Retour aux résultats Version imprimable

Warwick
La Commission de toponymie décline toute responsabilité quant à l'exactitude des fonds de carte (ex. : le tracé des frontières, qui n'est pas conforme à la position du gouvernement du Québec) et de la nomenclature qui y figure.

Origine et signification Le 15 mars 2000, la municipalité du canton de Warwick et la ville de Warwick se regroupaient pour former la nouvelle ville de Warwick. Le territoire de cette ville de la région des Bois-Francs, située juste au sud de Victoriaville, entre Sainte-Élisabeth-de-Warwick et Tingwick, est parcouru par les rivières des Pins et des Rosiers qui coulent respectivement au centre et à l'ouest. Dès 1792, un comté électoral répondant au nom de Warwick était instauré sur la rive nord du Saint-Laurent, près de la seigneurie de Berthier. Les premiers colons à s'installer dans le canton de Warwick, proclamé en 1804, arrivent sur les lieux vers 1839. Desservie comme mission de 1841 à 1857, la paroisse de Saint-Médard-de-Warwick fera l'objet d'une érection canonique et civile en 1860. Pour sa part, la municipalité du canton de Warwick voit le jour en 1864, alors que le bureau de poste du même nom dessert les Warwickois depuis 1854. Quant à la ville de Warwick, qui a obtenu un statut de ville en 1956, elle a d'abord été créée comme municipalité du village de Warwick, en 1866. Considérée comme la Porte des Bois-Francs, Warwick porte très justement le titre de Fleur des Bois-Francs puisqu'elle a remporté la palme de Village fleuri du Québec de 1980 à 1983, victoire qui témoigne du souci des Warwickois pour la protection de la nature et l'embellissement de leur milieu de vie. Sur le plan économique, Warwick présente une vocation nettement industrielle axée principalement sur les textiles, le plastique, le feutre, les meubles et le bois. Suivant Pierre-Georges Roy, l'appellation Warwick évoque une petite ville homonyme de l'Angleterre ou encore le souvenir de Richard Neville, comte de Warwick (1428-1471), général anglais qui a fait couronner le roi Édouard IV, dans le cadre de la guerre des Deux-Roses. Ayant également contribué à faire monter sur le trône Henri VI, il a reçu le surnom éloquent de Faiseur de rois. Warwick peut rappeler un comté anglais qui a pour racines étymologiques war, guerre et wick, poste, station, soit forteresse de guerre et qui a été créé en 1088 pour Henry de Beaumont par Guillaume II. De Beaumont détenait la forteresse depuis vingt ans. Voir : Sainte-Élisabeth-de-Warwick (municipalité de paroisse).

Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 2000-03-29

Spécifique Warwick

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Ville

Région administrative Centre-du-Québec

Municipalité régionale de comté (MRC) Arthabaska

Municipalité Warwick (Ville)

Code géographique de la municipalité 39077

Longitude ouest     Latitude nord 71° 59' 00" 45° 57' 00"

Coordonnées décimales -71.98333, 45.95

Carte topographique 1/50 000 21E/13

Carte topographique 1/20 000 21E/13-0101

Ancien nom

  • Warwick  (Municipalité de canton)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 15 mars 2000. En effet, à cette date, la municipalité du canton de Warwick et la ville de Warwick se regroupaient pour constituer la nouvelle ville de Warwick. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité de canton. Le territoire de cette municipalité de la région des Bois-Francs, située juste au sud de Victoriaville, entre Sainte-Élisabeth-de-Warwick et Tingwick, est parcouru par les rivières des Pins et des Rosiers qui coulent respectivement au centre et à l'ouest. Les premiers colons à s'installer dans le canton de Warwick, proclamé en 1804, arrivent sur les lieux vers 1839. Desservie comme mission de 1841 à 1857, la paroisse de Saint-Médard-de-Warwick fera l'objet d'une érection canonique et civile en 1860. Pour sa part, la municipalité du canton de Warwick voit le jour en 1864, alors que le bureau de poste du même nom dessert les Warwickois depuis 1854. Suivant Pierre-Georges Roy, cette appellation évoque une petite ville homonyme de l'Angleterre ou encore le souvenir de Richard Neville, comte de Warwick (1428-1471), général anglais qui a fait couronner le roi Édouard IV, dans le cadre de la guerre des Deux-Roses. Ayant également contribué à faire monter sur le trône Henri VI, il a reçu le surnom éloquent de Faiseur de rois. Warwick peut rappeler un comté anglais qui a pour racines étymologiques war, guerre et wick, poste, station, soit forteresse de guerre et qui a été créé en 1088 pour Henry de Beaumont par Guillaume II. De Beaumont détenait la forteresse depuis vingt ans.

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : mars 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012