Chroniques

Bien sûr, il y eut les guerres d’Irlande1

Trèfles.
Le trèfle, un des symboles de l’Irlande
© A_nella, Bigstock

Quelques mois à peine après la fin de la Première Guerre mondiale commençait une autre guerre. En effet, en janvier 1919, il y a 100 ans, débutait la guerre devant mener à l’indépendance de l’Irlande. Pour en savoir plus sur cette guerre et sur le rappel de l’Irlande dans la toponymie du Québec, lisez ce qui suit.

La guerre d’indépendance de l’Irlande contre l’armée britannique commença en janvier 1919. Un cessez-le-feu intervint en juillet 1921. Puis, en décembre de la même année, un accord fut trouvé. Un an plus tard, l’État libre d’Irlande fut officiellement créé. Aussitôt, une guerre civile éclata dans le nouveau pays entre les partisans du traité anglo-irlandais et ses opposants. Elle prit fin en 1923 avec la défaite des antitraités. À noter que six comtés du nord de l’île d’Irlande décidèrent toutefois de rester dans le Royaume-Uni.

Dans la toponymie du Québec, il y a quelques centaines de noms de lieux en lien avec l’Irlande. On trouve, à titre d’exemples, 18 toponymes avec le nom de la capitale (Dublin), 14 avec celui du pays (Irlande) et 13 avec celui du gentilé (Irlandais). De plus, de nombreux citoyens d’origine irlandaise et de lieux de l’Irlande sont rappelés.

Photo satellite de l’île d’Irlande.
Photo satellite de l’île d’Irlande
© NASA Earth Observatory

Phénomène intéressant : 16 noms de municipalités du Québec sont en lien direct avec l’Irlande. Parmi ces noms, 8 reprennent celui d’une personne d’origine irlandaise et 6, celui d’un lieu d’Irlande (Armagh, Derry, Kildare…). Voici les 16 municipalités québécoises teintées de vert :

Municipalité

Région

Lien avec l'Irlande

Armagh

Chaudière-Appalaches

Le nom de la municipalité québécoise reprend celui d’une ville d’Irlande du Nord. On peut expliquer le recours à un nom irlandais, d’une part, par le rôle joué dans la région par les Irlandais, propriétaires terriens et commerçants et, d’autre part, par le fait qu’on envisageait de favoriser l’établissement des Irlandais en ces lieux.

Egan-Sud

Outaouais

John Egan (1811-1857), originaire d’Irlande, arriva au pays en 1830 et fut un important marchand de bois dans la vallée de l’Outaouais, au milieu du XIXe siècle.

Irlande

Chaudière-Appalaches

Le fait que les premiers colons étaient d’origine irlandaise a suscité ce choix dénominatif.

Lyster

Centre-du-Québec

Selon certaines sources, le nom proviendrait du patronyme légèrement déformé de Robert Lester (Galway, Irlande, 1746 ­– Québec, 1807), très important marchand de Québec.

Mayo

Outaouais

Les premiers habitants de cette municipalité avaient pour patrie l’Irlande et l’Écosse. Mayo est le nom d’un comté de la république d’Irlande. En irlandais, Maigh Eo, devenu Mayo, signifie « la plaine des ifs ».

Mulgrave-et-Derry

Outaouais

On avance l’hypothèse qu’ici le nom Derry réfère à une ville d’Irlande du Nord, dont le nom officiel est maintenant Londonderry (Doire en irlandais). C’est la deuxième ville de l’Irlande du Nord après Belfast. Londonderry a été le théâtre d’affrontements meurtriers entre protestants et catholiques.

Newport

Estrie

Certains, suivant la version officielle, estiment que ce nom reprend celui d’un village du comté de Mayo en Irlande.

Saint-Adrien-d’Irlande

Chaudière-Appalaches

Les premiers colons de cette municipalité étaient originaires d’Irlande.

Saint-Ambroise-de-Kildare

Lanaudière

Le nom de la municipalité québécoise reprend celui d’une ville d’Irlande, au sud-ouest de Dublin.
Le nom Kildare provient du gaélique irlandais Cill Dara, qui peut être traduit par « près du chêne » ou par « église de chêne ».

Saint-Colomban

Laurentides

Ce nom rappelle le souvenir du moine Colomban (Leinster, Irlande, vers 543 – Bobbio, Italie, 615). Ce dernier évangélise l’Écosse, l’Angleterre du Nord, en plus de couvrir la Gaule et l’Italie de monastères. L’origine du nom témoigne de celle des pionniers de la municipalité.

Sainte-Brigide-d’Iberville

Montérégie

Ce nom se veut un rappel de l’omniprésence de la communauté irlandaise originelle. En effet, Brigide ou Brigitte de Kildare (vers 455-vers 523) est une vierge irlandaise qui a contribué à faire connaître l’œuvre évangélisatrice de saint Patrick. Elle est considérée comme la patronne de l’Irlande, au même titre que ce dernier.

Sainte-Brigitte-de-Laval

Capitale-Nationale

La dénomination rappelle que des Irlandais ont fondé l’endroit puisque la patronne de l’Irlande est sainte Brigide ou Brigitte de Kildare (vers 455-vers 523).

Sainte-Marcelline-de-Kildare

Lanaudière

Le nom de la municipalité québécoise reprend celui d’une petite ville d’Irlande, au sud-ouest de Dublin, d’où sont originaires plusieurs familles marcellinoises. Le nom Kildare provient du gaélique irlandais Cill Dara, qui peut être traduit par « près du chêne » ou par « église de chêne ».

Saint-Malachie

Chaudière-Appalaches

Les pionniers de cette municipalité venaient pour la plupart d’Armagh, capitale religieuse de l’Irlande du Nord. Cela a entraîné le choix de saint Malachie (1094-1148), archevêque de cette ville et considéré comme le plus important réformateur de l’Église irlandaise au début du XIIe siècle.

Saint-Patrice-de-Beaurivage

Chaudière-Appalaches

La dénomination rappelle que l’église se situait dans le rang Saint-Patrice, jadis peuplé d’Irlandais dont la dévotion à l’endroit de saint Patrick, patron de l’Irlande au Ve siècle, était très fervente.

Saint-Patrice-de-Sherrington

Montérégie

La présence d’Irlandais dans la municipalité naissante peut expliquer le nom du patron de l’Irlande, saint Patrick (vers 389-461), comme protecteur de la communauté.

1  Titre inspiré de la chanson Voir un ami pleurer de Jacques Brel.

 

Chronique parue le 10 janvier 2019.



Banque de noms de lieux du Québec

Recherche avancée

OK

Parlers et paysages du Québec – Randonnée à travers les mots d'ici.
Données Québec.
Toponymes coups de coeur 2019.


Date de la dernière mise à jour : avril 2019

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012