Retour aux résultats Version imprimable

Saint-Maxime-du-Mont-Louis
La Commission de toponymie décline toute responsabilité quant à l'exactitude des fonds de carte (ex. : le tracé des frontières, qui n'est pas conforme à la position du gouvernement du Québec) et de la nomenclature qui y figure.

Origine et signification Implantée au nord des monts Chic-Chocs, sur la rive sud du Saint-Laurent, Saint-Maxime-du-Mont-Louis ou Mont-Louis, suivant la dénomination courante abrégée que porte le bureau de poste depuis 1853, occupe le pourtour d'une vaste baie, à l'embouchure de la rivière de Mont-Louis. Quelques résidences mises à part, sur les hauteurs, à l'ouest, la majeure partie des habitations se concentrent sur le haut de la plage à l'est de la rivière de Mont-Louis. Inséré entre Mont-Saint-Pierre et Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine dans la MRC de La Haute-Gaspésie, le territoire est sillonné de nombreux ruisseaux et rivières, en plus de compter maints lacs. Au XVIIIe siècle, cet endroit constituait un important poste de pêche à la morue que Denis Riverin considérait comme « l'endroit le meilleur du fleuve Saint-Laurent pour faire la pesche à la morue ». Habité par douze familles en 1697 et par 53 en 1699, le poste sera abandonné en 1702. Par la suite, les entreprises de pêche s'établiront sur l'extrémité du « barachois de Mont-Louis », étendue de terre comprise entre la rivière et la baie, à l'est de l'embouchure de la rivière de Mont-Louis. En 1758, les soldats de Wolfe pilleront et brûleront le poste de pêche. Avant sa fondation en 1867, la paroisse de Saint-Maxime-du-Mont-Louis, qui comptait quelque 200 habitants en 1863, suivant Stanislas Drapeau, était incluse dans celle assez vaste de Sainte-Anne-des-Monts. Érigée canoniquement en 1875, elle transmettra son appellation à la municipalité officiellement établie en 1884. Elle tirerait sa dénomination, selon Hormisdas Magnan, du prénom de l'abbé Maxime Tardif (1821-1850), secrétaire de monseigneur Pierre-Flavien Turgeon lors de la fondation de la paroisse, ainsi que du nom de la seigneurie de Mont-Louis, concédée à Nicolas Bourlet, banquier et marchand de Paris, avant 1702. Attribuée à la rivière qui coule vers le Saint-Laurent dans une vallée resserrée, cette appellation évoque le grand roi Louis XIV (1638-1715), souverain régnant (1643-1715) lorsque la première concession de terre a été effectuée. Dans les textes anciens figure la forme Saint-Maxime-des-Monts-Louis. Il est de plus intéressant de noter que trois communes de France portent le nom de Mont-Louis dans le Cher, l'Indre-et-Loire et les Pyrénées-Orientales.

Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1968-12-05

Spécifique Saint-Maxime-du-Mont-Louis

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine

Municipalité régionale de comté (MRC) La Haute-Gaspésie

Municipalité Saint-Maxime-du-Mont-Louis (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 04010

Longitude ouest     Latitude nord 65° 44' 00" 49° 14' 00"

Coordonnées décimales -65.73333, 49.23333

Carte topographique 1/50 000 22H/04

Carte topographique 1/20 000 22H/04-0202

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : mars 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012