Chroniques

« J'ai été au sud du sud, au soleil, bleu, blanc, rouge… »

Photographie de Charles Lindbergh par Fred Hartsook
Photographie de Charles
Lindbergh par Fred Hartsook,
Wikimedia Commons
1

Tous auront reconnu les paroles de la célèbre chanson de Robert Charlebois dont le titre rappelle Charles Lindbergh, ce héros de l’aviation décédé il y a 40 ans, soit le 26 août 1974.

Saviez-vous que Charles Lindbergh était déjà venu à Québec? Qu’il y était venu par amitié pour secourir un ami mourant? Pour en savoir plus sur cet homme, surnommé l’Aigle solitaire, et pour connaître la trace qu’il a laissée dans la toponymie du Québec, lisez ce qui suit.

Né en 1902 à Détroit de parents immigrants suédois, Charles Lindbergh est élevé au Minnesota. Auteur de tout un exploit, il est le premier à traverser l’Atlantique, en solitaire et sans escale, à bord de son avion, le Spirit of St. Louis. En effet, les 20 et 21 mai 1927, il vole de New York à Paris en 33 heures 30 minutes. Il est intéressant de savoir que l’avion utilisé par Lindbergh avait un profil aérodynamique instable; on voulait ainsi que les mouvements de l’appareil le réveillent s'il s'endormait au cours de son long périple. De plus, il n’y avait pas de pare-brise dans l’avion en raison de la présence du réservoir d’essence de 1440 litres entre le poste de pilotage et le moteur. Lindbergh devait utiliser un périscope pour voir.

Charles Lindbergh devant son avion, le Spirit of St. Louis
Charles Lindbergh devant son avion, le Spirit of St. Louis, en 1927
Photographie AP

Un an après son exploit, Lindbergh accourt au chevet de son ami, l’aviateur Floyd Bennett, qui a participé à la conquête aérienne du pôle Nord. Celui-ci est hospitalisé à l’hôpital Jeffery-Hale, à Québec, pour traiter une forte pneumonie. Pour le guérir, Lindbergh amène de New York un sérum antipneumonique. Il fait le vol de New York à Québec et pose son avion sur les plaines d’Abraham, au milieu d’une foule de plusieurs milliers de personnes venues l’accueillir. Le sérum est alors livré à l’hôpital. Lindbergh est reçu à dîner par le premier ministre du Québec, Louis-Alexandre Taschereau, et il dort au Château Frontenac. Le lendemain, il rentre chez lui, ignorant que son ami venait de trépasser.

Dans notre toponymie, la mémoire de Lindbergh est rappelée six fois. Laval, Québec, Saguenay, Saint-Donat, Sherbrooke et Trois-Rivières ont donné son nom à l’une de leurs voies de communication. À Québec, à Trois-Rivières et à Saint-Donat, les voies portant son nom sont fort bien choisies, puisqu’elles se trouvent à proximité d’un aéroport. Il est à noter que, ailleurs dans notre galaxie, le souvenir de Lindbergh est aussi rappelé : un satellite naturel de Saturne porte son nom.

 

Chronique parue le 13 août 2014



Banque de noms de lieux du Québec

Recherche avancée

OK

Données Québec.


Date de la dernière mise à jour : janvier 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012