Retour aux résultats Version imprimable

Saint-Pierre-de-Broughton

Origine et signification Située au nord de Pontbriand et de Robertsonville, dans l'extrémité nord de la MRC des Appalaches, Saint-Pierre-de-Broughton couvre une superficie de près de 150 km² et présente une topographie accidentée à une altitude moyenne de 338 m. Les rivières Palmer et Whetstone, de même que le ruisseau de la Source irriguent les terres locales. À sa fondation en 1825, Saint-Pierre-de-Broughton comprenait des parties de trois cantons : Broughton, Leeds et Thetford. Le premier colon, établi en 1825 dans le Quatorzième Rang de Leeds, fut William Moore, un protestant qui abjure vers 1840 et meurt catholique. Peu de temps après, Isaac Thompson s'installe dans le Douzième Rang de Leeds. En 1829, une vingtaine de colons s'établissent toujours dans Leeds, suivis deux ans plus tard d'une dizaine d'autres pionniers. Le premier colon francophone est Édouard Rousseau qui épouse, en 1841, la fille aînée de William Moore, Elizabeth, et s'installe dans Leeds, essentiellement peuplé par des anglophones, en majorité protestants. La première vague de colons francophones s'implantent dans l'ouest du canton de Broughton à partir de 1845. Ils ont noms Fortier, Perron, Giguère, etc. et contribuent à faire de Broughton un espace majoritairement francophone. Entre 1852 et 1860 de nombreux pionniers s'installent, ayant pour prénom Pierre (Boivin, Vallières, Richard, Therrien, Bolduc, Leblond, Lassonde, Routhier, Lessard, Landry...); l'un d'entre eux a pu inspirer le choix de l'hagionyme Saint-Pierre. Fondée en 1855, la paroisse de Saint-Pierre-de-Broughton fera l'objet d'une érection tant canonique que civile en 1872. Sa dénomination sera transférée à la municipalité créée en 1878, laquelle fusionnera, en 1974, à la municipalité du canton de Leeds-Partie-Est, établie en 1882, pour former l'actuelle municipalité de Saint-Pierre-de-Broughton. Cette dénomination sera également étendue au bureau de poste à compter de 1959. Auparavant, celui-ci répondait à l'appellation de West Broughton depuis 1860 – pour le distinguer de East Broughton –, également appliquée à la municipalité au XIXe siècle en alternance avec son équivalent français Broughton-Ouest. La situation de cette entité dans la partie ouest du canton de Broughton, proclamé en 1800, explique cette désignation. Broughton identifierait une localité de l'Angleterre, dans le Lancashire, suivant Pierre-Georges Roy. Mais il existe plusieurs autres Broughton en Albion. Un phénomène similaire justifie l'appellation de Leeds-Partie-Est, située dans une entité cantonale proclamée en 1802 et qui évoque probablement l'importante ville anglaise de Leeds, située dans l'ouest du Yorkshire. Or, dans la région, Broughton se dit de East Broughton et de Sacré-Cœur-de-Jésus, alors que Leeds se dit du canton proprement dit, du village de Leeds, de Leeds-Station, de Saint-Jacques-de-Leeds... La population locale s'identifiant davantage au constituant Saint-Pierre plutôt qu'à celui de Broughton, le gentilé Saint-Pierrais consacre ce sentiment d'appartenance depuis près de 50 ans. L'économie locale repose sur l'agriculture, l'industrie laitière, l'acériculture et l'exploitation forestière.

Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1968-12-05

Spécifique Saint-Pierre-de-Broughton

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Chaudière-Appalaches

Municipalité régionale de comté (MRC) Les Appalaches

Municipalité Saint-Pierre-de-Broughton (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 31135

Latitude nord     Longitude ouest 46° 15' 00" 71° 12' 00"

Coordonnées décimales -71.2      46.25

Carte topographique 1/50 000 21L/03

Carte topographique 1/20 000 21L/03-0102

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : octobre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012