Chroniques

Chercheur d’or

Portrait de Jacques Cartier
© Wikipédia, l'encyclopédie libre

Il y a 480 ans, le 20 avril 1534, Jacques Cartier quittait Saint-Malo. Il cherchait de l’or ainsi que la route vers l’Asie, à la demande du roi François 1er. C’est ainsi qu’il arriva au Canada. Pour en savoir plus sur ce découvreur et sur l’immense place qui lui est accordée dans notre toponymie, lisez ce qui suit.

Jacques Cartier (1491-1557), natif de France, fait probablement partie de l’équipage de l’explorateur florentin Verrazzano lors de ses voyages, en 1524 et en 1528, en Amérique. Mais lors de l’expédition de 1534, c’est Cartier qui est le commandant des deux navires et de l’équipage de 61 hommes. Parti le 20 avril, il arrive le 10 mai, après seulement 20 jours, à l’île de Terre-Neuve. Par la suite, il explore le golfe du Saint-Laurent. Le 24 juillet, il débarque à Gaspé, où il prend possession des lieux au nom du roi de France et y plante une croix. Il y rencontre les Iroquois. Leur chef, Donnacona, accepte que deux de ses fils accompagnent Cartier en France. Après une traversée de 21 jours, ils arrivent à Saint-Malo le 5 septembre.

Carte du premier voyage de Jacques Cartier
© Commission de toponymie

Lors de son deuxième voyage, en 1535, il dirige 110 hommes et trois bateaux : la Grande Hermine, la Petite Hermine et l’Émérillon. La traversée est longue : 50 jours. Il se rend jusqu’à Hochelaga (Montréal); c’est à ce moment qu’il attribue le nom Mont Royal au mont que l’on y trouve. Il hiverne à Stadaconé (Québec) et quitte le Nouveau Monde le 1er juin 1536 pour retourner en France.

En 1541, lors de son dernier voyage au Canada, Cartier commande cinq navires et un équipage de quelque 1500 hommes. Il établit la première colonie française en Amérique, à l’embouchure de la rivière du Cap Rouge, non loin de Québec; il la nomme Charlesbourg-Royal. Il y passe l’hiver et rentre définitivement en France en 1542. Cette première tentative de colonisation ne permettra pas l’établissement permanent des Français au Canada; il faudra attendre Champlain en 1608.

Au Québec, Jacques Cartier est commémoré dans 148 noms de lieux : 115 fois avec le spécifique Jacques-Cartier et 33 fois avec celui de Cartier. Parmi tous ces noms, relevons celui de Lac Jacques-Cartier, qui désigne le plus grand lac de la réserve faunique des Laurentides; il fait 11 km de longueur sur 2 km de largeur. Ce lac est la source principale de la rivière Jacques-Cartier, qui coule sur 178 km avant de se jeter dans le fleuve Saint-Laurent, à Donnacona. En Gaspésie, dans le massif des Chic-Chocs, on trouve le mont Jacques-Cartier, un des plus hauts monts du Québec; il culmine à 1270 m de hauteur. Il y a aussi le nom Détroit de Jacques-Cartier, qui désigne le détroit, large de 40 km, qui sépare l’île d’Anticosti de l’archipel de Mingan. Cartier avait lui-même désigné ce détroit sous l’appellation Détroit Saint-Pierre parce qu’il l’avait découvert le jour de la fête liturgique de saint Pierre. Terminons avec le nom Pont Jacques-Cartier, qui désigne le célèbre pont de Montréal. Attribuée en 1934 à l’occasion du 400e anniversaire de la découverte du Canada, cette appellation remplaçait celle de Pont du Havre, qui avait été attribuée en 1930, lors de l’inauguration de l’ouvrage d’art.


Chronique parue le 15 avril 2014



Banque de noms de lieux du Québec

Recherche avancée

OK

Toponymes coups de coeur de 2018.
Données Québec.


Date de la dernière mise à jour : août 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012