Retour aux résultats Version imprimable

Sainte-Sophie
La Commission de toponymie décline toute responsabilité quant à l'exactitude des fonds de carte (ex. : le tracé des frontières, qui n'est pas conforme à la position du gouvernement du Québec) et de la nomenclature qui y figure.

Origine et signification La nouvelle municipalité de Sainte-Sophie a été créée le 3 mai 2000. Elle est issue du regroupement de la municipalité de Sainte-Sophie et de la municipalité du village de New Glasgow. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité de Sainte-Sophie; nous vous invitons à consulter aussi la rubrique de l'ancienne municipalité du village de New Glasgow. Circonscrivant de toutes parts la municipalité de New Glasgow, dans les Laurentides, la municipalité de Sainte-Sophie prend place à 16 km au nord-est de Saint-Jérôme, dans les premiers contreforts des Laurentides, au nord de Sainte-Anne-des-Plaines. Le nom actuel de la municipalité est tiré de celui de la paroisse érigée tant canoniquement que civilement en 1862. Cependant, l'endroit a d'abord été créé comme municipalité de Lacorne en 1845 « comprenant l'augmentation de la seigneurie de Terrebonne communément appelée Lacorne » (Gazette du Canada). Abolie en 1847, elle était rétablie en 1855 comme municipalité de la paroisse de Lacorne, « comprenant l'étendue de terre communément appelée paroisse de Sainte-Sophie ». Ainsi, la désignation avait commencé à glisser de « Lacorne » à « Sainte-Sophie ». Elle recevra son nom et son statut actuels en 1957. Le bureau de poste local réconcilie ces deux appellations, puisque, en 1860, il était identifié comme « Sainte-Sophie-de-Lacorne », avant de prendre sa dénomination présente, en 1960. D'ailleurs, pendant longtemps, l'endroit n'était connu que comme « Sainte-Sophie-de-Lacorne ». « Sainte-Sophie » rappelle le souvenir de Marie-Geneviève-Sophie Raymond, bienfaitrice insigne de la paroisse naissante et épouse (1818) du millionnaire Joseph Masson (1791-1847), conseiller législatif de 1834 à 1838. L'ancienne dénomination « Lacorne » se justifie par le fait que le territoire concerné occupe la partie haute d'un espace constitué de la seconde augmentation de la seigneurie de Terrebonne, accordée à Louis Lacorne le 12 avril 1753. La première augmentation portait le nom « Belle-Plaine ». De nombreux immigrants se sont établis à Sainte-Sophie, au début du siècle et, aujourd'hui, l'endroit demeure assez cosmopolite puisqu'on y compte au moins dix-sept nationalités différentes. La vocation agricole passée de cette municipalité était cristallisée par la tenue, en mai, d'un Festival des œufs qui n'a plus cours. De nos jours, l'endroit se caractérise plutôt par une vocation semi-urbaine. En outre, les Sophiens comptent sur la venue de nombreux villégiateurs pour assurer la prospérité à leur municipalité.

Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 2000-05-18

Spécifique Sainte-Sophie

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Laurentides

Municipalité régionale de comté (MRC) La Rivière-du-Nord

Municipalité Sainte-Sophie (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 75028

Longitude ouest     Latitude nord 73° 54' 00" 45° 49' 00"

Coordonnées décimales -73.9, 45.81667

Carte topographique 1/50 000 31H/13

Carte topographique 1/20 000 31H/13-0101

Ancien nom

  • New Glasgow  (Municipalité de village)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 3 mai 2000. En effet, à cette date, la municipalité du village de New Glasgow et la municipalité de Sainte-Sophie se regroupaient pour constituer la nouvelle municipalité de Sainte-Sophie. L'appellation « New Glasgow » a toutefois été préservée et elle identifie maintenant un village correspondant au noyau habité de l'ancienne municipalité du même nom. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité du village de New Glasgow. En 1864, la municipalité de Sainte-Sophie, située dans la région administrative des Laurentides, près de Saint-Antoine, se voyait amputée d'une petite partie de son territoire pour donner naissance à la municipalité du village de New Glasgow, qui y forme une enclave de 0,33 km². À l'époque, il s'agissait d'un hameau entourant la station du chemin de fer. D'ailleurs, vers 1820, New Glasgow et New Paisley, dont les noms ont été créés à partir de deux villes importantes de l'Écosse, désignaient des concessions, bien avant l'arrivée du chemin de fer dans la région. Elles se trouvaient à l'intérieur du fief Lacorne, soit la deuxième augmentation de la seigneurie de Terrebonne (1753). Le chemin de fer a toutefois contribué à l'autonomie municipale de New Glasgow dont la population a déjà été plus importante. L'endroit donne sur la rivière de l'Achigan, au nord-est de Saint-Jérôme dont il fait partie de l'ensemble urbain, tout comme Sainte-Sophie. La dénomination, qui transpose en terre québécoise une « nouvelle » Glasgow, aurait été attribuée vers 1820 par un dénommé Lloyd, agent de la seigneurie de Terrebonne, qui a incité plusieurs pionniers à s'établir à cet endroit. Ces gens, en majorité originaires de l'Écosse, ont vu avec satisfaction le nom de la plus grande ville de leur pays, troisième de toute la Grande-Bretagne, identifier leur nouvelle patrie. À ce noyau de premiers New-Glasgois s'est bientôt joint un contingent formé surtout de gens de Terrebonne. Sur le plan religieux, ils étaient desservis par la paroisse de Sainte-Sophie fondée en 1851. Considérée comme l'une des plus petites municipalités de village du Québec du point de vue de la superficie, New Glasgow respire le calme et la tranquillité.

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : mars 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012