Retour aux résultats Version imprimable

Baie James

Origine et signification Coincée au fond de la baie d'Hudson, la baie James est en réalité un golfe de 350 km de long sur 220 km de large qui reçoit les eaux de nombreuses rivières en provenance du Québec et de l'Ontario. La partie québécoise de cette entité transfrontalière s'étend sur toute sa longueur entre la pointe Louis-XIV au nord et l'entrée de la Hannah Bay au sud-ouest. Ses rives sont basses et marécageuses, recouvertes d'une végétation qui passe de la forêt rabougrie à la taïga.

C'est une rivalité commerciale entre Londres et Bristol qui lança, en 1631-1632, les expéditions concurrentes de Thomas James (vers 1593-vers 1635) et de Luke Fox (1586-1635). Ce dernier a exploré davantage la partie est de la baie d'Hudson tandis que James a hiverné à Charlton Island dans la partie sud de la baie qui devait plus tard porter son nom. Selon Marcel Trudel (1966), la première mention de James' Bay date de 1631 sur les cartes préparées par Thomas James lui-même – reproduites dans Skelton, Explorers Maps (Londres, 1958) – lors de son hivernement de 1631-1632, avec Fox à la baie d'Hudson. La carte de Sanson d'Abbeville (1656) indique Iames his Bay pour la partie ouest de ce golfe – cette curieuse forme révélant un lien privilégié avec l'explorateur – et Grande Baye ou Delivrance pour la section est de ce rentrant. La carte nommée Regiones Sub Polo Arctico de W. J. Guiljelmo Blaeu, Amsterdam, 1645, montre le nom Iames his bay pour désigner la partie ouest de la baie James, alors que la partie est est désignée The great Bay of Gods delivrance. Sur la carte intitulée Le Canada, ou Nouvelle France, & c., de Nicolas Sanson, Paris, 1656, est inscrit le nom Iames his Bay pour désigner la partie ouest de la baie James, alors que la partie est est nommée Grande Baye ou Delivrance. Baye de Iames identifie la partie ouest de la baie James et Baye des Kilistinons la partie est de la baie James sur la carte nommée Partie Occidentale du Canada ou de la Nouvelle France, par Vincenzo Coronelli, Paris, 1688. Jean-Baptiste-Louis Franquelin (1684) indique Baye de Hudson pour ce golfe. James's Bay paraît, notamment sur les cartes de Middleton (1743), Peter Pond (1785), Bouchette (1832), Low (1885). Nicolas Bellin (1744) désigne cette entité sous la double appellation de « Fond de la Be de Hudson appellé par les Anglois Baye James ». Sur une autre carte datée de 1755, Bellin écrit « Fond de la Be de Hudson ou Baye James ». Plusieurs autres noms tels Baye du Nord, Baye de l'Assomption, Mer du Nord et Baie de James serviront également à l'identifier. Parmi ceux-ci, la forme Baie de James a un certain usage ancien et moderne, notamment dans les atlas français et canadiens depuis 1838, dans plusieurs publications officielles du Bas-Canada, du Canada et du Québec (1833, 1885, 1898). Cependant, la forme consacrée par l'usage populaire et par les accords connus sous le nom de Convention de la Baie-James a prévalu et fut retenue par la Commission de toponymie. Les Cris, selon qu'ils soient du sud ou du nord, désignent l'ensemble de la baie James et de la baie d'Hudson sous les appellations de Wiinipekw ou de Wiinipaakw, termes signifiant « eau sale ».

Le littoral oriental de la baie James n'a été rattaché au Québec qu'à partir de 1898 pour la partie sud et en 1912, pour la partie nord. La population crie installée dans cette région depuis des siècles continue à pratiquer largement la chasse et la pêche comme le faisaient leurs ancêtres; on la retrouve principalement près de la côte à Waskaganish, Eastmain, Wemindji et Chisasibi. De nos jours, la baie James est principalement connue pour les gigantesques barrages et centrales hydroélectriques dont la construction s'est amorcée dans les années 1970 sur la Grande Rivière et ses affluents. Ce complexe constitue la plus grande force hydroélectrique du Québec avec quatre centrales complétées, totalisant une puissance de plus de 12 280 MW.

Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1981-01-08

Spécifique James

Générique (avec ou sans particules de liaison) Baie

Type d'entité Golfe

Région administrative Nord-du-Québec

Municipalité régionale de comté (MRC) Hors MRC

Municipalité Eeyou Istchee Baie-James (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 99060

Latitude nord     Longitude ouest 53° 40' 00" 79° 05' 00"

Coordonnées décimales -79.08334      53.66666

Carte topographique 1/50 000 33E/11

Carte topographique 1/20 000 33E/11-0202

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : novembre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012