Retour aux résultats Version imprimable

Saint-Roch-des-Aulnaies
Nécessite l'installation du plugiciel Google Earth

Origine et signification À 15 km au nord-est de Saint-Jean-Port-Joli et au nord-ouest de la municipalité de Sainte-Louise, on retrouve Saint-Roch-des-Aulnaies qui occupe l'extrémité nord de la MRC de L'Islet. C'est vers 1680 que le territoire s'ouvre à la colonisation avec l'établissement de quelques familles dans la seigneurie de la Grande-Anse ou de Saint-Roch-des-Aulnaies ou encore des Aulnets, concédée en 1656 à Nicolas Juchereau de Saint-Denis, né vers 1627, mort en 1692, par Jean de Lauson. Cette entité seigneuriale sera aussi identifiée sous les noms Grande-Pointe, Saint-Denis, Les Aulnes, Les Aulnets (1678), appellation qui s'implantera au cours du XIXe siècle. Celle-ci rappelle l'omniprésence d'aulnes ou aunes, arbres croissant dans les lieux humides et dont une plantation est identifiée comme une aulnaie. Le long de la rivière Ferrée qui traverse la localité et près du chemin qui desservait une bonne partie de la seigneurie de la Grande-Anse on retrouvait jadis beaucoup d'aulnes. La paroisse de Saint-Roch-des-Aulnets, érigée canoniquement et civilement en 1722, a été desservie à titre de mission entre 1734 et 1777. Charles Maugue Garreau ou Gareault de Saint-Onge y fut missionnaire-curé et y résida de 1750 à 1764. Sa dénomination, attestée pour la première fois en 1721, a été transmise à la municipalité créée en 1845, abolie en 1847 et rétablie en 1855. La forme Aulnets, orthographiée Aulnaies pour l'appellation du bureau de poste ouvert en 1827, a été modifiée dans l'usage écrit. Par ailleurs, sur des cartes de Joseph Bouchette de 1815 et 1831 on peut relever la graphie St. Roch des Annais. Plusieurs explications ont été avancées pour justifier le choix de saint Roch comme protecteur de la population aulnoise. Suivant l'ouvrage Les Aulnaies 1656-1981, le fils du seigneur Nicolas Juchereau (1629-1692), Charles, né en 1655 et mort en 1703, aurait voulu honorer sa grand-mère, Marie Langlois, née en France dans le manoir de son père, seigneur de Saint-Roch et de La Potherie. Selon d'autres, le nom paroissial évoque Saint-Roch de Montpellier, dans le sud de la France; or, Montpellier a vu naître saint Roch (vers 1300-1350). Enfin, à 5 km à l'est de l'église, sur le rocher de la pointe Rouge, on pouvait observer les traces de pas humains et de pistes de chien laissées, suivant la légende, par saint Roch et son fidèle compagnon, d'après le travail inédit de Lucien Castonguay. L'endroit compte un magnifique manoir que Pascal-Amable Dionne a fait construire entre 1850 et 1853 d'après les plans de l'architecte Charles Baillairgé.

Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.
Léon ROY. Les terres de la Grande-Anse des Aulnaies et du Port-Joly, Lévis, s. n., 1951, p. 18.

Date d'officialisation 1968-12-05

Spécifique Saint-Roch-des-Aulnaies

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité de paroisse

Région administrative Chaudière-Appalaches

Municipalité régionale de comté (MRC) L'Islet

Municipalité Saint-Roch-des-Aulnaies (Municipalité de paroisse)

Code géographique de la municipalité 17065

Longitude ouest     Latitude nord 70° 11' 00" 47° 19' 00"

Coordonnées décimales -70.18333, 47.31667

Carte topographique 1/50 000 21M/08

Carte topographique 1/20 000 21M/08-0102

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : octobre 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012