Retour aux résultats Version imprimable

Rivière Saint-François
Alsigôntekw (Rivière)  - Variante traditionnelle autochtone

Origine et signification Principal cours d'eau de l'Estrie, la rivière Saint-François arrose aussi la région des Bois-Francs, sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent, dans lequel elle se jette à la hauteur du lac Saint-Pierre. Elle coule sur près de 200 km depuis le lac Saint-François, une grande nappe d'eau située à 140 km à l'est de son embouchure, dans la MRC des Appalaches. Jusqu'à Sherbrooke, son cours est nord-est – sud-ouest, conforme à la structure appalachienne; de là, il s'oriente sud-est – nord-ouest, en suivant la pente et à travers la plaine du Saint-Laurent.Souvent désignés sous la forme anglaise St. Francis (Saint Francis) au XIXe et au début du XXe siècle, le lac et la rivière tirent leur nom de François de Lauson, en faveur de qui la Compagnie des Cent-Associés avait accordé, dès 1635, à son père Jean, la seigneurie de La Citière, bornée par ce cours d'eau, comme le mentionne un acte signé de la main du gouverneur de Montmagny en 1638. Selon Maurice O'Bready, la rivière fut d'abord nommée Saint-Antoine en 1632 par les Jésuites. Le Bulletin des Recherches historiques de 1903, puisant son information dans le Registre des Expéditions concernant les Indes Orientales et la Nouvelle-France, 1674, mentionne que ce furent les « Jésuites qui, en 1632, donnèrent le nom de Saint-François à la rivière qu'ils devaient remonter pour se rendre dans cette partie du pays. Par cet acte de religion et de piété, ils mettaient sous la protection de l'apôtre des Indes tout le territoire baigné par les eaux sanctifiées de cette belle rivière ». Pour sa part, Jean de Lauson retient le nom «Rivière Saint-François des Prés» dans la concession de la seigneurie de Saint-François en 1662 à Pierre Boucher de Grosbois. Pour contrer les invasions iroquoises et anglaises, le gouverneur Frontenac fait installer, près de la rivière, en 1682, quelques centaines de familles abénaquises, venues de Nouvelle-Angleterre. Depuis la mission de Saint-François créée peu après, les Abénaquis voyagent fréquemment par la rivière pour leurs activités de chasse et de pêche, construisant des cabanes sur les berges qui ont ensuite longtemps servi de relais. Ils ont dénommé ce cours d'eau Alsigôntekw ou Arsikansegou qui, selon les auteurs, se traduisent dans le premier cas par rivière aux herbes traînantes ou rivière aux coquilles et, dans le second, par rivière où il n'y a plus personne; cette dernière interprétation fait allusion à la période 1690-1693, qui a vu la dispersion des Abénaquis, qui ne sont revenus à cet endroit qu'après 1697. La carte de Guillaume Delisle de 1703 porte le nom «R. S. François». De nombreux colons s'étaient installés dans la seigneurie en bordure du Saint-Laurent. Au début du XIXe siècle, la partie supérieure de la vallée du Saint-François a été ouverte à la colonisation et à l'exploitation forestière, ce qui a graduellement fait fuir le gibier et les Abénaquis qui perdaient ainsi leur source de subsistance.Les nombreuses chutes de la rivière ont favorisé le développement industriel de la région. Des villes telles que East Angus, Lennoxville, Sherbrooke, Windsor, Richmond et Drummondville ont ainsi pris un essor qui se poursuit de nos jours. Long de plus de 25 km et d'une largeur moyenne de 2,5 km, le lac Saint-François est situé à 15 km au sud de Thetford Mines. Près de la moitié de ses rives font partie du parc de récréation de Frontenac. Pour l'essentiel, les berges sont affectées à des activités de villégiature et de loisirs, et ce depuis plusieurs décennies.Un barrage érigé à sa décharge en 1918 régularise ses eaux qui se déversent vers le lac Aylmer. Les Abénaquis désignent le lac Saint-François sous le nom de Ônkobagak, qui se traduit par au lac relié.

Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1968-12-05

Spécifique Saint-François

Générique (avec ou sans particules de liaison) Rivière

Type d'entité Rivière

Région administrative Centre-du-Québec

Municipalité régionale de comté (MRC) Nicolet-Yamaska

Municipalité Pierreville (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 50113

Latitude nord     Longitude ouest 46° 07' 09" 72° 55' 30"

Coordonnées décimales -72.925      46.11917

Carte topographique 1/50 000 31I/02

Carte topographique 1/20 000 31I/02-0101

Variante traditionnelle autochtone

  • Alsigôntekw (Rivière)

    Alsigôntekw est le nom que les Abénaquis utilisent pour parler de la rivière Saint-François. Il signifie « la rivière au camp vide », ou « la rivière aux coquillages ».

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : novembre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012