Retour aux résultats Version imprimable

N’est plus le nom officiel de ce lieu. Celui-ci s’appelle maintenant Sainte-Ursule  - Nom officiel

Origine et signification Au nord-ouest de Louiseville, en Mauricie, et à 11 km du lac Saint-Pierre, au centre de l’ancien comté de Maskinongé, on retrouve la municipalité de Sainte-Ursule. Ce territoire irrégulier est arrosé par la Petite rivière du Loup, au centre, et la rivière Maskinongé, à l’ouest, au sud de Sainte-Angèle-de-Prémont. Vers 1840, les pionniers ursulois s’installent sur la rive est de la Petite rivière du Loup et sur le bord du ruisseau des Bélanger qui se jette dans celle-ci juste à la hauteur de l’actuelle localité. L'année 1836 marque l’érection de la paroisse de Sainte-Ursule, détachée de Saint-Antoine-de-la-Rivière-du-Loup et de Saint-Joseph-de-Maskinongé. Érigée civilement en 1840, celle-ci transmettra sa dénomination d’abord à la municipalité de paroisse établie en 1845, abolie deux ans plus tard et rétablie en 1855, puis au bureau de poste ouvert en 1851. Le nom municipal évoque une sainte, peut-être princesse bretonne, dont la vie demeure légendaire et qui aurait été martyrisée sous l’empereur Maxime à Cologne vers 383 avec 11 vierges (nombre que la légende a transformé en 11 000), parce que, fille d’un roi en Grande-Bretagne, elle aurait refusé d’épouser le roi des Huns. On estime cependant généralement, avec raison, qu’il faut y voir la dénomination des Ursulines de Trois-Rivières. Cette congrégation, fondée au XVIe siècle par Angèle Merici, était propriétaire de la seigneurie de la Rivière-du-Loup depuis 1723. Or, le territoire de Sainte-Ursule relevait jadis de cette seigneurie. Les Ursulines possédaient notamment un moulin dans les environs, le moulin de la Carrière, construit vers 1672, qui a joué un rôle fondamental dans le développement économique local. À environ 16 km de sa source, la rivière Maskinongé voit son parcours modifié par une rupture de pente qui forme une série de sept chutes, identifiées comme les chutes de Sainte-Ursule. Voir : Crête-de-Coq, Ruisseau.


Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date de désofficialisation 2018-06-04

Spécifique Sainte-Ursule

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité de paroisse

Région administrative Mauricie

Municipalité régionale de comté (MRC) Maskinongé

Municipalité Sainte-Ursule (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 51040

Ancien nom

  • Sainte-Ursule  (Municipalité de paroisse)

    Au nord-ouest de Louiseville, en Mauricie, et à 11 km du lac Saint-Pierre, au centre de l’ancien comté de Maskinongé, on retrouve la municipalité de Sainte-Ursule. Ce territoire irrégulier est arrosé par la Petite rivière du Loup, au centre, et la rivière Maskinongé, à l’ouest, au sud de Sainte-Angèle-de-Prémont. Vers 1840, les pionniers ursulois s’installent sur la rive est de la Petite rivière du Loup et sur le bord du ruisseau des Bélanger qui se jette dans celle-ci juste à la hauteur de l’actuelle localité. L'année 1836 marque l’érection de la paroisse de Sainte-Ursule, détachée de Saint-Antoine-de-la-Rivière-du-Loup et de Saint-Joseph-de-Maskinongé. Érigée civilement en 1840, celle-ci transmettra sa dénomination d’abord à la municipalité de paroisse établie en 1845, abolie deux ans plus tard et rétablie en 1855, puis au bureau de poste ouvert en 1851. Le nom municipal évoque une sainte, peut-être princesse bretonne, dont la vie demeure légendaire et qui aurait été martyrisée sous l’empereur Maxime à Cologne vers 383 avec 11 vierges (nombre que la légende a transformé en 11 000), parce que, fille d’un roi en Grande-Bretagne, elle aurait refusé d’épouser le roi des Huns. On estime cependant généralement, avec raison, qu’il faut y voir la dénomination des Ursulines de Trois-Rivières. Cette congrégation, fondée au XVIe siècle par Angèle Merici, était propriétaire de la seigneurie de la Rivière-du-Loup depuis 1723. Or, le territoire de Sainte-Ursule relevait jadis de cette seigneurie. Les Ursulines possédaient notamment un moulin dans les environs, le moulin de la Carrière, construit vers 1672, qui a joué un rôle fondamental dans le développement économique local. À environ 16 km de sa source, la rivière Maskinongé voit son parcours modifié par une rupture de pente qui forme une série de sept chutes, identifiées comme les chutes de Sainte-Ursule. Voir : Crête-de-Coq, Ruisseau.


Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : octobre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012