Chroniques

Travaux pharaoniques

Masque funéraire en or de Toutankhamon.
Masque funéraire en or de Toutankhamon
© Sous licence CC BY-SA 3.0Wikimedia Commons

Il y a 150 ans était inauguré le canal de Suez, en Égypte. Pour la petite histoire, la voie maritime du Saint-Laurent l’a été il y a 60 ans. Grâce au canal de Suez, les bateaux pouvaient transiter de l’Europe à l’Asie sans avoir à contourner l’Afrique. Long de près de 200 kilomètres, reliant les villes de Port-Saïd et de Suez, il court de la Méditerranée à la mer Rouge. La construction du canal fut l’objet de travaux pharaoniques. Plus d’un million de personnes auraient travaillé à sa réalisation. Pour en savoir un peu plus sur l’histoire de ce canal et sur le rappel de l’Égypte dans la toponymie du Québec, lisez ce qui suit.

Les travaux de réalisation du canal de Suez, commencés en 1859, ont duré 10 ans. Ils ont été menés par le diplomate français Ferdinand de Lesseps, à la suite d’une collecte de fonds à la Bourse de Paris. Le 17 novembre 1869, l’impératrice Eugénie, femme de Napoléon III, a inauguré le canal à bord du navire L’Aigle. Pour l’occasion, on avait commandé un opéra au compositeur italien Verdi, ce qui a mené à la création d’Aïda.

Lors de l’inauguration du canal, l’État égyptien en était actionnaire à 44 %, alors que des milliers de Français l’étaient dans une proportion de 52 %. En 1875, ayant besoin d’argent, l’Égypte a vendu ses parts au Royaume-Uni. Puis, en 1956, le canal a été nationalisé par le président égyptien Nasser. Tous les actionnaires, non indemnisés, ont alors perdu des fortunes. En juin 1967, ce fut la guerre des Six Jours. Israël a pris possession de la totalité de la péninsule du Sinaï, ce qui incluait la rive occidentale du canal de Suez. Conséquemment, ce dernier a été fermé à la circulation maritime pendant huit ans. En 2015, on a inauguré le dédoublement d’une partie du canal de Suez, sur une distance de plus de 70 kilomètres, permettant ainsi d’augmenter l’achalandage des navires sur cette voie navigable.

Notons que le canal de Suez ne comporte aucune écluse, ce qui en fait le plus long canal artificiel sans écluses au monde. Par comparaison, la voie maritime du Saint-Laurent en compte quinze. Environ 18 000 navires traversent annuellement le canal de Suez, et environ 8 % du trafic mondial de marchandises y transite.

Situation géographique du canal de Suez.

Situation géographique du canal de Suez
© Sous licence CC BY 2.5Wikimedia Commons

Dans la toponymie du Québec, il y a une vingtaine de noms en lien avec l’Égypte. Les villes du Caire, de Louxor et de Suez sont rappelées dans des toponymes. De même, pas moins de sept lieux intègrent le mot pyramide dans leur désignation et quatre, le mot sphinx.

Lac Pyramide.

Le lac Pyramide, au Témiscamingue
© Google Earth

Fait intéressant, le fils de Ferdinand de Lesseps, celui qui a fait percer le canal de Suez, est rappelé dans la toponymie du Québec. Il s’agit du comte Jacques de Lesseps (1883-1927), aviateur et ingénieur français. Ce dernier, qui avait développé la photographie aérienne lors de la Première Guerre mondiale, a effectué des relevés photographiques aériens au-dessus de la péninsule de la Gaspésie, en 1926 et 1927, à la demande du gouvernement du Québec. En prime, ses vols à basse altitude lui ont permis de photographier les villages gaspésiens. Plus de 800 cartes postales ont d’ailleurs été produites à partir de ses travaux. Jacques de Lesseps a péri dans un accident d’avion près de Matane, en 1927, et son corps fut retrouvé à Terre-Neuve quelques mois plus tard. Premier homme à contempler la Gaspésie à partir du ciel, il fut inhumé le 14 décembre 1927, à Gaspé. Un monument a été érigé en sa mémoire dans cette ville. Pas moins de cinq noms de lieux rappellent son souvenir au Québec, dont une rue à New Richmond, en Gaspésie.

Chronique parue le 12 septembre 2019.



Banque de noms de lieux du Québec

Recherche avancée

OK

Données Québec.


Date de la dernière mise à jour : 17 octobre 2019

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012