Chroniques

Montréal - raconté par ses noms de lieux.

Halte-là, halte-là, halte-là!
Les Canadiens sont dans la toponymie

Logo du club de hockey des Canadiens de Montréal.
Logo du club de hockey des Canadiens de Montréal
© Canadiens de Montréal, Wikimedia Commons

La saison du hockey professionnel vient tout juste de débuter. L’équipe de Montréal, les Canadiens, a un passé glorieux. Elle a gagné 24 fois la coupe Stanley. Il va donc de soi que des noms de lieux de Montréal, la Mecque du hockey, soient en lien avec cette équipe. Pour savoir qui des Canadiens a été immortalisé dans la toponymie montréalaise, lisez ce qui suit.

Au total, cinq personnes reliées aux Canadiens de Montréal sont rappelées dans la toponymie montréalaise. Maurice Richard (1921-2000) l’est deux fois : dans le nom d’un célèbre aréna et dans celui d’un parc qui se trouve tout près de la maison qu’il a habitée dans le quartier Ahuntsic. Maurice Richard a joué toute sa carrière avec les Canadiens de Montréal. Surnommé le Rocket, il portait le numéro 9. Il a remporté la coupe Stanley à huit reprises. En 1944, lors de la deuxième rencontre de la demi-finale contre Toronto, il compta les cinq buts de son club, qui l’emporta 5-1. Son exploit fut souligné de digne façon : il fut déclaré la troisième étoile de la rencontre, de même que la deuxième et… la première. Il fut le premier joueur à marquer cinquante buts en cinquante parties. Il réalisa cet exploit en 1944-1945, lors de la cinquantième et dernière joute de la saison, à 2 minutes 15 secondes de la fin.

Maurice Richard.
Maurice Richard
© Bibliothèque et Archives Canada, Thomas Patrick Gorman fonds, Wikimedia Commons

Bernard Geoffrion (1931-2006), le numéro 5, a gagné six coupes Stanley avec les Canadiens. Il a été le deuxième joueur de la Ligue nationale de hockey à marquer 50 buts, et ce, en 62 parties toutefois. Il réalisa l’exploit en 1960-1961, seize ans après Maurice Richard. Une rue de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles porte son nom. À noter que son fils Danny et son petit-fils Blake ont aussi joué pour les Canadiens.

Toe Blake (1912-1995) aura d’abord joué pour les Canadiens avant de devenir leur entraîneur. Il a tout un tableau de chasse, ayant remporté la coupe Stanley à dix reprises avec les Canadiens : deux fois comme joueur et huit fois, dont cinq consécutives, comme entraîneur. Comme joueur, il était sur la même ligne que Maurice Richard et Elmer Lach. Un parc de l’arrondissement de Ville-Marie a été nommé en son souvenir.

Enfin, un autre entraîneur et un directeur général sont rappelés dans la toponymie de Montréal : Dick Irvin (1892-1957), qui a remporté trois fois la coupe Stanley, et Frank Selke (1883-1985), qui l’a gagnée six fois.

Fait intéressant, l’équipe des Canadiens est honorée dans un nom de voie communication. Lequel? Avenue des Canadiens-de-Montréal. Où se situe l’avenue? Au cœur de Montréal, là où se trouve son domicile. À quelle occasion le nom a-t-il été attribué? Lors des festivités du centième anniversaire du club!

L’avenue des Canadiens-de-Montréal devant le domicile du club de hockey.
L’avenue des Canadiens-de-Montréal devant le domicile du club de hockey
© Alexcaban, sous licence CC BY-SA 3.0, Wikimedia Commons

* Mention de source du bandeau Montréal raconté par ses noms de lieux : © Stéphane Poulin, Partenariat du Quartier des spectacles.

Chronique parue le 12 octobre 2017.



Banque de noms de lieux du Québec

Recherche avancée

OK

Parlers et paysages du Québec – Randonnée à travers les mots d'ici.
Données Québec.
Toponymes coups de coeur de 2018.


Date de la dernière mise à jour : décembre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012