Chroniques

Les filles et le roi

Liliane Bernier, OQLF

Pour souligner le 8 mars, qui est la Journée internationale de la femme, intéressons-nous aux Filles du roi. Combien y en a-t-il eu? Quand sont-elles venues en Nouvelle-France? Qui étaient ces femmes? Quels sont les toponymes qui les rappellent sur notre territoire? Pour tout savoir, lisez ce qui suit.

On estime que quelque 800 Filles du roi sont venues en Nouvelle-France, et ce, sur une période relativement courte de dix ans, allant de 1663 à 1673. Leur venue aura laissé sa marque puisque la population du pays a alors plus que doublé durant ces dix années. Ces femmes sont, la plupart du temps, des orphelines sans dot, provenant majoritairement de Paris et ayant reçu un solide enseignement religieux. On qualifiait ces femmes de Filles du roi parce que celui-ci, Louis XIV, assumait les frais de leur traversée et leur donnait une dot pour leur établissement dans la colonie. Pour la petite histoire, lors du recensement de 1666, on relève 719 hommes célibataires âgés de 16 à 40 ans contre seulement 45 femmes célibataires dans la même tranche d'âge. Celles-ci pouvaient donc choisir le bon parti; plusieurs épousaient d'ailleurs les hommes qui avaient déjà bâti leur maison.

Les noms de quatorze Filles du roi se trouvent dans notre toponymie. À Québec, il y a même un secteur dont les voies de communication sont désignées par des noms de Filles du roi; le parc qui l'agrémente est connu sous l'appellation Parc des Filles-du-Roi. Voici les quatorze toponymes commémoratifs :

TOPONYME

LIEU

Boulevard Anne-Le Seigneur

Chambly

Lac Ariot

Lac-Ashuapmushuan (Saguenay–Lac-Saint-Jean)

Rue Beauregard

Québec

Rue Catherine-Isambert

Québec

Rue Françoise-Encelin

Québec

Rue Françoise-Hobbe

Trois-Rivières

Rue Gabrielle-D'Anneville

Québec

Rue Isabelle-Aubert

Québec

Rue Isabelle-Doucinet

Québec

Rue Jeanne-Burel

Québec

Rue Marie-Boulard

Boucherville

Rue Marie-Brière

Québec

Rue Marie-Briot

Verchères

Lac Vansèque

Lac-Walker (Côte-Nord)

 

Les Filles du roi qui débarquaient à Montréal étaient prises en charge par Marguerite Bourgeoys. À Québec, parmi celles qui se sont occupées de ces filles, mentionnons Anne Gasnier, épouse de Jean Bourdon, celui qui a donné son nom à la célèbre rue Saint-Jean. Son épouse n'est pas en reste, puisque le lac connu sous le nom Lac Gasnier la rappelle. Notons que les quelque 200 femmes qui sont venues entre 1634 et 1663 et qui ont donc devancé les Filles du roi n'ont rien reçu de leur monarque; on les désigne sous le nom de devancières.

Illustration : © Sophie Moisan, Société d’histoire des Filles du roy

Chronique parue le 3 mars 2011



Banque de noms de lieux du Québec

Recherche avancée

OK

Données Québec.


Date de la dernière mise à jour : janvier 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012