Retour aux résultats Version imprimable

Saint-Eustache
La Commission de toponymie décline toute responsabilité quant à l'exactitude des fonds de carte (ex. : le tracé des frontières, qui n'est pas conforme à la position du gouvernement du Québec) et de la nomenclature qui y figure.

Origine et signification Le plus vaste territoire de la MRC de Deux-Montagnes a été implanté à 20 km de Montréal, sur le bord de la rivière des Mille Îles, au nord de Deux-Montagnes, dans la région administrative des Laurentides. L'endroit occupe l'extrémité nord-est du lac des Deux Montagnes, à l'embouchure de la rivière du Chêne. L'histoire eustachoise débute véritablement au XVIIIe siècle avec la fondation de la paroisse de Saint-Eustache en 1768, dont l'érection canonique ne surviendra toutefois qu'en 1825. L'appellation de la paroisse, après avoir été retenue pour identifier le bureau de poste local créé en 1819, servira, en 1845 et en 1855, à désigner la municipalité de paroisse. La ville de Saint-Eustache, telle qu'elle existe présentement, résulte de la fusion, en 1972, de la municipalité du village de Saint-Eustache (1848), devenue ville en 1948, et de la municipalité de la paroisse qui avait annexé la municipalité de Saint-Eustache-sur-le-Lac établie en 1912. La dénomination municipale honore le souvenir du seigneur Eustache Lambert Dumont, à qui on a concédé, en 1749, l'augmentation de la seigneurie des Mille-Îles qui constitue les premiers arpents de la mission implantée au confluent des rivières du Chêne et des Mille Îles. Ce personnage, capitaine réformé d'une compagnie des troupes du détachement de la Marine, s'installe en ces lieux vers 1755 et fait construire le premier moulin à farine en 1762. Toutefois, c'est son fils, Eustache-Louis, seigneur de 1760 à 1807, qui colonisera vraiment le fief de la Rivière-du-Chêne et qui peut être considéré comme le véritable fondateur de Saint-Eustache. Les Eustachois conservent précieusement dans leur mémoire l'un des épisodes les plus douloureux de la Rébellion de 1837, alors que le général John Colborne, surnommé le Vieux-Brûlot, à la tête de 1 200 soldats anglais écrase, à Saint-Eustache, le 14 décembre 1837, 200 Patriotes. L'un des chefs patriotes, le docteur Jean-Olivier Chénier (1806-1837) trouve la mort avec 70 compagnons au cours de cet affrontement. Cet événement a suscité le blason de Patriotes attribué aux citoyens de cette ville largement industrielle et résidentielle. On y retrouve le siège de la MRC de Deux-Montagnes et une usine reliée à la fabrication d'automobiles.

Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1968-12-05

Spécifique Saint-Eustache

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Ville

Région administrative Laurentides

Municipalité régionale de comté (MRC) Deux-Montagnes

Municipalité Saint-Eustache (Ville)

Code géographique de la municipalité 72005

Longitude ouest     Latitude nord 73° 54' 00" 45° 34' 00"

Coordonnées décimales -73.9, 45.56667

Carte topographique 1/50 000 31H/12

Carte topographique 1/20 000 31H/12-0101

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : mars 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012