ou l'autre des classes suivantes : centre hospitalier de soins généraux et spécialisés et centre de soins psychiatriques. De plus, lorsqu'un centre hospitalier est lié à une université (selon des critères bien précis), il est alors classé centre hospitalier universitaire.
Défini
Centre hospitalier régional, n.m.Voir : Centre hospitalier universitaire. 
Centre hospitalier régional et universitaire, n.m.Voir : Centre hospitalier universitaire. 
Centre hospitalier universitaire, n.m.Bâtiment, partie de bâtiment ou ensemble de bâtiments dont dispose un hôpital lié à une université pour des activités reliées aux soins, à l'enseignement et à la recherche.Défini
Centre jeunesse, n.m.Voir : Centre de protection de l'enfance et de la jeunesse. 
Centre local de services communautaires, n.m.Bâtiment, partie de bâtiment ou ensemble de bâtiments dont dispose un établissement qui offre en première ligne des services de santé et des services sociaux courants et, à la population du territoire qu'il dessert, des services de santé et des services sociaux de nature préventive ou curative, de réadaptation ou de réinsertion.
Note. – Lorsqu'une désignation comporte un toponyme composé dont l'une des parties comprend déjà un trait d'union (La Petite-Patrie, Basse-Ville), les éléments principaux composant le toponyme sont séparés par un tiret : CLSC de Rosemont–La Petite-Patrie, CLSC de Basse-Ville–Limoilou. Pour l'emploi complexe des désignations génériques des différents organismes, il faut consulter le Guide de dénominations d'établissements de santé et de règles d'écriture.
Défini
Centre local des services sociaux, n.m.Voir : Centre local de services communautaires. 
Centre médical, n.m.Bâtiment ou ensemble de bâtiment dont dispose une institution ayant pour but la délivrance de soins médicaux ambulatoires.Défini
Centre piscicole, n.m.Installation où sont menées diverses activités liées à la reproduction et à l'élevage de poissons.
Notes. – 1. Les activités peuvent comprendre de l'élevage proprement dit, de la recherche, de la prestation de conseils destinés aux pisciculteurs.
2. Les termes centre piscicole et centre de pisciculture désignent généralement des installations relativement importantes, tandis que les termes station piscicole et station de pisciculture désignent pluôt des installations plus modestes.
3. Contrairement au terme établissement de pisciculture, qui fait référence à une entreprise privée, les termes station piscicole et centre piscicole peuvent être employés pour désigner une installation relevant du gouverment ou d'un organisme à but non lucratif.
4. Le terme pisciculture, qui désigne en premier lieu l'ensemble des techniques de production et d'élevage de poissons en vue de la consommation et de l'ensemencement de lacs ou de cours d'eau, est également employé pour désigner le lieu où son menées des activités de ce genre.
Synonyme : Centre de pisciculture.
Défini
Centre récréotouristique, n.m.Ensemble d'installations et de bâtiments destinés à fournir aux visiteurs des services de nature récréative et touristique.Défini
Chaîne de montagnes, n.f.Système montagneux formé par plissement, disposé en long.Normalisé
Chalet, n.m.Maison de campagne située près d'un lac ou d'un cours d'eau, qui sert de résidence secondaire.
Note. – Au Québec, le terme camp est souvent utilisé pour désigner une habitation à caractère rustique. Ce terme, employé dans les expressions camp de pêche et camp de chasse qui sont des types de camp, désigne, par extension de sens, un ensemble de ces habitations et l'on note que le camp est le plus souvent construit en forêt.
Recommandé
Champ, n.m.Pièce de terre cultivable.Recommandé
Champs, n.m.Voir : Champ.Recommandé
Chapelle, n.f.Lieu de culte, généralement de dimension modeste, qui n'a pas le titre paroissiale.
Note. – Une chapelle peut être un bâtiment isolé ou faire partie d'un bâtiment existant.
Défini
Château d'eau, n.m.Réservoir d'eau surélevé, en béton ou en acier, au-dessus de la surface du sol, destiné à maintenir dans le réseau une pression d'exploitation suffisante.Défini
Chaussée latérale , n.f.Voir : Voie de desserte. 
Chemin, n.m.Voie de communication d'intérêt local, en milieu rural et d'importance secondaire par rapport à la route.
Notes. – 1. Les termes chemin et route sont très liés et leur distinction tient davantage à une caractéristique dimensionnelle (le chemin est généralement étroit et la route large) et à une finalité différente, le chemin étant réservé à une fonction locale alors que la route, d'un assez long tracé, permet de relier plusieurs espaces.
2. En vertu du critère historique, le terme chemin peut également désigner une voie de communication en milieu urbain qui, à l'origine, était un chemin.
Normalisé
Chenail, n.m.Voir : Chenal. 
Chenal, n.m.Voie navigable, naturelle ou artificielle, entre des terres ou des hauts-fonds.Normalisé
Chenal de navigation, n.m.Voir : Chenal. 
Chenaux, n.m.Voir : Chenal.Normalisé
Chute, n.f.Masse d'eau tombant brusquement à l'emplacement d'une rupture de pente.Normalisé
Chutes, n.f.Voir : Chute.Normalisé
Cimetière, n.m.Lieu où l'on enterre les morts.Recommandé
Circonscription électorale, n.f.Division du territoire politique établie en vue de l'élection de représentants.
Note.- La circonscription électorale peut être fédérale, provinciale, municipale ou scolaire. Le terme district demeure toutefois utilisé au sens de division électorale municipale (ou de quartier) dans la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités.
Normalisé
Circonscription électorale fédérale, n.f.Voir : Circonscription électorale. 
Circonscription électorale municipale, n.f.Division du territoire politique établie en vue de l'élection de représentants.
Note.- La circonscription électorale peut être fédérale, provinciale, municipale ou scolaire. Le terme district demeure toutefois utilisé au sens de division électorale municipale (ou de quartier) dans la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités.
Normalisé
Circonscription électorale provinciale, n.f.Division du territoire politique établie en vue de l'élection de représentants.
Note.- La circonscription électorale peut être fédérale, provinciale, municipale ou scolaire. Le terme district demeure toutefois utilisé au sens de division électorale municipale (ou de quartier) dans la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités.
Normalisé
Circonscription électorale scolaire, n.f.Voir : Circonscription électorale. 
Circonscription foncière, n.f.Territoire dans lequel un bureau de la publicité des droits exerce sa compétence.
Note. – Le terme circonscription foncière a été retenu dans le nouveau Code civil du Québec pour remplacer le calque division d'enregistrement, employé en droit actuel.
Normalisé
Circuit, n.m.Itinéraire de course organisée sur un parcours en boucle fermée.Défini
Ciré, n.m.Étendue d'eau lisse et tournoyante, généralement entre la tête et le pied d'une rupture de pente.
Note. – Il s'agit d'un québécisme.
Défini
Cirque , n.m.Dépression aux parois abruptes, en forme d'amphithéâtre, façonnée dans les flancs d'une colline ou d'une montagne par un glacier ou un névé.
Note. – Le terme anglais cwm est d'origine galloise. Le w se prononce un peu comme le son ou en français.
Synonyme : Cirque glaciaire.
Défini
Cité, n.f.Municipalité érigée à ce titre conformément aux dispositions de la Loi sur les cités et villes.
Note. – Ce statut n'est plus en usage selon la Loi sur l'organisation territoriale municipale. (Voir : Ville)
Défini
Cité universitaire, n.f.Voir : Campus. 
CLSC (Centre local de serv. commun.), n.m.Voir : Centre local de services communautaires. 
Col, n.m.Dépression entre deux sommets offrant généralement un passage.Normalisé
Colline, n.f.Relief d'élévation modérée aux versants généralement en pente douce.Recommandé
Collines, n.f.Voir : Colline.Recommandé
Colonie de vacances, n.f.Camp de vacances pour les jeunes.
Note. – Le terme colonie de vacances tend à disparaître pour être remplacé par camp de vacances et centre de vacances. Les centres de vacances et de loisirs sont aujourd'hui une pièce essentielle du dispositif mis en place pour accueillir les enfants et les adolescents dans le temps de loisir.
Recommandé
Communauté régionale, n.f.Territoire regroupant les municipalités d'une région, sur lequel s'exerce une autorité fixée par une loi particulière.Recommandé
Communauté urbaine, n.f.Territoire regroupant les municipalités d'une agglomération urbaine, sur lequel s'exerce une autorité fixée par une loi particulière.Recommandé
Commune, n.f.Terrain utilisé en commun pour le pâturage, la culture ou d'autres usages.
Note. – La commune a été instituée sous le régime seigneurial et il en subsiste quelques-unes.
Recommandé
Complexe hydroélectrique, n.m.Ensemble des aménagements hydroélectriques reliés qui permettent d'exploiter le potentiel énergétique d'un ou plusieurs bassins ou sous-bassins.
Note. – Un complexe compte plusieurs centrales hydroélectriques.
Défini
Concession, n.f.Voir : Rang (1). 
Confluent, n.m.Point de jonction de deux cours d'eau, de deux glaciers ou de deux courants marins.Normalisé
Contournement, n.m.Tronçon de route ou d'autoroute, généralement extérieur à une agglomération, destiné à absorber la circulation de transit.
Note. – Le terme déviation, utilisé comme synonyme de contournement, surtout en France (sporadiquement au Québec), est aussi l'équivalent français du terme anglais diversion, utilisé pour désigner les déviations temporaires. Quelques ouvrages présentent le terme rocade comme équivalent français de bypass; cependant, rocade renvoie à une route urbaine ayant des fonctions différentes. Lorsque le contournement est une autoroute, on emploie également le terme plus précis autoroute de contournement (en France, on emploie aussi autoroute de dégagement et, parfois, déviation autoroutière).
Synonymes : Déviation; Voie de contournement; Autoroute de contournement; Autoroute de dégagement.
Recommandé
Cordon littoral, n.m.Bande de sable ou de galets sise en bordure d'une côte ou d'une rive et enfermant le plus souvent une lagune.Normalisé
Corniche, n.f.Saillie naturelle surplombant une pente raide.Normalisé
Corniches, n.f.Voir : Corniche.Normalisé
Coteau, n.m.Versant d'une colline ou d'une terrasse.Recommandé
Coteaux, n.m.Voir : Coteau.Recommandé
Côte littorale, n.f.Bande de terre bordant la mer.
Note. – L'usage a consacré au Québec, comme ailleurs, l'emploi exclusif du générique Côte et non l'expression toponymique correspondante : côte littorale.
Défini
Côte odographique, n.f.Voie de communication ou partie d'une voie de communication qui suit une pente.
Notes. – 1. L'usage a consacré au Québec, comme ailleurs, l'emploi exclusif du générique côte et non l'expression toponymique correspondante côte odographique.
2. Le terme peut être appliqué à l'ensemble d'une voie, si elle suit une pente, ou à la portion d'une voie qui correspond à la nature de cette entité. Bien que cette dernière remarque semble contredire le principe un lieu, un nom, il n'en est rien puisque, en fait, on se retrouve en présence de deux entités différentes, même si elles forment spatialement un tout ininterrompu. La portion côte peut comporter le générique côte et les autres portions de la voie, le générique approprié (route, chemin, rue ou autre).
Défini
Côte orographique, n.f.Voie de communication ou partie d'une voie de communication non retenue administrativement comme odonyme ou nom de voie de communication, mais retenue toponymiquement à des fins culturelles ou géographiques d'orientation ou de repérage.
Note. – L'usage a consacré au Québec, comme ailleurs, l'emploi exclusif du générique Côte et non l'expression toponymique correspondante : côte orographique.
Défini
Côtes orographiques, n.f.Voir : Côte orographique.Défini
Coude, n.m.Angle saillant dans le tracé d'un cours d'eau à la suite d'un changement brusque de direction.Normalisé
Coulée, n.f.Voir : Ravin. 
Courant, n.m.Portion d'une masse d'eau qui se déplace dans une direction déterminée.Normalisé
Courbe, n.f.Inflexion dans le tracé d'un cours d'eau.Normalisé
Cours, n.m.Large voie de communication servant de promenade.
Notes. – 1. Ce terme est relativement récent au Québec et, même s'il est encore très peu utilisé, il constitue un substitut valable, dans certains cas, à promenade.
2. Cette voie se situe dans une agglomération et comporte certains éléments d'aménagement comme des arbres, des pelouses, etc.
3. La notion de promenade, en dépit de ce qu'elle fait appel davantage à la marche à pied, n'interdit pas le déplacement à l'aide de véhicules motorisés (autos, motocyclettes, etc.).
Normalisé
Cours d'eau agricole, n.m.Cours d'eau régularisé artificiellement par des travaux de drainage des terres.Défini
Cran, n.m.Voir : Rocher. 
Cratère de météorite, n.m.Voir : Cratère météorique. 
Cratère météorique, n.m.Dépression fermée, creusée dans la terre par la chute d'une météorite.
Note. – Dans le langage scientifique, on emploie de plus en plus astroblème pour désigner cette réalité.
Recommandé
Crête, n.f.Ligne de faîte d'un ensemble montagneux.Recommandé
Crêtes, n.f.Voir : Crête.Recommandé
Crevasse, n.f.Fente profonde à la surface du sol ou d'un glacier.Normalisé
Crique, n.f.Petite anfractuosité dans une côte rocheuse offrant un abri naturel aux embarcations.Normalisé
Croissant, n.m.Voie de communication dont la forme s'apparente à une boucle ou à un arc de cercle.
Notes. – 1. Ce terme contribue à enrichir l'odonymie québécoise, en raison du très grand nombre de voies qui, au Québec, comportent le générique rue.
2. Il convient, cependant, de faire preuve d'une grande prudence lors de l'attribution de ce générique afin d'éviter qu'il soit utilisé erronément. Son usage devrait être réservé exclusivement à une voie dont la structure s'apparente à un demi-cercle et non à une quelconque figure géométrique.
3. Ce générique doit être utilisé dans un noyau habité et pour une voie bordée ou entourée de constructions.
Recommandé
CSS, n.m.Voir : Centre de services sociaux. 
Cuvette de fusion, n.f.Voir : Kettle. 
Cuvette de fusion de glace morte, n.f.Voir : Kettle. 
Cuvette de fusion glaciaire, n.f.Voir : Kettle. 
Cuvette de glace morte, n.f.Voir : Kettle. 
Débarcadère, n.m.Emplacement dans un port, sur une côte ou sur un rivage, permettant l'embarquement et le débarquement des passagers et des marchandises.
Note. – En toponymie, le terme débarcadère est préféré à son synonyme embarcadère.
Recommandé
Déchèterie, n.f.Voir : Déchetterie. 
Déchetterie, n.f.Lieu public aménagé pour le dépôt de déchets visés par la collecte sélective, de déchets domestiques encombrants, toxiques ou dangereux, de matériaux de construction ou de rénovation et de résidus organiques, dans le but d'en encourager le réemploi et le recyclage.
Note. – En France, le terme déchetterie (avec cette graphie) est un nom déposé. L'Académie française a proposé la graphie déchèterie. Au Québec, le terme écocentre est apparu dans le milieu des années 90 afin de souligner la vocation écologique des déchetteries. Cependant, en raison de la relative imprécision de ce terme et de son potentiel polysémique, on pourra lui préférer le terme plus précis centre de récupération écologique.
Défini
Défilé, n.m.Passage naturel, étroit et encaissé, entre des hauteurs.Recommandé
Dépôt, n.m.Voir : Dépôt forestier. 
Dépôt forestier, n.m.Centre d'approvisionnement et de ravitaillement d'une exploitation forestière, comprenant un ensemble de bâtiments devant être en usage pendant plusieurs années.Recommandé
Desserte, n.f.Circonscription ecclésiastique où la juridiction d'un ministre du culte (curé, pasteur, etc.) s'exerce de l'extérieur, le plus souvent d'une paroisse voisine.Défini
Détroit, n.m.Passage maritime naturel resserré entre deux côtes et faisant communiquer deux étendues d'eau.Normalisé
Développement, n.m.Voir : Secteur résidentiel. 
Développement domiciliaire, n.m.Voir : Secteur résidentiel. 
Développement résidentiel, n.m.Voir : Secteur résidentiel. 
Digue, n.f.Ouvrage en longueur destiné à faire obstacle à des mouvements d'eau ou à retenir l'eau.Recommandé
Digues, n.f.Voir : Digue.Recommandé
Diocèse, n.m.Circonscription ecclésiastique où s'exerce la juridiction d'un évêque.Recommandé
District, n.m.Voir : District judiciaire. 
District de recensement, n.m.Voir : Division de recensement. 
District électoral, n.m.Voir : Circonscription électorale municipale. 
District judiciaire, n.m.Division territoriale constituée aux fins de l'administration de la justice.Recommandé
Division cadastrale, n.f.Voir : Rang (1). 
Division d'enregistrement, n.f.Voir : Circonscription foncière. 
Division de recensement, n.f.Division territoriale établie aux fins du recensement.Recommandé
Doline, n.f.Dépression de forme circulaire ou ovale, généralement moins profonde que large, créée par la dissolution de roches ou par l'affaissement du sol au-dessus d'une cavité.
Notes. – 1. Le diamètre des dolines peut varier d'une dizaine de mètres à un kilomètre environ. Les dolines peuvent notamment être classées selon leur forme (doline en cuvette, doline en entonnoir, etc.) ou selon leur origine (doline de dissolution ou doline d'effondrement).
2. Les dolines finissent parfois par devenir des avens; c'est pour cette raison que certains ouvrages spécialisés anglais proposent swallow hole comme synonymes de doline. En France, le terme sotch est un équivalent régional utilisé dans les Causses.
Synonyme : Sotch.
Défini
Domaine, n.m.Propriété foncière d'une certaine étendue, généralement caractérisée par un aménagement architectural ou paysager.
Notes. – 1. La définition qui est donnée ici du terme domaine concerne la notion en tant qu'entité géographique. Le terme domaine est aussi utilisé couramment dans la dénomination de divers types de terrains et de lotissements résidentiels.
2. Le terme domaine ne doit pas être utilisé comme générique dans la désignation des voies de communication. Rien n'interdit, cependant, qu'il entre dans la composition du spécifique d'un odonyme. Ainsi, Rue du Domaine-Beauregard serait correct pour désigner une voie qui conduit à ce domaine.
Normalisé
Domaine forestier, n.m.Voir : Village forestier. 
Dôme, n.m.Voir : Colline. 
Dune, n.f.Relief de sable édifié par le vent.Normalisé
Dunes, n.f.Voir : Dune.Normalisé
Échangeur, n.m.Dispositif de raccordement de plusieurs voies routières (routes ou autoroutes) ne comportant aucun croisement à niveau.
Notes. – 1. Il existe plusieurs types d'échangeurs, selon la structure même de l'ouvrage.
2. À noter que l'accès à ce type de voie est limité aux véhicules et que l'échangeur constitue le point de rencontre de quelques voies de communication, bien que chaque voie se retrouve à un niveau différent.
Normalisé
Écluse, n.f.Ouvrage muni de portes et de vannes qui, sur un cours d'eau ou sur un canal, permet aux bateaux de passer d'un bief à un autre pour franchir une dénivellation.Recommandé
Écluses, n.f.Voir : Écluse.Recommandé
Écocentre, n.m.Voir : Déchetterie. 
École, n.f.Bâtiment ou ensemble des bâtiments dont dispose un établissement d'éducation ou d'enseignement.
Notes. – 1. Établissement est le générique absolu qui désigne tout lieu où l'on dispense un enseignement scolaire. Ce terme englobe les écoles, les cégeps, les universités, etc., mais ne sert pas à former leur nom. École est d'une utilisation plus restreinte. Il sert de générique pour désigner les écoles primaires et secondaires; grande école désigne communément un type d'établissement d'enseignement universitaire.
2. Par métonymie, école désigne aussi le bâtiment, l'ensemble des locaux où les élèves reçoivent l'enseignement.
3. On utilise pavillon pour désigner les différents bâtiments s'ils sont situés sur le même terrain, alors qu'on utilise école s'ils ne sont pas situés sur le même terrain.
Défini
École d'horticulture, n.f.Voir : École. 
École primaire, n.f.Voir : École. 
École secondaire, n.f.Voir : École.  
Écosystème forestier exceptionnel, n.m.Territoire dont les limites sont fixées ou déterminées pour identifier et protéger un milieu forestier dont la conservation de la diversité biologique présente un intérêt particulier ou exceptionnel en raison de sa rareté ou de son ancienneté.
Note. – Les expressions génériques forêt ancienne et forêt rare sont utilisées, par l'usage, pour désigner les écosystèmes forestiers exceptionnels. Ces expressions génériques sont toujours accompagnées d'un élément spécifique qui les particularise en toponymie comme dans les exemples suivants : Forêt ancienne de Duchesnay ou Forêt ancienne des Monts-Chic-Chocs.
Défini
Écueil, n.m.Rocher ou amoncellement de roches à fleur d'eau, constituant un danger pour la navigation.Normalisé
Édifice public, n.m.Bâtiment d'importance, d'accès public, qui possède une valeur architecturale et dont le caractère représentatif ou symbolique domine.Défini
Embarcadère, n.m.Voir : Débarcadère. 
Embouchure, n.f.Endroit où un cours d'eau se jette dans la mer, dans un lac ou dans un autre cours d'eau dont il est tributaire.Défini
Ensemble résidentiel, n.m.Groupement important d'habitations collectives ou individuelles auquel sont adjoints des éléments d'équipement collectif et qui présente une certaine unité architecturale.Recommandé
Entrepôt, n.m.Bâtiment qui sert de lieu de dépôt de marchandises, de matériaux entre deux opérations de commercialisation pour un temps limité.
Note. – L'entrepôt peut être situé dans une partie d'un bâtiment. Le terme dépôt a un sens plus générique que entrepôt et désigne tout lieu (magasin, arrière-boutique et entrepôt) où un commerçant entrepose ses stocks.
Défini
Éperon, n.m.Saillie abrupte d'une formation rocheuse, d'un coteau, d'un massif montagneux.Défini
Escalier, n.m.Suite de degrés superposés, de marches échelonnées, qui servent à monter ou à descendre.Défini
Escarpement, n.m.Pente raide qui délimite deux reliefs importants.Normalisé
Esker, n.m.Accumulation de matériaux fluvio-glaciaires présentant l'allure d'une chaussée à bords raides, généralement sinueuse.Normalisé
Eskers, n.m.Voir : Esker.Normalisé
Espace culturel, n.m.Espace urbain caractérisé ou aménagé pour des activités d'animation d'ordre culturel.Défini
Espace urbain, n.m.Surface ou portion de surface intérieure ou extérieure caractérisée ou aménagée pour des activités d'ordre culturel, artistique, social ou économique.Défini
Esplanade, n.f.Espace urbain non bâti, plat, souvent aménagé avec art, et servant soit de promenade, soit à mettre en valeur un monument.
Note. – L'esplanade peut avoir été aplanie artificiellement.
Défini
Estacade, n.f.Ouvrage de retenue à claire-voie, fixé à la rive ou sur le fond du lit d'un cours d'eau ou d'un plan d'eau, destiné au contrôle du mouvement des glaces ou à parer au déversement accidentel des eaux.
Notes. – 1. Au Québec, l'estacade est parfois désignée par le terme barrage, mais elle n'est pas nécessairement reliée à ce type d'ouvrage, ni n'en constitue une partie dépendante. Cependant, dans le cas spécifique des barrages, on désigne des réalités qui s'y rapprochent par des noms plus appropriés ou plus particularisés : déversoir ou évacuateur de crues.
2. Les termes estacade flottante (log boom), estacade à glace (ice boom), estacade à pétrole (oil boom) que l'on nomme parfois estacade en paliers, estacade de guidage et estacade d'attente, bien que comprenant le mot estacade, désignent plutôt des appareils ou appareillages servant à d'autres fins et qui peuvent être définis ponctuellement en toponymie.
Défini
Estran, n.m.Partie du rivage qui découvre à marée basse.Normalisé
Estuaire, n.m.Embouchure plus ou moins évasée d'un organisme fluvial, caractérisée par la prédominance des phénomènes marins sur les phénomènes fluviaux.Normalisé
Établissement amérindien, n.m.Village ou hameau habité majoritairement par des Amérindiens et situé sur des terres sans statut juridique particulier.Défini
Étang, n.m.Nappe d'eau de faible profondeur, souvent colonisée par la végétation.Recommandé
Étangs, n.m.Voir : Étang.Recommandé
Exsurgence, n.f.Émergence d'un cours d'eau souterrain constitué par une accumulation des eaux d'infiltration et de condensation.
Note. – Il ne faut pas confondre le terme exsurgence avec le terme résurgence, qui désigne la réapparition en surface d'un cours d'eau après un parcours souterrain.
Défini
Exsurgences, n.f.Voir : Exsurgence.Défini
Falaise, n.f.Escarpement ou abrupt façonné par la mer.Recommandé
Falaises, n.f.Voir : Falaise.Recommandé
Ferme, n.f.Ensemble des terres et des bâtiments utilisés pour l'exploitation agricole.Défini
Fief, n.m.Étendue de terre concédée, sous le régime seigneurial, à un particulier ou à un groupe par l'autorité compétente, entraînant certains droits et devoirs.Recommandé
Fjord, n.m.Vallée glaciaire aux parois escarpées, envahie par la mer.Normalisé
Flèche, n.f.Bande de sable ou de galets sise en bordure d'une côte ou d'une rive dont au moins une extrémité est libre.Normalisé
Flèche littorale, n.f.Voir : Flèche. 
Fleuve, n.m.Cours d'eau important qui se jette dans la mer.Normalisé
Fleuve côtier, n.m.Petit cours d'eau qui prend naissance près des côtes et qui se jette dans la mer.Recommandé
Fondrière, n.f.Terrain bas souvent envahi par l'eau et généralement bourbeux.
Note. – Le terme baissière est impropre dans ce sens.
Recommandé
Fontaine, n.f.Ouvrage ornemental d'où jaillit de l'eau qui est recueillie dans un bassin.
Note. – Selon le cas, l'eau peut ruisseler le long d'une sculpture, jaillir sous forme de jets d'eau constants ou intermittents, etc. Le bassin de la fontaine peut être apparent ou souterrain. Certaines fontaines comprennent plusieurs bassins.
Défini
Forêt, n.f.Vaste étendue de terrain peuplée d'arbres.Recommandé
Forêt ancienne, n.f.Voir : Écosystème forestier exceptionnel. 
Forêt d'enseignement et de recherche, n.m.Territoire forestier dédié à l'enseignement ou à la recherche appliquée à la foresterie.Défini
Forêt domaniale, n.f.Forêt de l'État réservée pour les besoins de l'industrie régionale.
Note. – Définition à caractère administratif.
Recommandé
Forêt expérimentale, n.f.Territoire forestier dont la gestion est confiée à un organisme de recherche avec le mandat d'y pratiquer des observations et des expériences propres au développement des sciences pures et appliquées.Recommandé
Fort, n.m.Ouvrage de fortification autrefois destiné à protéger un lieu stratégique.Recommandé
Fosse, n.f.Dépression importante du fond de la mer, d'un fleuve, d'une rivière, d'un lac.Normalisé
Fossé, n.m.Tranchée servant à la réception ou à l'écoulement des eaux.Normalisé
Fosse à saumon, n.f.Partie d'un cours d'eau généralement plus profonde et moins rapide que les eaux adjacentes, servant d'aire de repos au saumon dans sa montaison vers les frayères.Normalisé
Fosses à saumon, n.f.Voir : Fosse à saumon.Normalisé
Fourche, n.f.Voir : Confluent. 
Frayère, n.f.Zone d'un milieu aquatique où ont lieu la ponte et la fertilisation des œufs d'une espèce animale.
Note. – Le terme frayère est utilisé le plus souvent en relation avec la reproduction des poissons. Il est parfois usité en relation avec la reproduction des amphibiens (grenouilles, etc.) ou celle des crustacés (crabes, etc.). Même si les termes aire de ponte, lieu de ponte et zone de ponte ne renvoient qu'à l'action de libérer les œufs, ils désignent généralement la même réalité géographique que le terme frayère.
Synonymes : Aire de fraye; Aire de fraie; Aire de frai; Lieu de fraye; Lieu de fraie; Lieu de frai; Zone de fraye; Zone de fraie; Zone de frai.
Défini
Frayère à salmonidés, n.f.Frayère située généralement sur un fond graveleux ou sablonneux d'un cours d'eau ou d'un lac bien oxygéné, où viennent se reproduire des poissons de la famille des salmonidés.
Notes. – 1. La plupart des espèces de salmoninés ont leurs frayères dans des endroits relativement peu profonds. Par exemple, les frayères à saumons sont à une profondeur variant de 0,5 m à 3 m environ. Certaines espèces de salmonidés, comme le saumon de l'Atlantique ainsi que l'omble de fontaine, enfouissent leur œufs après les avoir fécondés.
2. Les frayères à salmonidés situées sur un fond graveleux sont également appelées gravières. C'est notamment le cas des frayères à saumons et des frayères à ombles de fontaines. L'équivalent anglais de gravières est le terme redd, lequel est surtout usité pour désigner les frayères à saumons et les frayères à truites.
Synonymes : Frayère de salmonidés; Nid de salmonidés.
Défini
Galerie de dérivation, n.f.Galerie creusée ou aménagée sous terre, utilisée pour dériver un cours d'eau.
Note. – En toponymie, l'usage tend à maintenir l'utilisation du terme galerie de dérivation pour désigner le lieu de passage ou passe souterrain sans en préciser le caractère provisoire ou permanent. Dans le domaine de la construction des barrages, ces aspects retenus sont descriptifs. L'usage du mot tunnel pour désigner une galerie est vieillot et n'est plus employé pour désigner de tels ouvrages dans le domaine de l'hydroélectricité qui utilise surtout les termes galerie d'amenée et galerie de dérivation.
Défini
Gare, n.f.Voir : Gare ferroviaire. 
Gare de transport intermodal, n.f.Ensemble des bâtiments et installations destinés à permettre l'accès, par embarquement ou débarquement, à des modes ou à des moyens de transport différents.Recommandé
Gare de triage, n.f.Lieu où se trouvent les installations ferroviaires nécessaires à la séparation et au regroupement des wagons en vue de former des convois.Défini
Gare ferroviaire, n.f.Emplacement où se trouvent les installations ferroviaires et les bâtiments nécessaires au transit des voyageurs et des marchandises.Recommandé
Gare intermodale, n.f.Voir : Gare de transport intermodal. 
Gare maritime, n.f.Bâtiment ou ensemble de bâtiments situé dans un port et destiné à accueillir les passagers des navires, avant l'embarquement ou après le débarquement.
Notes. – 1. Il peut s'agir, notamment, des passagers d'un traversier, d'une navette ou d'un navire de croisière.
2. Le terme gare fluviale est employé lorsque la gare est située dans un port fluvial. Les termes gare maritime et gare fluviale sont également employés pour désigner une gare ferroviaire située dans un port et destinée au transbordement de marchandises.
Synonyme : Gare fluviale.
Défini
Glissoire, n.f.Voir : Glissoire hydraulique. 
Glissoire hydraulique, n.f.Canal incliné servant à faire glisser les billes en présence d'eau.Défini
Golfe, n.m.Très vaste rentrant du littoral.Normalisé
Gorge, n.f.Vallée étroite et profonde aux versants rocheux escarpés.Normalisé
Gorges, n.f.Voir : Gorge.Normalisé
Goulet, n.m.Passage resserré entre un plan d'eau intérieur et la mer libre.Normalisé
Grau, n.m.Voir : Passe. 
Gravière, n.f.Voir : Frayère. 
Grève, n.f.Portion dégagée d'un rivage, de faible pente, constituée de matériaux grossiers.Normalisé
Grotte, n.f.Cavité naturelle ou artificielle creusée dans le roc.Recommandé
Gué, n.m.Endroit peu profond d'un cours d'eau où l'on peut traverser à pied.Défini
Habitat floristique, n.m.Milieu géographique défini par des facteurs abiotiques et biotiques spécifiques, offrant un environnement propice à la vie et au développement d'une ou de plusieurs espèces végétales.
Note. – Au Québec, dans l'usage administratif, on utilise parfois le terme habitat floristique pour désigner une aire (géographiquement délimitée) abritant une ou plusieurs espèces végétales désignées comme menacées ou vulnérables, ou bien susceptibles de l'être. Ce type d'habitat est également désigné plus précisément par les termes habitat d'une espèce floristique menacée ou vulnérable et habitat floristique protégé.
Défini
Habitats floristiques, n.m.Voir : Habitat floristique.Défini
Halle, n.f.Voir : Halles. 
Halles, n.f.Bâtiment ou lieu public couvert où l'on vend divers produits, surtout de nature alimentaire.
Note. – Le singulier halle, d'emploi rare, désigne généralement un bâtiment ancien ou un marché spécialisé dans le commerce d'une marchandise précise, indiquée comme complément du nom (halle aux grains, halle aux vins, etc.).
Synonyme : Marché couvert.
Défini
Halte cycliste, n.f.Lieu aménagé en bordure d'un sentier, d'une piste ou d'une voie cyclable, afin que les cyclistes puissent faire une pause dans leur trajet avant de reprendre la route.
Notes. – 1. La halte cycliste peut comprendre un abri et diverses autres installations pour les cyclistes.
2. Le terme halte cyclable n'a pas été retenu. En effet, l'adjectif cyclable sert généralement à qualifier une voie de communication réservée aux cycliste. Une halte, qui constitue un lieu d'arrêt et non une voie de communications, peut difficilement être décrite comme cyclable.
Défini
Halte migratoire, n.f.Lieu situé le long d'une voie migratoire où font étape des oiseaux migrateurs pour se nourrir et se reposer.
Note. – Riches en nourriture et offrant de nombreux abris, les terres humides servent fréquemment de haltes migratoires. Des zones protégées en tant que refuges d'oiseaux migrateurs (qui comprennent notamment des aires de nidification de certaines espèces d'oiseaux) peuvent également servir de haltes migratoires.
Défini
Halte piétonnière, n.f.Lieu extérieur aménagé à proximité d'un parcours particulièrement fréquenté par les piétons et destiné au repos de ces derniers.
Note. – Les haltes piétonnières peuvent comprendre des bancs, un abri, etc.
Synonyme : Halte piétonne.
Défini
Halte routière, n.f.Lieu aménagé à proximité d'une route ou d'une autoroute en vue de permettre aux usagers de faire un arrêt en toute sécurité sans nuire à l'écoulement de la circulation et, le cas échéant, de s'y reposer et de profiter de certains services.Recommandé
Hameau, n.m.Groupement isolé de quelques maisons, en milieu rural.Recommandé
Haut-fond, n.m.Élévation du fond de la mer ou d'un cours d'eau, dont le sommet est faiblement immergé et qui peut présenter un danger pour la navigation. Normalisé
Hauts-fonds, n.m.Voir : Haut-Fond.Normalisé
Havre, n.m.Emplacement littoral bien abrité, pouvant accueillir des navires de faible tonnage.Recommandé
Hôpital, n.m.Bâtiment, partie de bâtiment ou ensemble de bâtiments dont dispose un établissement public ou privé, général ou spécialisé, habilité à recevoir les malades, les blessés et toute personne dont l'état de santé réclame une surveillance, une intervention ou des soins.
Note. – L'Office québécois de la langue française propose d'employer hôpital comme dénomination des installations d'un établissement et de réutiliser ce terme, s'il y a lieu, pour remplacer campus, site et pavillon; l'emploi de la minuscule initiale au mot hôpital dans la désignation d'un bâtiment est préférable et son utilisation en contexte graphique suit les règles d'écriture habituelles de la toponymie : je vais à l'hôpital de L'Enfant-Jésus. À l'affichage nous restreindrons donc la majuscule de position : Hôpital de L'Enfant-Jésus.
Défini
Hydrobase, n.f.Plan d'eau pourvu des installations et services nécessaires au trafic des hydravions.Normalisé
Île, n.f.Terre entièrement entourée d'eau.Normalisé
Îles, n.f.Voir : Île.
Note. – Le terme archipel est utilisé pour désigner un regroupement d'îles important. Le terme îles s'applique dans le cas de quelques îles n'ayant pas l'apparence d'un regroupement important.
Normalisé
Îlet, n.m.Voir : Îlot. 
Îlot, n.m.Très petite île.Normalisé
Îlots, n.m.Voir : Îlot.Normalisé
Immeuble, n.m.Bâtiment qui comporte plusieurs étages et qui peut être destiné à un usage administratif, commercial ou résidentiel.
Note. – Le terme immeuble peut être déterminé par un nom propre : Immeuble Iberville, Immeuble Le Louisbourg et Immeuble Jules-Ferry. On dira, de préférence au Québec, immeuble à bureaux et non immeuble de bureaux (expression qui prévaut en France).
Défini
Impasse, n.f.Chemin, rue sans issue.
Note. – Le terme cul-de-sac, quoique synonyme du terme impasse, ne doit pas être utilisé comme générique odonymique.
Normalisé
Institut universitaire, n.m.Bâtiment, partie de bâtiment ou ensemble de bâtiments dont dispose un hôpital ainsi désigné, pour une seule discipline médicale, par le ministre de la santé.Défini
Intersection, n.f.Lieu où se rencontrent deux ou plusieurs chaussées, quels que soient le ou les angles des axes de ces chaussées.Recommandé
Jardin collectif, n.m.Terrain, généralement clos, destiné à la culture potagère, fruitière et d'agrément, situé en milieu urbain, qui constitue un lot indivisible géré collectivement par les habitants d'un même quartier et dont les récoltes seront partagées entre les participants.
Notes. – 1. Certains jardins collectifs ont une vocation pédagogique.
2. Au Québec, le terme jardin collectif désigne un lot indivisible qui est pris en charge par l'ensemble des participants, tandis que le terme jardin communautaire désigne un terrain divisé en parcelles individuelles allouées aux divers participants.
Synonyme : Jardin partagé.
Défini
Jardin communautaire, n.m.Terrain, généralement clos, destiné à la culture potagère, fruitière et d'agrément, situé en milieu urbain, composé de lopins individuels alloués à des particuliers ou à des familles et constituant un espace commun géré de façon collective.
Note. – Au Québec, le terme jardin communautaire désigne un terrain divisé en parcelles individuelles allouées aux divers participants, tandis que le terme jardin collectif désigne un lot indivisible qui est pris en charge par l'ensemble des participants.
Défini
Jardin privé, n.m.Terrain ou espace privés ou particuliers aménagés pour la culture et la présentation de végétaux d'agrément.Défini
Jardin public, n.m.Terrain ou espace publics ou collectifs aménagés pour la culture et la présentation de végétaux d'agrément.Défini
Jardin zoologique, n.m.Parc où l'on garde en captivité des animaux sauvages ou exotiques, dans le but d'instruire et de récréer le public.
Note. – L'abréviation de jardin zoologique est zoo qui se prononce [zoo] et non pas [zu].
Normalisé
Jonction, n.f.Lieu de raccordement de deux voies ferrées ou d'autres voies de communication.Recommandé
Kettle, n.m.Cavité en forme de chaudron résultant de la fusion tardive d'un culot de glace dans une plaine d'accumulation.Recommandé
Kettles, n.m.Voir : Kettle.Recommandé
Laboratoire, n.m.Un lieu aménagé hors d'un établissement pour fabriquer ou réparer des orthèses ou prothèses, pour faire des examens de biologie médicale, notamment dans les domaines de la biochimie, de l'hématologie, de la bactériologie, de l'immunologie, de l'histopathologie et de la virologie, pour faire des examens en radiosotopes ou en radiologie à des fins de prévention, de diagnostic ou de traitement de la maladie humaine, ou pour faire des examens dans les domaines de la toxicologie, de l'audiologie et de la physiologie respiratoire.Défini
Lac, n.m.Nappe d'eau douce entourée de terre, généralement pourvue d'un exutoire, ou élargissement d'un cours d'eau entraînant le dépôt de sédiments.Normalisé
Lac artificiel, n.m.Nappe d'eau résultant de l'action humaine, destinée à des fins surtout récréatives.Normalisé
Lacs, n.m.Voir : Lac.Normalisé
Lac salé, n.m.Nappe d'eau résiduelle et sans écoulement, dont le taux de salinité est élevé.Recommandé
Lacs artificiels, n.m.Voir : Lac artificiel.Normalisé
Lagune, n.f.Étendue d'eau salée ou saumâtre, isolée de la mer par une formation littorale généralement percée d'ouvertures.Normalisé
Langue de terre, n.f.Bande de terre étroite et allongée qui sépare deux masses d'eau.Recommandé
Lieu de pêche, n.m.Partie d'une nappe d'eau fréquentée couramment pour la pêche.Défini
Lieu de ponte, n.m.Voir : Frayère. 
Lieu-dit, n.m.Lieu de faible étendue ayant reçu spontanément un nom inspiré de la géographie, de l'histoire ou du folklore.Recommandé
Lieu historique national, n.m.Voir : Site historique. 
Lieux de pêche, n.m.Voir : Lieu de pêche.Défini
Maison historique, n.f.Voir : Monument historique. 
Marais, n.m.Nappe d'eau stagnante de faible profondeur, envahie par la végétation aquatique.Recommandé
Marché, n.m.Lieu public couvert ou en plein air, où l'on expose et vend des denrées alimentaires, différents articles, produits ou objets d'usage courant.Défini
Mare, n.f.Petite nappe d'eau stagnante et peu profonde, susceptible de s'assécher.Recommandé
Marécage, n.m.Étendue de terrain imprégnée ou recouverte d'eau, occupée par une végétation surtout arbustive.
Note. – La langue courante confond parfois les termes marais et marécage; en fait, ces termes désignent deux réalités différentes. Le terme marais désigne une nappe d'eau stagnante de faible profondeur, envahie par la végétation aquatique. Le terme marécage renvoie à une étendue de terrain humide ayant un couvert arbustif sur une partie de sa superficie (ce qui n'exclut pas la présence d'un certain nombre d'arbres) et où s'étendent des marais. Au Québec, on observe l'usage des formes substantives plé et plée, qui sont le résultat de la contraction des mots pelé et pelée, pour désigner un ensemble de réalités géomorphologiques dont le dénominateur commun est l'absence plus ou moins complète d'arbres. D'ailleurs, en français, l'adjectif pelé se dit d'un endroit dépourvu de végétation. Ainsi, le substantif plée (dans certaines régions, on trouve plutôt le masculin plé) sert à désigner un marécage, un marais, une savane, une tourbière ou un brûlis. Plée et plé sont utilisés comme génériques en toponymie; on trouve, par exemple, les toponymes plé de Saint-Louis-de-France, à Trois-Rivières (qui désigne un marécage) et plée de Beauharnois, à Lévis (qui désigne un marais).
Recommandé
Marécages, n.m.Voir : Marécage.Recommandé
Mares, n.f.Voir : Mare.Recommandé
Marina, n.f.Ensemble portuaire comportant un port de plaisance et des installations pour les résidents, les touristes et les plaisanciers.
Notes. – 1. Les services offerts dans les marinas sont divers (restaurants, lieux d'hébergement, école de navigation, boutiques, etc.). Ils varient selon la grandeur du port de plaisance et l'importance de la ville avoisinante.
2. Le terme marina n'est pas synonyme de port de plaisance. Un port de plaisance est un port réservé à la navigation de plaisance. Une marina offre, en plus, des installations de loisirs et souvent même des possibilités de résidence.
Synonyme : Parc nautique.
Normalisé
Marmite de géant, n.f.Dépression circulaire ou ovale créée dans le lit d'un cours d'eau par le mouvement tourbillonnant des galets entraînés par le courant.
Notes. – 1. Les marmites de géant apparaissent généralement dans des rapides ou au pied de chutes.
2. En anglais, les termes kettle et kettle-hole, qui désignent à l'origine une cavité formée par la fonte d'un glacier, sont parfois utilisés au Canada pour désigner une marmite.
Synonymes : Chaudière; Marmite; Marmite torrentielle; Marmite d'érosion torrentielle.
Défini
Marsh, n.m.Voir : Marais. 
Massif, n.m.Ensemble montagneux non orienté qui se dégage du relief environnant.Recommandé
Méandre, n.m.Arc prononcé du tracé d'un cours d'eau, caractérisé par le sapement de la rive concave et l'accumulation des alluvions sur la rive convexe.Normalisé
Méandres, n.m.Voir : Méandre.Normalisé
Mer, n.f.Vaste étendue d'eau salée, distincte des océans par la moindre importance des fonds abyssaux et par l'extension souvent plus considérable des plates-formes continentales.Normalisé
Mine, n.f.Terrain où se pratiquent l'extraction et le traitement primaire de minerais.Défini
Môle, n.m.Amas de matériaux rocheux entassés plus ou moins régulièrement de façon à constituer une protection contre la mer.Recommandé
Mont, n.m.Importante élévation se détachant du relief environnant.Recommandé
Montagne, n.f.Relief élevé aux versants raides, occupant une grande superficie et appartenant à un système.Recommandé
Montagnes, n.f.Voir : Montagne.Recommandé
Montée, n.f.Voie en pente plus ou moins forte, conduisant à un lieu déterminé.
Notes. – 1. La distinction entre côte et montée n'est pas aisée à établir. On peut cependant observer que le terme montée s'applique à l'ensemble de la voie dénommée, alors que côte, souvent, ne sert de générique qu'à la portion d'une voie qui emprunte une pente.
2. En général, la pente de la montée est beaucoup moins accentuée que celle de la côte.
Normalisé
Monts, n.m.Voir : Mont.Recommandé
Monument historique, n.m.Immeuble qui présente un intérêt historique par son utilisation ou son architecture.Défini
Mouillage, n.m.Emplacement favorable pour jeter l'ancre.Normalisé
Municipalité, n.f.Territoire sur lequel s'exerce une autorité locale conformément aux lois municipales.Recommandé
Municipalité de canton, n.f.Territoire ou partie de territoire d'un canton érigé en municipalité.Défini
Municipalité de cantons unis, n.f.Territoire de deux ou plusieurs cantons voisins érigé en municipalité.Défini
Municipalité de paroisse, n.f.Territoire d'une paroisse érigé en municipalité.Défini
Municipalité de village, n.f.Territoire d'un village érigé en municipalité.Défini
Municipalité de village cri, n.f.Territoire sur lequel s'exerce une autorité locale crie conformément à la Loi sur les villages cris et le village naskapi.Défini
Municipalité de village minier, n.f.Territoire administré en vertu de la Loi sur les villages miniers.Défini
Municipalité de village naskapi, n.f.Territoire sur lequel s'exerce une autorité locale naskapie conformément à la Loi sur les villages cris et le village naskapi.Défini
Municipalité de village nordique, n.f.Territoire sur lequel s'exerce une autorité locale inuite conformément à la Loi sur les villages nordiques et l'Administration régionale Kativik.Défini
Municipalité régionale de comté, n.f.Territoire regroupant des municipalités et, dans certains cas, des territoires non organisés, sur lequel s'exerce une autorité fixée par une loi d'application générale.
Note. – Il est conseillé d'écrire le sigle MRC sans points abréviatifs bien que leur emploi demeure acceptable.
Recommandé
Niche, n.f.Enfoncement de forme plus ou moins hémisphérique entaillant une paroi.Recommandé
Niche de nivation, n.f.Creux de peu d'étendue dans un versant où la neige s'accumule de façon persistante.Défini
Ög, n.m.Voir : Esker. 
Palais de justice, n.m.Lieu où l'on rend la justice, et plus particulièrement bâtiment dans lequel siègent habituellement les tribunaux ayant compétence dans une division territoriale donnée.
Note. – Le palais de justice contient les salles d'audience, les greffes des divers tribunaux et certains autres services administratifs, dont les archives de l'état civil.
Normalisé
Parc aquatique, n.m.Voir : Parc d'attractions nautiques. 
Parc commémoratif, n.m.Parc dont le nom et l'aménagement visent à rappeler le souvenir d'un événement ou à honorer la mémoire d'une personne.
Note. – Le terme parc commémoratif. ne doit pas être confondu avec le terme lieu historique, bien qu'ils puissent tous deux, dans certains cas, être utilisés pour désigner un même lieu.
Défini
Parc d'affaires, n.m.Espace aménagé, généralement en zone urbaine ou périurbaine, pour accueillir des bureaux et des commerces.
Note. – Contrairement au parc industriel qui est essentiellement axé sur des activités de production, le parc d'affaires est surtout destiné à des entreprises du secteur tertiaire. Le terme parc d'activités est parfois utilisé pour désigner une zone destinée à l'ensemble de ces secteurs d'activité.
Synonymes : Parc d'activités; Parc d'entreprises.
Défini
Parc d'attractions nautiques, n.m.Parc aménagé avec piscines, toboggans et jets d'eau où le public vient s'amuser.Défini
Parc de conservation, n.m.Voir : Parc national. 
Parc de loisirs, n.m.Voir : Parc public. 
Parc de maisons mobiles, n.m.Terrain aménagé pour l'installation de maisons mobiles.
Note. – Québécisme.
Recommandé
Parc de stationnement, n.m.Endroit aménagé, hors voirie, destiné au stationnement d'un certain nombre de véhicules.Recommandé
Parc-école, n.m.Parc public attenant à une école, destiné à être utilisé à des fins pédagogiques et récréatives par la population scolaire, et mis à la disposition de l'ensemble de la collectivité.
Notes. – 1. La création d'un parc-école fait généralement l'objet d'une entente entre les autorités scolaires et la municipalité, de manière à ce que les installations puissent profiter aux écoliers et à la collectivité.
2. Le terme parc-école est formé selon le même modèle que les termes club-école et navire-école. La formation de ce terme s'explique par la vocation pédagogique des parcs en question.
Défini
Parc éolien, n.m.Ensemble de plusieurs éoliennes situées dans un même lieu et destinées à produire de l'énergie, le plus souvent électrique.
Note. – Dans l'usage courant, on constate que les termes génériques parc éolien et parc d'éoliennes sont aussi utilisés pour désigner un parc d'aérogénérateurs. En effet, le terme aérogénérateur désigne une éolienne qui produit de l'électricité, par opposition aux éoliennes qui ont un usage différent, par exemple les éoliennes de pompage de l'eau qui produisent de l'énergie mécanique.
Synonyme : Parc d'éoliennes.
Défini
Parc floral, n.m.Parc qui comporte de nombreux végétaux, notamment des fleurs.Défini
Parc historique national, n.m.Voir : Site historique. 
Parc industriel, n.m.Espace aménagé pour accueillir des entreprises de fabrication, de distribution et de services.Recommandé
Parc linéaire, n.m.Parc public ou privé dont la superficie épouse une configuration étroite et allongée et qui est aménagé à des fins récréatives.
Note. – Ce type de parc occupe souvent le parcours abandonné de voies ferrées ou de voies de communication; il est parfois localisé le long d'un cours d'eau et il peut comprendre une piste cyclable ou une promenade et d'autres éléments servant au loisir. En Europe, il est souvent désigné par les expressions parc-promenade ou sentier-parc. Il arrive fréquemment que sa localisation déborde les limites d'une agglomération et puisse relier plusieurs territoires.
Défini
Parc multisport, n.m.Espace extérieur aménagé afin que l'on puisse y pratiquer un grand nombre d'activités sportives.
Note. – Bien que multi - signifie plusieurs, les mots formés avec ce préfixe suivent la règle générale d'accord : ils s'écrivent sans s au singulier et avec s au pluriel. Toutefois, l'adjectif omnisports est consigné au pluriel dans la plupart des dictionnaires généraux.
Défini
Parc national, n.m.Parc dont l'objectif prioritaire est d'assurer la conservation et la protection permanente de territoires représentatifs des régions naturelles du Québec ou de sites naturels à caractère exceptionnel, notamment en raison de leur diversité biologique, tout en les rendant accessibles au public pour des fins d'éducation et de récréation extensive.Défini
Parc national fédéral, n.m.Territoire géré par le gouvernement du Canada recouvrant des régions terrestres ou aquatiques relativement étendues qui contiennent des échantillons représentatifs de régions naturelles importantes, de traits ou de panoramas d'intérêt national ou international, où le milieu biophysique présente une valeur du point de vue scientifique, éducatif et récréatif.Défini
Parc naturel, n.m.Espace naturel où s'applique une règlementation visant à assurer la protection et la préservation de la faune, de la flore et du milieu physique.
Notes. – 1. Les parcs naturels sont généralement accessibles au public à des fins d'éducation et de récréation.
2. Le terme parc naturel est le plus courant dans la documentation spécialisée pour désigner ce concept, mais le terme parc de conservation est fréquemment utilisé par le gouvernement du Québec. Ces deux termes mettent l'accent sur la vocation d'un parc tandis que les termes parc national, parc provincial et parc régional font plutôt référence au statut juridique d'un parc naturel et à l'autorité dont il relève.
Synonyme :  Parc de conservation.
Défini
Parc omnisport, n.m.Voir : Parc multisport. 
Parc public, n.m.Espace vert aménagé dans une agglomération en vue de l'agrément de sa population.Normalisé
Parc récréotouristique, n.m.Espace extérieur aménagé pour la pratique de diverses ativités de plein air de nature récréative ou touristique.
Note. – Un parc récréotouristique peut comprendre, par exemple, des sentiers de ski de fond, de randonnée, ou des installations destinées à la pratique de sports extrêmes ou d'activités nautiques.
Défini
Parc régional, n.m.Parc aménagé pour sauvegarder le patrimoine naturel et culturel d'une région et pour assurer les loisirs des habitants des grands centres urbains voisins.Défini
Parc riverain, n.m.Parc situé le long d'un plan d'eau ou d'un cours d'eau.Défini
Parc technologique, n.m.Espace aménagé, généralement en zone urbaine ou périurbaine, pour accueillir des centres de recherche et des entreprises travaillant en synergie au développement du savoir et de la haute technologie.
Note. – Les appellations utilisées pour désigner ce concept (parc scientifique, parc technologique, technopôle et parc de recherche), sont généralement utilisées de manière interchangeable, tant dans l'usage que dans la documentation spécialisée, bien que certains spécialistes fassent parfois des distinctions théoriques entre ces appellations. Ainsi, le parc technologique serait davantage axé sur les activités de production (la recherche appliquée) que le parc scientifique qui, lui, serait plutôt axé sur des activités de recherche fondamentale. Le terme masculin technopôle fait référence au regroupement des activités technologiques en un même lieu (ou pôle). Synonymes : Parc scientifique; Parc de recherche; Technopôle.
Défini
Paroi, n.f.Surface rocheuse très escarpée.Défini
Paroisse, n.f.Circonscription ecclésiastique où s'exerce la juridiction d'un ministre du culte (curé, pasteur, etc.).Recommandé
Partie de diocèse, n.f.Portion québécoise d'un diocèse dont le territoire se situe à la fois au Québec et dans une province limitrophe.Défini
Partie de lac, n.f.Secteur défini d'un lac et qui porte un nom.Défini
Partie de réservoir, n.f.Secteur particulier d'un réservoir et qui porte un nom.Défini
Parties de lac, n.f.Voir : Partie de lac.Défini
Passage, n.m.Petite rue habituellement interdite aux voitures, souvent couverte, qui unit deux voies de communication.
Note. – 1. On retrouve généralement ce terme en milieu urbain.
2. Une caractéristique importante consiste en l'étroitesse de la voie, de même qu'en son peu d'étendue.
Normalisé
Passe, n.f.Passage naturel, court et étroit, entre des terres ou des hauts-fonds.
Note. – Il existe plusieurs types de passes, comme un étroit (étranglement d'un cours d'eau) ou un goulet (passage resserré entre un plan d'eau intérieur et la mer ouverte). On peut également considérer un col (passage entre deux sommets) et un détroit (passage maritime entre deux terres) comme des sortes de passes.
Normalisé
Passerelle, n.f.Pont étroit réservé aux piétons.
Note. – Pont a ici le sens d'ouvrage, de construction reliant deux points séparés par une dépression ou par un obstacle.
Normalisé
Passes, n.f.Voir : Passe.Normalisé
Patinoire intérieure, n.f.Voir : Aréna. 
Pavillon, n.m.Bâtiment appartenant à un ensemble, destiné à une activité spécialisée.
Notes. – 1. S'il est exact d'appeler pavillon un bâtiment situé sur le même terrain qu'un hôpital, une école, etc., il est inapproprié d'utiliser ce terme pour désigner un bâtiment situé ailleurs, à quelques rues par exemple. En pareil cas, on utilisera hôpital, école, etc.
2. La langue générale, selon le Petit Robert, permet d’utiliser le mot pavillon pour désigner une « Construction légère élevée dans un jardin, un parc, etc., et destinée à servir d’abri».
Défini
Péninsule, n.f.Avancée de la masse continentale dans la mer.Normalisé
Pépinière, n.f.Terrain où l'on cultive de jeunes végétaux en vue de leur transplantation.Recommandé
Perte, n.f.Disparition partielle ou totale d'un cours d'eau dans le sol.
Notes. – 1. Ce phénomène est particulièrement fréquent dans les régions dont le sol est calcaire. L'eau qui a disparu dans le sol peut ressortir plus loin sous la forme d'une résurgence.
2. Lorsque le contexte n'est pas suffisament clair, il peut être préférable d'utiliser le terme perte de cours d'eau.
Synonyme : Perte de cours d'eau.
Défini
Pertes, n.f.Voir : Perte.Défini
Phare, n.m.Tour élevée portant un puissant foyer de lumière pour guider les navires.
Note. – Par analogie, phare est utilisé dans le domaine de l'aéronautique.
Recommandé
Pic, n.m.Sommet rocheux aux flancs escarpés.Normalisé
Piémont, n.m.Région inclinée aux formes ondulées, constituée de matériaux d'érosion étalés au pied d'un ensemble montagneux.Normalisé
Pisciculture, n.f.Voir : Centre piscicole. 
Piste, n.f.Chemin rudimentaire, généralement dans un lieu peu habité ou peu développé.
Note. – Cette catégorie de voie se retrouve presque nécessairement en dehors d'un noyau d'habitations et fait l'objet d'un aménagement minimal de telle sorte qu'elle n'est que très exceptionnellement carrossable.
Normalisé
Piste cyclable, n.f.Chemin tracé et aménagé pour la circulation exclusive des cyclistes.Défini
Piste de ski alpin, n.f.Piste aménagée pour les descentes en ski alpin comportant des panneaux de signalisation indiquant les degrés de difficulté par des pictogrammes.
Note. – Les pictogrammes sont de formes et de couleurs différentes. Par exemple, le cercle vert indique un faible degré de difficulté, le carré bleu un degré moyen de difficulté, le losange noir un degré très difficile et le double losange noir un niveau extrême de difficulté.
Recommandé
Piton, n.m.Voir : Pic. 
Place (voie), n.f.Espace découvert et assez vaste, sur lequel débouchent ou que traversent ou contournent une ou plusieurs voies de communication et qui, parfois, est entouré de constructions ou peut comporter un monument, une fontaine, des arbres ou autres éléments de verdure.
Notes. – 1. La place est souvent désignée par une fonction urbaine (place de la Gare, place du Marché, place de l'Église...) et elle est fréquemment dédicatoire (place Royale).
2. Au Québec, place constitue l'équivalent français de l'anglais square.
3. L'usage qui consiste à désigner par le mot place un immeuble ou un ensemble d'immeubles, commerciaux ou autres, est fautif.
Normalisé
Place, n.f.Espace découvert et assez vaste, sur lequel débouchent ou que traversent ou contournent une ou plusieurs voies de communication et qui, parfois, est entouré de constructions ou peut comporter un monument, une fontaine, des arbres ou autres éléments de verdure.

Notes. - 1. La place est souvent désignée par une fonction urbaine (place de la Gare, place du Marché, place de l'Église...) et elle est fréquemment dédicatoire (place Royale).

2. Au Québec, place constitue l'équivalent français de l'anglais square.

3. L'usage qui consiste à désigner par le mot place un immeuble ou un ensemble d'immeubles, commerciaux ou autres, est fautif.
Normalisé
Place commémorative, n.f.Espace public découvert dont le nom et l'aménagement visent à rappeler le souvenir d'un événement ou à honorer la mémoire d'une personne.
Note. – Dans une place commémorative, on trouve souvent un monument, une statue ou une plaque commémorative. Une telle place peut être aménagée dans un parc, devant un édifice, etc. Une place publique dont la désignation rappelle le souvenir de quelqu'un ou d'un événement peut être considérée comme une place commémorative.
Défini
Placette, n.f.Voir : Place. 
Plage, n.f.Portion dégagée d'un rivage, de faible pente, constituée de sable ou de galets.Normalisé
Plaine, n.f.Surface étendue, généralement de basse altitude, peu accidentée et de faible dénivellation.Normalisé
Plaines, n.f.Voir : Plaine.Normalisé
Plateau, n.m.Vaste étendue de terrain, élevée et relativement uniforme, délimitée par des versants.
Note. – Le terme plateau ne doit pas être utilisé comme générique dans la désignation des voies de communication.
Normalisé
Plate-forme insulaire, n.f.Zone entourant une île et s'étendant du niveau des basses mers jusqu'à l'endroit où on
Note habituellement une nette augmentation de la pente vers les grands fonds.
Défini
Plé, n.m.Voir : Marécage. 
Plée, n.f.Voir : Marécage. 
Point de vue, n.m.Voir : Belvédère. 
Pointe, n.f.Saillie de terre allongée, généralement peu élevée, qui s'avance dans une étendue d'eau.Recommandé
Pointes, n.f.Voir : Pointe.Recommandé
Ponceau, n.m.Petit pont pour passer un ruisseau ou un canal d'eau.Défini
Pont, n.m.Ouvrage permettant à une voie de communication de franchir un obstacle naturel ou une autre voie de communication.
Note. – La notion que le terme véhicule est celle de structure supportant une voie de communication. Il est généralement classé dans la catégorie des entités géographiques artificielles et non dans celle des voies de communication. De plus, le nom de la voie et celui du pont ne sont généralement pas identiques.
Normalisé
Pont couvert, n.m.Pont dont la structure surmontant le tablier est faite de poutres de bois, parfois de tiges métalliques, doté de parois et d'un toit en bois qui protègent la chaussée.Défini
Pont naturel, n.m.Arche de pierre naturelle reliant deux points surélevés.Recommandé
Ponts, n.m.Voir : Pont.Normalisé
Pont-tunnel, n.m.Ouvrage composé d'un pont et d'un tunnel.Défini
Port, n.m.Abri naturel ou artificiel pour les navires, pourvu des installations nécessaires à l'embarquement et au débarquement des passagers et des marchandises.Recommandé
Portage, n.m.Sentier utilisé pour le transport des embarcations et des bagages afin d'éviter des obstacles à la navigation ou pour atteindre un lac ou un cours d'eau.Recommandé
Portages, n.m.Voir : Portage.Recommandé
Port de plaisance, n.m.Aménagement portuaire conçu pour recevoir les embarcations destinées à l'agrément.Normalisé
Porte, n.f.Ouvrage architectural qui subsiste d'une fortification ancienne, pourvu d'une ouverture aménagée permettant le passage.Défini
Poste d'accueil, n.m.Bâtiment servant à des fonctions d'inscription, de renseignement ou de contrôle des usagers et des visiteurs qui veulent avoir accès à un territoire.Recommandé
Poste de distribution, n.m.Emplacement où sont regroupés les équipements nécessaires à l'abaissement de la tension qui alimente un réseau ou une partie d'un réseau de distribution de l'électricité.Recommandé
Poste de répartition, n.m.Emplacement où sont regroupés les équipements nécessaires à l'abaissement de la tension en vue d'alimenter un réseau ou une partie d'un réseau de répartition, d'autres postes de répartition ou des postes de distribution.Défini
Poste de traite, n.m.Lieu où s'effectuait le commerce avec les Amérindiens et les Inuits.Recommandé
Poste de transformation, n.m.Emplacement où sont regroupés des transformateurs permettant l'interconnexion des réseaux électriques à des tensions différentes.Recommandé
Poste de transport, n.m.Emplacement où sont regroupés les équipements nécessaires au transport de l'électricité sur de grandes distances.Défini
Poste électrique, n.m.Installation située à la jonction de plusieurs lignes électriques et qui contient l'appareillage destiné à modifier certaines caractéristiques du réseau électrique auquel elle est reliée.
Note. – Cette expression est retenue par Hydro-Québec pour son contenu plus généralisant et elle recouvre désormais le contenu sémantique des expressions suivantes : poste de transport, poste de répartition et poste de distribution. Vous
noterez que l'expression poste de transformation a été maintenue pour désigner une autre réalité.
Défini
Poulier, n.m.Voir : Cordon littoral. 
Pourvoirie, n.f.Établissement qui offre des installations et des services pour la pratique de la chasse, de la pêche et du piégeage ou autres activités récréatives.
Note. – Les services généralement offerts par la pourvoirie comprennent l'hébergement, le transport, la location d'équipements, les services de guides et, éventuellement, les services relatifs à la pratique d'autres activités récréatives. Le terme pourvoirie est un québécisme. Par extension de sens, pourvoirie désigne également le terrain occupé par cet établissement.
Recommandé
Presqu'île, n.f.Terre presque entièrement entourée d'eau, reliée au rivage avoisinant.Normalisé
Promenade, n.f.Voie spécialement aménagée à l'intention des promeneurs.
Notes. – 1. La fonction première de ce type de voie consiste à favoriser la promenade, c'est-à-dire le déplacement d'un lieu à un autre dans le but de se détendre, de prendre l'air, d'admirer la nature, etc.
2. Conséquemment, y retrouve-t-on de nombreux éléments naturels qui favorisent la détente : arbres, pelouses, fleurs éventuellement, cours d'eau ou pièces d'eau parfois, etc.
3. Bien que le promeneur à pied utilise davantage cette catégorie de voie, la notion de promeneur n'interdit pas le déplacement à l'aide d'un véhicule motorisé ou non, dans un but de détente, pour faire une balade, etc.
4. Cependant, comme la vocation principale de cette voie consiste spécifiquement à favoriser la promenade, le terme spécialement qui figure dans la définition élimine une trop grande densité de circulation automobile. Ainsi, une voie où circulent un grand nombre de véhicules commerciaux ne saurait prétendre à l'appellation de promenade.
Normalisé
Promontoire, n.m.Cap de grande dimension.Recommandé
Province, n.f.Chacun des dix états fédérés du Canada, doté d'un gouvernement exerçant tous les pouvoirs qui lui sont propres.Défini
Puits, n.m.Voir : Puits artésien. 
Puits artésien, n.m.Ouvrage destiné à capter l'eau d'une nappe souterraine sous pression, emprisonnée, entre deux couches de terrain imperméable.Normalisé
Puits naturel, n.m.Trou vertical ou d'inclinaison faible, grossièrement circulaire et de profondeur variable.Recommandé
Quai, n.m.Ouvrage d'accostage pour les navires, constitué par un mur de soutènement et une chaussée aménagée au bord de l'eau.Recommandé
Quartier, n.m.Partie d'une agglomération ayant une certaine unité et des caractéristiques propres.Recommandé
Quartier résidentiel, n.m.Voir : Secteur résidentiel. 
Rade, n.f.Vaste plan d'eau abrité qui a une issue vers la mer et où les navires trouvent de bons mouillages.Recommandé
Rang (1), n.m.Portion de territoire, constituée d'une série de lots parallèles s'allongeant à partir d'une ligne, d'un cours d'eau ou d'un chemin et où, le cas échéant, s'alignent les habitations.
Note. – Dans plusieurs régions du Québec, les termes côte et concession sont parfois employés à la place de rang.
Recommandé
Rang (2), n.m.En milieu rural, voie de communication tracée perpendiculairement aux lots et desservant un ensemble d'exploitations agricoles.
Notes. – 1. Les deux caractéristiques essentielles du rang résident dans le fait que la voie se situe hors d'un noyau densément habité et qu'elle est bordée plus ou moins régulièrement de constructions.
2. À l'origine, le terme rang s'appliquait à la portion de terre limitée par les lignes latérales d'une seigneurie, le chemin de front en avant et le trait-carré arrière. Par extension de sens, rang en est venu à désigner une voie de communication.
Normalisé
Rangs (1), n.m.Voir : Rang (1).Recommandé
Rapide, n.m.Partie d'un cours d'eau, souvent hérissée de roches, où le courant devient rapide et agité par suite d'un resserrement du lit ou d'une faible augmentation de la pente.Normalisé
Rapides, n.m.Voir : Rapide.Normalisé
Ravage, n.m.Territoire forestier d'étendue variable servant de refuge à un groupe plus ou moins important de cervidés pendant l'hiver.
Notes. – 1. Le ravage remplit deux conditions essentielles. D'abord, les arbres, notamment les peuplements résineux, servent d'abris aux cervidés contre les intempéries hivernales. De plus, par la présence d'arbustes et de pousses d'arbres offrant des ramilles à une hauteur accessible, le site permet aux cervidés de se nourrir. Il existe des ravages d'originaux, des ravages de cerfs de Virginie ainsi que des ravages de caribous.
2. Le terme ravage désigne également le réseau de pistes que les cervidés tracent dans la neige lors de leurs déplacements. Dans la langue des chasseurs, le mot ravage a aussi servi à désigner les traces laissées à travers bois par le passage d'un animal de forte taille, comme un cervidé ou un ours (arbustes brisés, branches cassées, herbes piétinées, etc.). Il a été aussi appliqué aux traces laissées par l'activité alimentaire d'un cervidé, particulièrement d'un orignal, sur un milieu végétal (écorces rongées, ramilles broutées, etc.). Ces emplois plus anciens découlent du sens général du mot ravage, lequel exprime l'idée de dommage et de dégât. Certains termes de sens plus génériques sont parfois utilisés comme synonymes de ravage : aire d'hivernage, aire d'hivernement, quartier d'hivernage, etc. Ces termes ont un sens plus large que ravage et peuvent désigner le territoire vers lequel migre une espèce animale (une espèce d'oiseau, de mammifère, de papillon, etc,) pour passer l'hiver. Il existe également des termes plus spécifiques qui spécifient l'espèce de cervidé fréquentant un ravage, comme ravage d'orignaux et ravage de cerfs de Virginie (dont l'équivalent en langue courante est ravage de chevreuils).
Défini
Ravage de cervidés, n.m.Voir : Ravage. 
Ravage d'hiver, n.m.Voir : Ravage. 
Ravin, n.m.Entaille profonde et étroite sur un versant, creusée par les eaux de ruissellement.Normalisé
Ravine, n.f.Petit ravin généralement non stabilisé.Normalisé
Récif, n.m.Rocher ou amoncellement de roches à fleur d'eau, dans la mer, constituant un danger pour la navigation.Normalisé
Récifs, n.m.Voir : Récif.Normalisé
Refuge faunique, n.m.Territoire constitué des milieux privilégiés d'un habitat faunique en vue de sa protection, et où l'utilisation des ressources est réglementée.Recommandé
Région, n.f.Territoire relativement étendu possédant des caractères particuliers qui lui confèrent une certaine unité.Recommandé
Région administrative, n.f.Division territoriale servant de cadre à l'activité des ministères et des organismes publics.Recommandé
Région administrative (1966), n.f.Division territoriale servant de cadre à l'activité des ministères et des organismes publics.Défini
Région administrative (1985), n.f.Division territoriale servant de cadre à l'activité des ministères et des organismes publics.Défini
Région touristique, n.f.Division territoriale établie à des fins de développement et de mise en valeur des produits touristiques régionaux.
Note. – Au Québec, une région touristique correspond au territoire géré par une association touristique régionale et ne correspond pas toujours exactement au territoire de la région administrative.
Défini
Remous, n.m.Endroit dans un cours d'eau où l'eau s'agite dans un sens contraire au courant.Normalisé
Réseau artériel, n.m.Au Québec, ensemble des voies de communication importantes d'une municipalité, sur lequel les compétences de celle-ci en matière de voirie, de signalisation, de contrôle de la circulation et de stationnement sont exercées uniquement par le conseil municipal.
Notes. – 1. Les voies de communication ne faisant pas partie du réseau artériel et n'étant pas sous la responsabilité du ministère des Transports sont parfois regroupées sous l'appellation réseau local; elles sont sous la responsablilité des conseils d'arrondissement. Le conseil municipal peut toutefois prescrire des normes visant à harmoniser les règles relatives à la voirie, à la signalisation, au contrôle de la circulation et, dans certains cas, au stationnement sur l'ensemble du réseau viaire dont la gestion est sous la responsabilité de la municipalité, y compris le réseau local.
2. En toponymie, il serait possible d'étendre cette notion en qualifiant le réseau artériel, selon des besoins administratifs particuliers, de régional, de provincial ou de national.
Défini
Réseau artériel municipal, n.m.Voir : Réseau artériel. 
Réseau d'artères urbaines, n.m.Voir : Réseau artériel. 
Réserve aquatique, n.f.Territoire aqueux pouvant constituer une aire protégée d'eau douce, d'eau salée ou saumâtre, avec les milieux humides y afférents ayant un caractère exceptionel par sa biodiversité et présentant un intérêt prépondérant pour la conservation de ses écosystèmes.
Note. – Le mot écosystème désigne un milieu naturel (biotope) et l'ensemble des organismes qui y vivent (biocénose).
Défini
Réserve de biodiversité, n.f.Territoire terrestre ou aquatique constitué dans le but de favoriser le maintien de la biodiversité.
Note. – Par cette définition sont notamment visés les territoires terrestres ou aquatiques constitués pour préserver un monument naturel, une formation physique ou un groupe de telles formations et ceux constitués dans le but d'assurer la représentativité de la diversité biologique des différentes régions naturelles du Québec.
Défini
Réserve de chasse, n.f.Territoire où la pratique de la chasse est interdite ou limitée.
Note. – Ce statut est appelé à disparaître avec la mise en application de certaines dispositions de la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune.
Défini
Réserve de chasse et de pêche, n.f.Territoire où la pratique de la chasse et de la pêche est interdite ou limitée.
Note. – Ce statut est appelé à disparaître avec la mise en application de certaines dispositions de la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune.
Défini
Réserve de la biosphère, n.f.Territoire typique par sa faune, sa flore, ses témoignages d'activités humaines et ayant été reconnu d'intérêt international dans le cadre du programme de l'Unesco L'homme et la biosphère.Défini
Réserve de pêche, n.f.Territoire où la pratique de la pêche est interdite ou limitée.
Note. – Ce statut est appelé à disparaître avec la mise en application de certaines dispositions de la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune.
Défini
Réserve écologique, n.f.Territoire constitué à même les terres publiques en vue de la conservation de ce territoire à l'état naturel, de la sauvegarde des espèces animales et végétales menacées, de la recherche scientifique et de l'éducation.Recommandé
Réserve faunique, n.f.Territoire constitué en vue de la protection de la faune, où l'utilisation des ressources est réglementée.Recommandé
Réserve indienne, n.f.Territoire réservé aux Amérindiens en vertu de la Loi sur les Indiens.Recommandé
Réserve militaire, n.f.Territoire appartenant à la Défense nationale et servant aux activités de l'armée.Recommandé
Réserve nationale de faune, n.f.Territoire d'importance nationale, représentatif d'un milieu naturel exceptionnel, où des éléments rares ou menacés du milieu biophysique sont protégés et conservés.
Note. – Ce type d'entité ressortit à la juridiction du gouvernement fédéral.
Défini
Réserve naturelle, n.f.Territoire pouvant constituer une aire protégée et qui présente un intérêt de conservation de la nature.
Note. – Le mot nature fait référence à tout ce qui n'a pas été modifié ou altéré par une intervention humaine ou qui est revenu à son état naturel initial. Au Québec, les réserves naturelles sont établies en milieu privé selon la Loi sur la conservation du patrimoine naturel.
Défini
Réservoir, n.m.Nappe d'eau à niveau contrôlé, dont la retenue sert à des fins surtout utilitaires.Normalisé
Réservoir d'eau potable, n.m.Toute forme de bassin de retenue naturel ou artificiel destiné à retenir ou à emmagasiner l'eau potable.Défini
Réservoir pluvial, n.m.Toute forme de bassin de retenue naturel ou artificiel destiné à retenir l'eau de pluie.Défini
Résurgence, n.m.Réapparition en surface d'un cours d'eau après un parcours souterrain.
Note. – Il ne faut pas confondre le terme résurgence avec le terme exsurgence, qui désigne l'émergence d'un cours d'eau souterrain constitué par l'accumulation des infiltrations d'eau.
Synonyme : Point de résurgence.
Défini
Résurgences, n.f.Voir : Résurgence.Défini
Rigole, n.f.Sillon naturel ou artificiel collectant les eaux de ruissellement.Normalisé
Rigolet, n.m.Voir : Rigole. 
Rivière, n.f.Cours d'eau d'importance variable recevant des tributaires et se déversant dans une nappe d'eau ou un cours d'eau plus important.Normalisé
Rivières, n.f.Voir : Rivière.Normalisé
Roche, n.f.Bloc important de matière minérale.
Notes. – 1. Le terme roche désigne souvent la matière elle-même. Toutefois cette acception ne concerne pas la toponymie. C'est dans son sens fragment de roche, qui est une extension, que ce terme est ici défini.
2. Contrairement au rocher, la roche ne fait pas partie de la roche en place.
Normalisé
Rocher, n.m.Affleurement de la roche en place formant une éminence souvent abrupte.Normalisé
Rochers, n.m.Voir : Rocher.Normalisé
Roches, n.f.Voir : Roche.Normalisé
Rond-point, n.m.Voir : Carrefour. 
Route, n.f.Voie de communication large et fréquentée, de première importance par opposition au chemin, reliant deux ou plusieurs agglomérations.
Notes. – 1. Pour la distinction entre route et chemin, on se reportera à chemin.
2. Lorsqu'on dit de la route qu'elle est large, c'est par opposition au chemin.
3. Une voie située en milieu urbain qui a déjà été une route, peut conserver ce générique si l'ancienneté et l'authenticité de cet usage le justifient.
Normalisé
Rue, n.f.Définition 1. Voie de communication généralement bordée de bâtiments dans une agglomération.
Note. – Ce type de voie présente la caractéristique d'être bordée de bâtiments. Si le terme généralement figure dans la définition, c'est en vertu du fait que certaines de ces artères peuvent parfois en être dépourvues pendant un certain temps.
Définition 2. Dans un système de dénomination basé sur l'orientation des voies de communication (plan en damier), voie urbaine située dans un axe perpendiculaire à celui des voies portant le nom d'avenue.
Note. – Dans un tel système, les rues sont généralement orientées dans la direction est-ouest, perpendiculaires aux avenues orientées nord-sud.
Normalisé
Ruelle, n.f.Petite rue étroite.
Notes. – 1. Ce terme étant un diminutif de rue, la voie désignée par ce générique doit en comporter les caractéristiques. Les deux seuls éléments de sens qui se rajoutent ont trait à la largeur (la ruelle est étroite) et à la longueur (elle est de peu d'étendue).
2. Il ne faut surtout pas voir une nuance dépréciative dans l'utilisation du générique ruelle; il s'agit d'un terme neutre.
Normalisé
Ruisseau, n.m.Très petit cours d'eau.Normalisé
Ruisselet, n.m.Voir : Ruisseau. 
Sanctuaire, n.m.Lieu saint qui est l'objet d'une dévotion particulière.Défini
Savane, n.f.Terrain bas, parfois marécageux, caractérisé par l'abondance des mousses et la rareté des arbres.Normalisé
Savanes, n.f.Voir : Savane.Normalisé
Secteur, n.m.Partie d'une entité territoriale considérée à des fins particulières.
Note. – Les fins particulières peuvent être reliées ou définies selon le contexte culturel, politique, historique, juridique ou administratif, etc.
Défini
Secteur de villégiature, n.m.Partie d'une entité territoriale développée à des fins résidentielles de villégiature.
Note. – La villégiature est définie dans les ouvrages de langue générale comme un séjour de repos à la campagne, dans un lieu de plaisance. Au Québec, il existe bon nombre de secteurs de villégiature qui consistent surtout en des regroupements de résidences secondaires situées près d'un cours d'eau ou d'un lac, et même en forêt, avec une ou des voies d'accès terrestres ou aquatiques.
Défini
Secteur résidentiel, n.m.Secteur réservé à l'habitation.
Note. – Le terme développement et ses composés développement domiciliaire et développement résidentiel doivent être proscrits en ce sens.
Recommandé
Segment de côte littorale, n.m.Partie d'une bande de terre bordant la mer.Défini
Segment de rivière, n.m.Portion d'une rivière qui, notamment en milieu amérindien et inuit, est dénommée.Défini
Seigneurie, n.f.Fief possédé par un seigneur.Recommandé
Sentier, n.m.Chemin étroit à l'usage des piétons.
Notes. – 1. En vertu de sa destination aux piétons, ce générique doit être limité pour dénommer une voie réservée à la promenade.
2. L'aménagement de cette catégorie de voie est passablement rudimentaire.
3. Présentement, ce générique est généralement réservé à certains domaines particuliers comme les parcs, les sentiers écologiques, les pistes de randonnée, les centres de la nature, etc.
Normalisé
Sentier de migration, n.m.Sentier tracé par le passage des caribous lors de leurs déplacements saisonniers.Recommandé
Sentier de randonnée polyvalent, n.m.Voir : Sentier polyvalent. 
Sentier multifonctionnel, n.m.Voir : Sentier polyvalent.  
Sentier polyvalent, n.m.Sentier aménagé pour convenir à plusieurs types d'usagers et à différents moyens de locomotion.
Notes. – 1. Un sentier polyvalent peut être emprunté, par exemple, par les marcheurs, les cyclistes, les patineurs, les personnes à mobilité réduite et, dans certains cas, les cavaliers. L'hiver, certains sentiers polyvalents peuvent être empruntés par les motoneigistes.
2. Le quasi-synonymes voie verte, en usage en Europe francophone, désigne un sentier polyvalent aménagé le plus souvent sur une ancienne voie de chemin de fer ou sur un chemin de halage. Le terme voie verte (en anglais, greenway) insiste davantage sur l'aspect écologique d'un sentier polyvalent, dans la mesure où ce dernier contribue à la diminution du trafic routier dans les zones urbaines. Le terme sentier multifonctionnel constitue une impropriété étant donné que l'adjectif multifonctionnel peut difficilement s'appliquer à un sentier. Cet adjectif se dit d'un appareil, d'une machine, d'un produit ou d'une chose qui remplit plusieurs fonctions ou qui détient plusieurs propriétés. Or un sentier a essentiellement une seule fonction : servir de voie de communication.
Défini
Seuil, n.m.Voir : Seuil hydrographique. 
Seuil hydrographique, n.m.Brusque dénivellation du lit d'un cours d'eau occasionnée par une rupture de pente oblique, proche de la verticale, qui n'excède pas quatre mètres de haut et, en général, accompagnée d'un rétrécissement de l'écoulement.
Note. – Si la rupture de pente a plus de quatre mètres et est verticale, elle est identifiée par le mot chute. Le seuil est le résultat d'un phénomène géomorphologique de rupture du sol identifiable en surface d'un cours d'eau et représentée en cartographie. Il arrive que l'usage maintienne le terme rapide pour désigner un seuil hydrographique.
Défini
Seuils hydrographiques, n.m.Voir : Seuil hydrographique.Défini
Site, n.m.Terme générique qui désigne un lieu naturel, un élément de paysage ou la configuration d'un lieu, d'un espace défini en fonction de son usage.
Note. – En français, ce terme peut s'employer pour parler d'un lieu naturel, d'un élément du paysage ou de la configuration d'un lieu; il ne peut se référer à l'endroit où est construit un immeuble et ne peut désigner l'immeuble lui-même ou un ensemble administratif. Il est donc inapproprié d'utiliser le mot site pour hôpital. Il faut maintenir le terme hôpital pour désigner les installations des établissements de santé et rejeter le terme site lorsqu'il ne correspond pas aux sens qui lui sont propres.
Défini
Site archéologique, n.m.Lieu où se trouvent des biens archéologiques.Défini
Site archéologique et historique, n.m.Lieu qui renferme des biens archéologiques et qui soit a été le théâtre d'événements d'importance historique, soit renferme des biens ou des monuments historiques.
Synonyme : Site historique et archéologique.
Défini
Site historique, n.m.Lieu où se sont déroulés des événements ayant marqué l'histoire du Québec ou une aire renfermant des biens ou des monuments historiques.Défini
Site patrimonial, n.m.Lieu où se trouvent des biens culturels ou naturels qui présentent un intérêt particulier d'ordre esthétique, ethnologique, scientifique ou historique, et dont le statut a été officialisé par une autorité compétente à des fins de protection.
Synonyme : Site du patrimoine.
Défini
Sites archéologiques, n.m.Voir : Site archéologique.Défini
Sommet, n.m.Point culminant d'un relief.Normalisé
Sommets, n.m.Voir : Sommet.Normalisé
Source, n.f.Point d'émergence d'une nappe souterraine.Normalisé
Source de gaz naturel, n.f.Point d'émergence, à la surface du sol, d'un gisement de gaz naturel.
Note. – Une source de gaz naturel peut être située sur la terre ferme ou sous l'eau (lit d'une rivière, fond marin, etc.). En contexte, la forme elliptique source de gaz est utilisée au sens de source de gaz naturel.
Défini
Sources, n.f.Voir : Source.Normalisé
Square, n.m.Petit jardin public, généralement situé sur une place et entouré d'une grille.
Note. – Ce terme ne peut être utilisé comme générique pour nommer les rues qui l'entourent ni les immeubles qui y sont adjacents. Il n'a pas le sens du mot anglais square et ne doit pas être confondu avec place. À partir du XIXe siècle, sous l'influence du terme anglais square, le terme carré a été utilisé au Québec pour désigner des espaces publics découverts. Cet emploi du terme carré est encore vivant dans la langue courante, surtout à l'oral, pour désigner certains squares d'importance historique, notamment dans la région de Montréal. Si l'utilisation de carré peut être justifiée dans ces contextes, ce terme ne saurait servir dans le cadre de dénominations futures.
Normalisé
Stade de baseball, n.m.Installation sportive constituée d'un terrain de baseball entouré d'une grande enceinte munie de gradins.
Variante graphique : stade de base-ball.
Défini
Stade de soccer, n.m.Installation sportive constituée d'un terrain de soccer entouré d'une grande enceinte munie de gradins.
Note. – En Europe francophone, c'est l'emprunt football qui s'est généralisé dans l'usage pour désigner le sport que l'on appelle soccer en Amérique du Nord.
Défini
Station, n.f.Voir : Station de chemin de fer. 
Station aquicole, n.f.Ensemble des installations et des équipements nécessaires à la culture des végétaux et à l'élevage des animaux en milieu aquatique, en vue de leur commercialisation.Défini
Station de chemin de fer, n.f.Gare ferroviaire de peu d'importance.Recommandé
Station de métro, n.f.Ensemble des installations qui permet aux usagers d'avoir accès au métro, en un lieu donné.Défini
Station de pompage, n.f.Installation comportant une ou plusieurs pompes pour l'extraction de l'eau d'un puits, d'une rivière, etc., généralement abritée par un bâtiment.Défini
Station d'épuration, n.f.Ensemble des ouvrages et des dispositifs requis pour épurer les eaux usées et pour traiter les boues.Défini
Station de recherche, n.f.Lieu aménagé pour la recherche scientifique dans un domaine déterminé.
Note. – La station de recherche peut être forestière, agricole, piscicole, météorologique, etc. Dans l'usage courant, le terme ferme expérimentale est fréquemment utilisé en remplacement de station de recherche agricole qui demeure le terme adéquat.
Recommandé
Station de ski, n.f.Lieu pourvu d'importantes installations destinées à la pratique du ski et au séjour des skieurs.Recommandé
Station d'interprétation, n.f.Aménagement situé le long d'un parcours, destiné à sensibiliser le public à un élément particulier du patrimoine naturel ou culturel.
Note. – La station d'interprétation peut être située, notamment, le long d'un sentier d'interprétation, d'un parcours de randonnée ou d'une piste cyclable et comprendre des panneaux explicatifs ainsi que d'autres éléments visuels ou sonores. Elle peut porter, par exemple, sur des particularités de la faune ou de la flore locale, ou sur un élément historique ou architectural des environs.
Défini
Station forestière, n.f.Établissement constitué d'un territoire forestier aménagé de façon polyvalente ainsi que d'un ensemble d'installations, de bâtiments et d'équipements, destiné à l'éducation, à la démonstration, à la recherche et à l'expérimentation forestières.Recommandé
Station météorologique, n.f.Ensemble des installations et équipements nécessaires aux observations météorologiques.Recommandé
Station militaire, n.f.Installation militaire moins importante qu'une base.Recommandé
Stationnement, n.m.Voir : Parc de stationnement. 
Station piscicole, n.f.Installation destinée à la reproduction et à l'élevage des poissons en vue d'ensemencer les lacs et les rivières d'une région.
Notes. – 1. Lorsque les installation sont relativement importantes, on parlera plutôt de centre piscicole (ou de centre de pisciculture), les termes station piscicole et station de pisciculture désignant généralement des installations plus modestes.
2. Contrairement au terme établissement de pisciculture, qui fait référence à une entreprise privée, les termes station piscicole et centre piscicole peuvent être employés pour désigner une installation relevant du gouvernement ou d'un organisme à but non lucratif.
Synonyme : Station de pisciculture.
Défini
Station radar, n.f.Endroit où sont regroupées les installations nécessaires au fonctionnement d'un radar.Recommandé
Technoparc, n.m.Voir : Parc technologique. 
Terrain de balle, n.m.Espace aménagé pour la pratique du baseball ou de la balle-molle.Défini
Terrain de boulingrin, n.m.Terrain gazonné de forme carrée ou rectangulaire, généralement délimité par des bordures et des talus, destiné à la pratique du boulingrin.
Note. – Le terme boulingrin est une adaptation de l'anglais bowling green (emplacement gazonné pour jouer aux boules). Il était utilisé, à l'origine, pour désigner le lieu où l'on pratiquait cette activité. Par extension, le terme boulingrin en est venu à désigner l'activité elle-même. On utilise maintenant le terme terrain de boulingrin pour désigner le lieu où l'on pratique le boulingrin.
Défini
Terrain de camping, n.m.Espace aménagé en vue du séjour des campeurs.
Note. – En contexte, ce terme peut se réduire à camping.
Recommandé
Terrain de jeu, n.m.Espace aménagé pour la pratique d'activités de récréation.Recommandé
Terrain de soccer, n.m.Terrain intérieur ou extérieur, aux dimensions déterminées, destiné à la pratique du soccer.
Note. – En Europe francophone, c'est l'emprunt football qui s'est généralisé dans l'usage pour désigner le sport que l'on appelle soccer en Amérique du Nord. Le terme stade de soccer désigne une installation sportive constituée d'un terrain de soccer entouré d'une grande enceinte munie de gradins.
Défini
Terrain de sport, n.m.Espace extérieur aménagé pour la pratique d'activités sportives.Défini
Terrasse, n.f.Dépôt de matériaux meubles formant replat.
Note. – 1. Il est à noter que le terme terrasse ne doit pas être utilisé comme générique dans la désignation des voies de communication, à moins que la voie ne borde ou ne se confonde avec une terrasse.
2. Une terrasse peut également être une levée de terre formant plate-forme, ordinairement soutenue par de la maçonnerie.
3. On peut utiliser le terme terrasse, si désiré, comme partie de l'élément spécifique d'un odonyme. Ainsi, Rue de la Terrasse-Stuart serait correct pour désigner une voie qui mènerait à une terrasse de ce nom.
Recommandé
Territoire, n.m.Étendue de pays où s'exerce un mode d'autorité ou de juridiction exceptionnel.
Note. – Définition à caractère administratif.
Recommandé
Territoire de commission scolaire, n.m.Espace géographique déterminé sur lequel s'exerce l'autorité d'une administration locale dont relève une école primaire ou secondaire, francophone ou anglophone.Défini
Territoire de commission scol. rég., n.m.Espace géographique délimité dans une région qui regroupe l'ensemble du territoire d'un certain nombre de commissions scolaires francophones ou anglophones.Défini
Territoire équivalent à une MRC, n.m.Territoire établi à des fins statistiques pour compléter la couverture territoriale du Québec en municipalités régionales de comté là où il n'en existe aucune.
Note. – Il est conseillé d'écrire le sigle TÉ sans points abréviatifs bien que leur emploi demeure acceptable.
Défini
Territoire non organisé, n.m.Territoire non érigé en municipalité locale.Défini
Tourbière, n.f.Formation végétale en terrain humide, résultant de l'accumulation de matières organiques partiellement décomposées.Recommandé
Trait-carré, n.m.Voie de communication dont le tracé est quadrangulaire, à partir duquel rayonnent vers l'extérieur des lots de forme trapézoïdale. Variante graphique : trécarré.
Notes. – 1. Le trait-carré est associé à un mode de lotissement radial. Au Québec, ce mode de lotissement a été adopté pour former deux noyaux de peuplement : Charlesbourg et Bourg-Royal (situés actuellement dans l'arrondissement de Charlesbourg, à Québec). Le premier correspond maintenant aux rues appelées Le Trait-Carré Est et Le Trait-Carré Ouest, le second aux rues appelées Carré De Tracy Est et Carré De Tracy Ouest.
2. De nos jours, le terme trait-carré connaît plusieurs emplois sur le plan toponymique dans l'arrondissement de Charlesbourg. Il désigne toujours le chemin original entourant l'ancienne commune du village de Charlesbourg (un territoire carré d'environ 25 arpents). Dans l'usage courant, il sert également à désigner ce secteur correspondant à l'ancienne commune; par extension, il renvoie parfois à tout le village historique de Charlesbourg. Dans tous ces emplois, il s'écrit avec des majuscules initiales (Trait-Carré). Lorsqu'il est question du Trait-Carré de Charlesbourg, la graphie Trécarré est peu usitée; la graphie archaïsante Trait-Quarré est attestée dans des documents anciens.
3. Le trait-carré se définit aussi comme une ligne d'arpentage sur laquelle les lignes latérales des lots aboutissement perpendiculairement. Au Québec, plusieurs toponymes rappellent ces divers emplois du terme trait-carré (ou trécarré) dans le domaine de l'arpentage, par exemple, Trait-carré Pépin, à Québec (qui désigne un chemin), ainsi que Chemin du Trait-Carré, à Laval, à Terrebonne, à Saint-Henri et à Saint-Joachim.
Défini
Tunnel, n.m.Galerie souterraine destinée au passage d'une voie de communication (sous un cours d'eau, un bras de mer; à travers une élévation de terrain).Défini
Usine atomique, n.f.Voir : Centrale nucléaire.  
Usine nucléaire, n.f.Voir : Centrale nucléaire.  
Usine thermique, n.f.Voir : Centrale thermique. 
Vallée, n.f.Dépression allongée délimitée par deux versants et généralement occupée par un cours d'eau ou une nappe d'eau.Normalisé
Vallée sous-marine, n.f.Dépression large, allongée, peu profonde et à pentes douces, du fond des mers, des océans, des estuaires et des golfes.
Note. – La vallée sous-marine se distingue du canyon sous-marin du fait qu'elle est moins profonde et que ses pentes sont moins abruptes.
Défini
Vallon, n.m.Petite vallée.Défini
Vasière de cervidés, n.f.Site d'un marais, d'une source ou d'une étendue d'eau fréquenté par les cervidés.
Note. – Ce type de vasière, lorsqu'il y a des sels minéraux dont la concentration s'établit à plus de 3 parties par million en potassium et à plus de 75 parties par million en sodium, est relativement permanent et peut être protégé comme habitat faunique par l'État, c'est-à-dire la source saline ainsi que le terrain d'une largeur de 100 mètres qui l'entoure. Dans d'autres cas, la vasière est fréquentée à cause de la présence naturelle minimale de sel ou à cause de l'apport de cette matière par l'humain. Terme générique : Vasière.
Défini
Vasières de cervidés, n.f.Voir : Vasière de cervidés.Défini
Verger, n.m.Terrain planté d'arbres fruitiers.Défini
Versant, n.m.Surface déclive d'un relief marquant du paysage.Recommandé
Village, n.m.Agglomération rurale caractérisée par un habitat plus ou moins concentré, possédant des services de première nécessité et offrant une forme de vie communautaire.
Note. – Ne pas confondre avec municipalité de village, notion administrative.
Recommandé
Village cri, n.m.Agglomération habitée majoritairement par les Cris et située sur des terres de catégorie 1A telles que définies dans la Convention de la Baie-James et du Nord québécois.
Note. – Ne pas confondre avec municipalité de village cri.
Défini
Village forestier, n.m.Agglomération sans statut juridique établie en forêt, regroupant des travailleurs forestiers et leurs familles.Recommandé
Village naskapi, n.m.Agglomération habitée majoritairement par les Naskapis et située sur des terres de catégorie 1A-N telles que définies dans la Convention du Nord-Est québécois.
Note. – Ne pas confondre avec municipalité de village naskapi.
Défini
Ville, n.f.Municipalité érigée à ce titre conformément aux dispositions de la Loi sur les cités et villes ou d'une charte particulière.
Note. – Il ne faut pas confondre cette notion administrative du terme ville et la notion géographique du même mot publiée sous forme d'avis de recommandation à la Gazette officielle du Québec.
Défini
Villégiature, n.m.Voir : Centre de villégiature. 
Voie de contournement, n.f.Voir : Contournement. 
Voie de desserte, n.f.Voie de communication généralement parallèle à une voie rapide, conçue pour permettre la circulation locale et desservir les propriétés riveraines.
Note. – Selon la nature particulière de la voie de desserte à désigner, des termes plus spécifiques sont aussi utilisés, comme chemin de desserte ( qui désigne habituellement une voie de desserte en zone rurale) et route de desserte. La forme elliptique desserte relève surtout de la langue courante. Le terme voie de service, parfois utilisé au « sens de voie de desserte », n'a pas été retenu en raison du risque de confusion qu'il entraîne. Dans le domaine routier, le terme voie de service désigne généralement une voie réservée à certains véhicules affectés à des travaux d'entretien ou à des opérations de secours ou de remorquage; le terme désigne aussi une voie de communication souvent privée, aménagée aux abords d'un édifice ou d'installations (par exemple, portuaires), ou bien dans un parc, et destinée notamment aux véhicules de livraison, d'entretien, d'urgence, etc. Le terme chaussée latérale est parfois utilisé en Europe pour désigner une voie de desserte.
Synonymes : Chemin de desserte.
Défini
Voie verte, n.f.Voir : Sentier polyvalent. 
Zec, n.f.Voir : Zone d'exploitation contrôlée. 
Zone, n.f.Portion de territoire dont les fonctions et l'utilisation du sol sont réglementées.Recommandé
Zone d'aménagement et de conservation, n.f.Territoire établi par l'Administration pour la gestion des ressources fauniques.
Note. – L'acronyme zac est utilisé pour désigner cette notion.
Recommandé
Zone de ponte, n.f.Voir : Frayère. 
Zone d'exploitation contrôlée, n.f.Territoire établi par l'État, destiné principalement au contrôle du niveau d'exploitation des ressources fauniques, et dont la gestion peut être déléguée à un organisme agréé.
Note. – L'acronyme zec est utilisé pour désigner cette notion.
Recommandé
Zone industrielle, n.f.Voir : Parc industriel. 
Zone résidentielle, n.f.Voir : Secteur résidentiel. 
Zoo, n.m.Voir : Jardin zoologique. 
Haut de page »

Banque de noms de lieux du Québec

Recherche avancée

OK

Date de la dernière mise à jour : octobre 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012