Retour aux résultats Version imprimable

Saint-Urbain

Origine et signification À l'entrée du parc national des Grands-Jardins et de la réserve faunique des Laurentides, à une quinzaine de kilomètres au nord de Baie-Saint-Paul, Saint-Urbain est la dernière municipalité de Charlevoix-Ouest. Considérée comme l'un des endroits les plus agrestes de la région charlevoisienne, cette localité pittoresque est blottie dans une vallée circonscrite par les impressionnants sommets des Laurentides qui l'encerclent et par une magnifique rivière à saumon, la rivière du Gouffre. L'année 1636 marque l'établissement de la seigneurie de la Côte-de-Beaupré, concédée à Antoine Cheffault de la Renardière et qui couvrait l'espace compris entre la rivière Montmorency et la rivière du Gouffre. En 1682, Pierre Dupré reçoit en concession la seigneurie de la Rivière-du-Gouffre, implantée sur la rive nord-est de la rivière du même nom. Saint-Urbain sera établie à la jonction de ces deux entités seigneuriales. Étant donné qu'il existe, en 1764, un excédent de population à Baie-Saint-Paul, le Séminaire de Québec incite les colons à s'établir sur les hauts plateaux environnants. Le toponyme Saint-Urbain est déjà mentionné par Joseph Bouchette sur sa carte topographique de 1815. Toutefois, la paroisse ne sera érigée canoniquement qu'en 1827 et civilement en 1835; cette paroisse, parfois identifiée comme Saint-Urbain-de-Beaupré. Détachée de Saint-Pierre-et-Saint-Paul (-de-la-Baie-Saint-Paul), la municipalité de paroisse reprend l'appellation Saint-Urbain et voit le jour en 1845. Par ce nom, on désirait ainsi rendre hommage à l'abbé Urbain Boiret (La Flèche, France, 1731 ‑ Québec, 1774). Il arrive à Québec en 1755. De 1755 à 1759, il remplit la fonction d'économe au Séminaire de Québec où il habite seul en 1759. Nommé supérieur du Séminaire en 1762, puis pour un second mandat en 1765, il présidera, en 1768, aux destinées du Petit Séminaire à titre de directeur, puis remplira la même fonction, en 1773, au Grand Séminaire. L'agriculture et le bois constituent au XIXe siècle les deux principaux moteurs de l'économie de Saint-Urbain. Toutefois, on avait fondé de grands espoirs sur les mines de fer titané découvertes sur le territoire et connues depuis le XVIIe siècle. Après un échec essuyé entre 1872 et 1874, on s'y intéresse à nouveau en 1906 jusqu'à la Première Guerre mondiale, puis on les exploite dans les années 1960 avec des résultats encourageants. Cependant, des problèmes, reliés notamment à la faible teneur du minerai, aux coûts de transport, aux ressources énergétiques locales insuffisantes pour procéder à la fusion, ont de tout temps empêché cette industrie prometteuse de véritablement prendre son envol. Le bureau de poste local portera l'appellation Saint-Urbain de 1872 à 1876 et celle de Saint-Urbain-de-Charlevoix à compter de 1876. L'important incendie de 1952 a surtout affecté le village et une partie de la paroisse. Saint-Urbain a longtemps profité de l'ancienne route, encore utilisée, et qui reliait Charlevoix au Saguenay. Dans le rang Saint-Jean-Baptiste, la ferme de Rose-Anna, personnage du téléroman Le Temps d'une paix, attire de nombreux touristes chaque été.

Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.
Joseph BOUCHETTE, Carte topographique de la province du Bas-Canada, 1815, Montréal, éditions Élysée, 1980.

Date d'officialisation 1968-12-05

Spécifique Saint-Urbain

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité de paroisse

Région administrative Capitale-Nationale

Municipalité régionale de comté (MRC) Charlevoix

Municipalité Saint-Urbain (Municipalité de paroisse)

Code géographique de la municipalité 16055

Latitude nord     Longitude ouest 47° 33' 00" 70° 32' 00"

Coordonnées décimales -70.53333      47.55

Carte topographique 1/50 000 21M/10

Carte topographique 1/20 000 21M/10-0102

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : novembre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012