Chroniques

Femmes d'action et de passion


© iStockphoto


Au cours des cent dernières années, les femmes ont mené de longues luttes pour la reconnaissance de leurs droits. Au plus fort du mouvement féministe dans les années 1980, la Commission de toponymie a souligné l'apport de plusieurs d'entre elles en attribuant leur nom à des entités géographiques, le plus souvent des monts.


Thérèse Casgrain, © Société canadienne des postes

C'est ainsi, entre autres, que les noms Mont Thérèse-Casgrain, Mont Lily-Butters et Mont Irma-LeVasseur ont été attribués pour désigner des monts qui se trouvent respectivement dans Charlevoix, en Estrie et sur le territoire de la ville de Québec.

La première femme rappelée est Thérèse Casgrain (1896-1981). Elle a milité pour le droit de vote des femmes au Québec, qui n'a été accordé qu'en 1940. Elle a fondé en 1966 la Fédération des femmes du Québec, dont l'influence fut considérable.

La deuxième est Lily Hudson Butters (1894-1980), une pionnière du traitement en clinique privée des maladies mentales, au Canada. En 1947, assistée de son mari, John Butters, elle a fondé à Austin, en Estrie, un hôpital pour enfants souffrant de déficience mentale, The Cecil Butters Memorial Hospital.

Enfin, la dernière femme est Irma LeVasseur (1877-1964), qui a fait œuvre de pionnière en médecine à une époque où les femmes étaient tenues à l'écart de cette profession. En 1900, elle a obtenu un doctorat en médecine de l'Université St. Paul, au Minnesota, et s'est installée à New York, où elle a commencé à pratiquer sa profession. Trois ans plus tard, une loi privée de l'Assemblée législative du Québec lui a permis d'adhérer au Collège des médecins et chirurgiens de la province de Québec. Elle a participé à la fondation de l'hôpital Sainte-Justine de Montréal et elle a mis sur pied à Québec, en 1923, un hôpital pour enfants, qui est devenu l'hôpital de l'Enfant-Jésus.

Irma LeVasseur, © Medarus.org

Soulignons enfin que la Commission a officialisé, à l'occasion de la Journée internationale des femmes en 1982, le nom Portage Ikwe pour désigner un portage sur la rivière Octave en Abitibi. Le mot Ikwe est d'origine algonquine et il signifie femme.

Cette chronique est publiée dans le cadre du centième anniversaire de la Commission de toponymie. Elle veut démontrer qu'au cours de toutes ces années, la Commission a su choisir des toponymes qui sont le miroir de notre histoire et de notre culture. Rappelons que le 8 mars est la Journée internationale des femmes.

Chronique parue le 2 mars 2012



Banque de noms de lieux du Québec

Recherche avancée

OK

Données Québec.


Date de la dernière mise à jour : janvier 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012