Retour aux résultats Version imprimable

Stanstead
La Commission de toponymie décline toute responsabilité quant à l'exactitude des fonds de carte (ex. : le tracé des frontières, qui n'est pas conforme à la position du gouvernement du Québec) et de la nomenclature qui y figure.

Origine et signification À quelques kilomètres au sud-ouest d'Ayer's Cliff, près du lac Memphrémagog en Estrie, on retrouve la municipalité du canton de Stanstead, à l'ouest de la rivière Tomifobia. Elle tire son appellation du canton à l'intérieur des limites duquel elle se situe. Proclamé en 1800, il évoquerait, par sa dénomination, l'un des trois villages d'Angleterre de ce nom. Certains ont avancé l'hypothèse de Stanstead Park l'un des villages anglais, alors que d'autres ont souligné la présence de granit à l'ouest du village qui aurait donné son nom à l'endroit, car Stanstead a pour sens place de pierre, de stan pour stone, pierre et -stead, place, endroit. Cependant, cette explication peut être sérieusement mise en doute, car lorsque l'on a placé le nom de Stanstead sur la carte (Carver, Gale et Duberger), on ignorait à peu près tout de la géographie des lieux. Ce motif d'attribution vaut sans doute plutôt pour les Stanstead de l'Albion! En 1796, un dénommé Johnson Taplin arrive du Vermont pour défricher un lot du Dixième Rang du canton de Stanstead, bientôt suivi de plusieurs familles du Vermont, du New Hampshire, du Connecticut et du Massachusetts. L'endroit, où un bureau de poste est ouvert en 1817, se peuple graduellement et devient un relais fréquenté par les diligences qui faisaient le trajet entre Portland, Boston, Montréal et Québec. D'ailleurs, il s'en est fallu de peu pour que Stanstead, établie comme municipalité en 1845, devienne un centre important en tant que point de ralliement entre Montréal et Boston. Cependant, les autorités responsables du service ferroviaire lui ont préféré Sherbrooke. Le premier journal des Cantons-de-l'Est, The British Colonist, imprimé dès 1823 à cet endroit, sera remplacé par le Stanstead Journal en 1845. En 1916, un fort incendie détruit l'église et plus de 52 maisons. Au cours des ans, le territoire original se verra amputé à plusieurs reprises avec la formation de Stanstead Plain, Stanstead-Est, Beebe et Rock Island. Jadis, on considérait Stanstead comme la Perle des Cantons-de-l'Est. Lieu de villégiature fréquenté, Stanstead compte nombre d'églises, de chapelles et d'établissements d'enseignement pour anglophones, dont le Stanstead College.

Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1968-12-05

Spécifique Stanstead

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité de canton

Région administrative Estrie

Municipalité régionale de comté (MRC) Memphrémagog

Municipalité Stanstead (Municipalité de canton)

Code géographique de la municipalité 45025

Longitude ouest     Latitude nord 72° 12' 00" 45° 07' 00"

Coordonnées décimales -72.2, 45.11666

Carte topographique 1/50 000 31H/01

Carte topographique 1/20 000 31H/01-0102

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : mars 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012