Chroniques

La toponymie québécoise au féminin.

Deux femmes, une même liberté

Robertine Barry.
Robertine Barry
© Query Freres, Wikimedia Commons

La première femme journaliste à temps plein du Québec est Robertine Barry (1863-1910), dont le nom de plume était Françoise. À partir de 1891, elle écrira dans La Patrie, journal fondé par Honoré Beaugrand en 1879. Sa « Chronique du lundi » abordera presque tous les sujets. Dans ce même journal, Robertine Barry tiendra plus tard un courrier du cœur, le premier au Québec.

Elle a fait partie des seize journalistes canadiennes à couvrir l’Exposition internationale de Saint-Louis en 1904. Ce voyage sera à l’origine du Canadian Women’s Press Club, organisme qui sera dissous en 2004. De plus, Robertine Barry eut l’honneur de représenter le Canada à l’Exposition universelle de Paris en 1900 et à celle de Milan en 1906.

Elle fonde la revue bimensuelle Le Journal de Françoise, publiée de 1902 à 1909, dans laquelle écriront, entre autres, Louis Fréchette, Marie-Gérin-Lajoie et Émile Nelligan. D’ailleurs, ce dernier a écrit le poème Rêve d’artiste pour Robertine Barry.

Cinq lieux du Québec portent le nom de Robertine Barry : une rue de Montréal, un parc et une rue de Baie-Comeau ainsi qu’un lac et un canton d’Abitibi.

Intéressons-nous maintenant à Anne-Marie Huguenin (1875-1943), née Gleason, dont le nom de plume était Madeleine. En juin 1904, elle fait partie, elle aussi, du groupe des seize journalistes canadiennes à couvrir l’Exposition internationale de Saint-Louis.

Pendant près de vingt ans, elle sera responsable des pages féminines dans le journal La Patrie. Elle quitte ce journal en 1919 pour lancer La Revue moderne, publication à la fois intellectuelle et populaire, où elle exercera ses fonctions jusqu’en 1930. Le périodique est vendu en 1960 – alors qu’il tire à plus de 100 000 exemplaires – à Maclean Hunter, qui en fait le magazine Châtelaine, toujours en kiosque de nos jours, 99 ans plus tard.

Les noms de quatre lieux rappellent le souvenir d’Anne-Marie Huguenin, soit celui d’une rue de Rimouski, où elle est née, d’une rue de Montréal, où elle a vécu, d’une rue de Saint-Augustin-de-Desmaures et d’un canton en Mauricie.

Chronique parue le 10 mai 2018.



Banque de noms de lieux du Québec

Recherche avancée

OK

Toponymes coups de coeur de 2018.
Données Québec.


Date de la dernière mise à jour : mai 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012