Retour aux résultats Version imprimable

Pontiac
La Commission de toponymie décline toute responsabilité quant à l'exactitude des fonds de carte (ex. : le tracé des frontières, qui n'est pas conforme à la position du gouvernement du Québec) et de la nomenclature qui y figure.

Origine et signification Identifiant jadis une division de recensement et un comté électoral en 1853, une circonscription électorale, une MRC, une région et une municipalité, Pontiac demeure l'un des rares patronymes amérindiens, avec Donnacona et Batiscan, à coiffer une entité administrative au Québec. En effet, ce territoire de la MRC des Collines-de-l'Outaouais, parsemé de plans d'eau nombreux et situé à proximité du parc de la Gatineau, porte le nom d'un célèbre chef de la tribu des Outaouais (entre 1712 et 1725-1769), Pontiac, orthographié Pondiak ou Pondiag par les francophones et Pontiack, Ponteak et Pontiague par les anglophones. Ce chef algonquin, reconnu pour son éloquence et son audace, a constitué un important allié pour les Français lors de la guerre de Sept Ans (1756-1763), car dans le contexte de la traite des fourrures, il était fort satisfait de ses relations avec les Français et ne voulait pas négocier avec les Anglais, alliés des Iroquois. Il se mettra en guerre et assiégera Détroit en 1763, au moment où le traité de Paris met fin à la guerre de Sept Ans, avant tout une guerre européenne. Perdant tous ses appuis, quand il se présente à Cahokia en 1767, il ne trouve que des gens méfiants à son endroit et qui décidèrent de s'en débarrasser. Il périra, assassiné en pleine rue en avril 1769, sous les coups du neveu d'un chef indien local à Cahokia, juste en face de Saint-Louis qui se trouve, à cette époque, en Louisiane espagnole. Territoire borné au sud par la rivière des Outaouais qui trace la frontière avec l'Ontario, à une trentaine de kilomètres au nord-ouest d'Aylmer, Pontiac résulte de la fusion, en 1975, de quatre municipalités : Onslow et Eardley créées en 1845 et 1846, de même que Quyon et Onslow-Partie-Sud érigées en 1875 et 1876. Onslow évoquerait un lieu d'Angleterre ou un ministre des Finances anglais, George Onslow (1731-1816), alors qu'Eardley représente un village du Staffordshire et que Quyon, prononcé localement [kuju$] identifierait un jeu apparenté à la crosse, dit des couillons. Par ailleurs, la plus ancienne paroisse du Territoire, fondée en 1848, a pour nom Sainte-Marie-de-Quyon. En 1863, Stanislas Drapeau mentionne la rivière Quio, dans le canton d'Onslow. Voir : Eardley (canton); Onslow (canton) et Quyon (village).

Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1976-12-24

Spécifique Pontiac

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Outaouais

Municipalité régionale de comté (MRC) Les Collines-de-l'Outaouais

Municipalité Pontiac (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 82030

Longitude ouest     Latitude nord 76° 08' 00" 45° 35' 00"

Coordonnées décimales -76.13333, 45.58333

Carte topographique 1/50 000 31F/09

Carte topographique 1/20 000 31F/09-0102

Anciens noms

  • Eardley  (Municipalité de canton)

  • Onslow  (Municipalité de canton)

  • Quyon  (Municipalité de village)

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : mars 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012