Retour aux résultats Version imprimable

Saint-Étienne-des-Grès

Origine et signification Cette municipalité de la région trifluvienne, bornée à l'est par le Saint-Maurice et traversée par la rivière Machiche, se situe immédiatement au nord-ouest de Trois-Rivières. Son histoire débute avec la formation, en 1847, du village des Grès, près de la chute du même nom, même si le premier habitant s'installe en ces lieux dès 1771. Les pionniers sont originaires de Sainte-Anne-d'Yamachiche, Rivière-du-Loup (Louiseville), Maskinongé et Saint-Barnabé. Les membres des familles de cet endroit jadis désigné comme le poste des Grès œuvraient dans la scierie de George Baptist (1808-1875), industriel écossais important de l'époque. Avec la fermeture de la scierie en 1883, les lieux furent abandonnés graduellement, puis recouverts d'eau lors de la construction du barrage La Gabelle en 1926. En 1859, une paroisse, située dans le fief Saint-Maurice, était détachée de Notre-Dame-des-Trois-Rivières et érigée canoniquement sous le nom de Saint-Étienne. Quelques mois après, lors de la création de la municipalité de paroisse, on a repris cette appellation en lui adjoignant, comme le bureau de poste créé en 1856, le spécificatif -des-Grès. L'appellation religieuse évoque la concession de la seigneurie Saint-Étienne à Étienne de La Fond par le gouverneur de Lauson, en 1655. Ce fief sera reconcédé en 1684 à la veuve de ce dernier, Marie Boucher. Cette dernière, qui avait épousé La Fond en 1645, était la sœur de Pierre Boucher, qui fut gouverneur de Trois-Rivières. Réunie au Domaine en 1737, cette seigneurie est incorporée à celle de Saint-Maurice quelques mois plus tard. Peut-être le prénom du premier seigneur, dont le patron était le diacre Étienne (mort vers l'an 37), premier martyr du christianisme, a-t-il influencé le choix dénominatif des autorités de l'époque ou encore celui de François-Étienne Cugnet (1688-1751), actionnaire de la compagnie des Forges du Saint-Maurice en 1736. Quant à l'élément Grès, il rappelle que les terrains de cet endroit sont constitués de grès, roche sédimentaire détritique datant de l'ordovicien. Il s'agit en réalité de sable transporté par l'eau puis consolidé en une matière de couleur rouge, verte, grise et surtout brune. Le grès se présente en bancs ou en couches épaisses et ceux de la région sont généralement recouverts de moraines, mais on note d'assez nombreux affleurements. Le grès n'est friable que s'il est exposé à l'air et mal cimenté par la dolomie, car autrement, il s'agit d'une roche très résistante. Déjà, dans les Relations des Jésuites de 1659, on signale un endroit appelé Les Grais sur le Saint-Maurice. La municipalité de la paroisse de Saint-Étienne-des-Grès appartient à la MRC de Maskinongé; auparavant, elle était rattachée à la MRC de Francheville qui a cessé d'exister, le 31 décembre 2001, à la suite de la création de la nouvelle ville de Trois-Rivières.

Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1968-12-05

Spécifique Saint-Étienne-des-Grès

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité de paroisse

Région administrative Mauricie

Municipalité régionale de comté (MRC) Maskinongé

Municipalité Saint-Étienne-des-Grès (Municipalité de paroisse)

Code géographique de la municipalité 51090

Latitude nord     Longitude ouest 46° 26' 00" 72° 46' 00"

Coordonnées décimales -72.76666      46.43333

Carte topographique 1/50 000 31I/07

Carte topographique 1/20 000 31I/07-0201

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : novembre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012