Chroniques

Ces hommes et ces femmes en blanc

Au Québec, 47 noms de lieux rappellent le souvenir d’infirmières, et un seul, celui d’un infirmier. Étonnamment, nous savons peu de choses sur cet homme. Il se prénomme Fleurent et il a fait l’orgueil de sa famille durant la crise de la grippe espagnole au début du XXe siècle. Drummondville a baptisé l’une de ses rues Rue Fleurent, en son honneur.

Parmi la quarantaine de noms rappelant des infirmières, relevons les suivants :

  • Rue Alice-GirardMontréal et à Sherbrooke)
    En hommage à Alice Girard (1907-1999), qui sera la doyenne fondatrice de la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal.
  • Rue Athala-CoulombeQuébec)
    En hommage à Athala Coulombe (1907-1985), qui fut l’une des premières infirmières québécoises à avoir servi outre-mer durant la Seconde Guerre mondiale.
  • Rue Eugénie-DionTrois-Rivières)
    En hommage à Eugénie Dion (1902-2002), qui a fondé la Société des infirmières visiteuses, dont le modèle est derrière la création des centres locaux de services communautaires (CLSC).
  • Mont Florence-Louise-BradfordOrford)
    En hommage à Florence-Louise Bradford (1890-1977), qui a ouvert, à Sherbrooke, une maternité privée pour mères célibataires. Elle y a accueilli plus de 8000 femmes en 35 ans.
  • Parc de Garde-Éva-MorinRochebaucourt)
    En hommage à Éva Morin, qui a mis au monde des centaines d’enfants à Rochebaucourt, en Abitibi, entre 1941 et 1966.
  • Parc Germaine-Casaubon Montréal)
    En hommage à Germaine Casaubon (1913-2003), qui a travaillé, entre autres, à l’hôpital Saint-Jean-de-Dieu où elle a eu comme patient le poète Émile Nelligan, qui lui a dédié un poème.

Notons au passage que, pour rappeler le souvenir de la première résidente d’un chemin à Orford, laquelle a été infirmière, on a donné le nom Chemin de la Garde à cette voie de la municipalité. C’est là un beau clin d’œil au passé puisqu’au XXe siècle, les infirmières étaient plutôt appelées gardes-malades ou gardes. Toujours en Estrie, tout près du centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, on trouve quelques voies de communication fort bien désignées puisque leur nom reprend celui d’infirmières ayant œuvré dans la région.

Florence Nightingale. Florence Nightingale
© Wikimedia Commons

Et pourquoi le 12 mai? Parce qu’à cette date de l’année 1820 naissait Florence Nightingale, qui sera infirmière. En 1854, cette dernière, accompagnée d’une trentaine d’infirmières, quitte l’Angleterre et arrive en Crimée, là où s’affronte la Russie contre la Turquie, la France, la Sardaigne et l’Angleterre. Par ses nouvelles techniques contre les maladies infectieuses, elle ramène le taux de mortalité à l’hôpital militaire de campagne où elle œuvre, alors fort élevé, à presque 0 %. Grâce au télégraphe, qui voyait le jour, ses exploits furent publicisés, et son retour, quelques années plus tard, en Angleterre, fut triomphal. C’est en reconnaissance à son importance dans l’établissement de la profession d’infirmière que sa date de naissance a été retenue pour souligner la Journée internationale de l’infirmière.

Chronique parue le 10 mai 2016



Banque de noms de lieux du Québec

Recherche avancée

OK

Toponymes coups de coeur de 2018.
Données Québec.


Date de la dernière mise à jour : août 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012