Retour aux résultats Version imprimable

Témiscaming
Nécessite l'installation du plugiciel Google Earth

Origine et signification Cette municipalité de la MRC de Témiscamingue est bâtie à flanc de montagne. De ses hauteurs, on peut admirer la rivière des Outaouais qui constitue la frontière naturelle séparant le Québec de l'Ontario. Elle a été implantée à environ 80 km au sud-est de Ville-Marie. Dès la fin du XVIIIe siècle, les équipes de bûcherons de l'Américain Philemon Wright, de Hull, procédaient à la coupe du bois sur ce territoire. L'endroit, connu jusque-là sous l'appellation « Long-Sault », tirée de la dénomination d'un des rapides qui parsèment l'Outaouais en ces lieux, prend le nom « Lumsden's Mill» , le propriétaire du moulin bâti à cette époque, Alex Lumsden, y ayant établi un camp. Auparavant, une humble chapelle accueillait les trappeurs et les commerçants de fourrures qui s'y arrêtaient, en route pour l'Outaouais. L'arrivée du frère Leblanc, oblat, en 1880, avec quelques familles marque les débuts de la colonisation. La municipalité de Témiscaming voit officiellement le jour en 1888. Cette appellation, orthographiée aussi Témiskaming, souligne la proximité du lac Témiscamingue, dont le nom remonte à l'algonquin tim, profond et kami, étendue d'eau, auquel on a adjoint le locatif -ing, dans. En 1920, Témiscaming accède au statut de ville sous le nom Kipawa et son étendue englobe « South Temiscaming » ainsi que « Lumsden's Mill », alors hameaux. « Kipawa » cédera sa place à la dénomination originelle en 1921. L'actuelle entité municipale résulte de la fusion, en 1988, de Témiscaming et Letang, créée en 1980. Bien que l'on ait avancé que cette dénomination, prononcée [létan], se voulait un hommage aux frères Letang, Henri-E. et E.-A., respectivement ordonnés prêtres en 1908 et en 1915 et qui furent tous deux curés de Témiscaming, il convient de prendre en compte que deux documents cartographiques de J.-B.-L. Franquelin mentionnent ce nom dès 1688, « Portage de L'Estan », et en 1699, « Joachim de l'Estang », en aval des « Grandes Alumettes », sur l'Outaouais. Par ailleurs, l'épouse de Pierre de Troyes, mort en 1688, et mieux connu comme le chevalier de Troyes, se nommait Marie Petit de L'Estang. Celui-ci a effectué, en 1686, une expédition de nature militaire à la baie d'Hudson. De nos jours, les Témiscaminois identifient encore fréquemment leur ville comme Témiscaming-Sud, souvenir de l'époque où le hameau de South Temiscaming avait été créé comme pendant à North Temiscaming, localité établie à la tête du lac Témiscamingue.

Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1968-12-05

Spécifique Témiscaming

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Ville

Région administrative Abitibi-Témiscamingue

Municipalité régionale de comté (MRC) Témiscamingue

Municipalité Témiscaming (Ville)

Code géographique de la municipalité 85005

Longitude ouest     Latitude nord 79° 06' 00" 46° 43' 00"

Coordonnées décimales -79.1, 46.71667

Carte topographique 1/50 000 31L/11

Carte topographique 1/20 000 31L/11-0202

Ancien nom

  • Letang  (Municipalité)

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : octobre 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012