Retour aux résultats Version imprimable

Sainte-Marguerite
La Commission de toponymie décline toute responsabilité quant à l'exactitude des fonds de carte (ex. : le tracé des frontières, qui n'est pas conforme à la position du gouvernement du Québec) et de la nomenclature qui y figure.

Origine et signification Le 1er juillet 1845, la municipalité de la paroisse de Sainte-Marguerite-de-Joliette était créée, mais cessait d'exister en 1847 pour devenir partie d'une municipalité de comté. Le 1er juillet 1855 marque l'érection de la municipalité de la paroisse de Sainte-Marguerite, située dans la région de la Beauce, au nord de Sainte-Marie, et à 45 km de Québec entre Sainte-Hénédine et Saint-Édouard-de-Frampton, dans la MRC de La Nouvelle-Beauce. Le territoire est parcouru par les rivières Chassé, Desbarats et par le Bras. La municipalité reprenait le nom de la paroisse érigée canoniquement en 1831 et civilement en 1837 dont le territoire avait été formé à même ceux des paroisses de Sainte-Claire-de-Joliette et de Sainte-Marie. Le bureau de poste local, ouvert en 1852, a porté également, jusqu'en 1886, le nom Sainte-Marguerite et par la suite on a ajouté de-Dorchester, nom du comté d'alors, dont il faisait partie. Les pionniers de l'endroit provenaient pour la plupart de Beaumont et sont arrivés en ces lieux en 1820. Avant 1840, on y retrouvait également quelques familles irlandaises. La dénomination municipale honore la mémoire de Marguerite Marcoux, veuve de Lazare Buteau, ancien major de milice de Saint-Gervais en 1830, celle-ci ayant fait don du terrain au profit de la fabrique. La cession gratuite du terrain se fit devant le notaire Louis Ruel, de Sainte-Claire, le 17 novembre 1830 et l'acte précise que la nouvelle paroisse sera pour cette raison mise «sous le nom et invocation de Sainte-Marguerite». Or, cet espace était situé à peu de distance de la seigneurie Jolliet, propriété de Jean-Thomas Taschereau (1814-1893), juge de la Cour du banc de la reine (1873), laquelle avait été officiellement concédée en 1697 à Louis Jolliet (1645-1700), hydrographe du roi et explorateur célèbre. La graphie Joliette retenue pour la municipalité d'origine témoigne de la prononciation [joliète] du patronyme de l'explorateur de la région des Grands Lacs. Les industries laitière et porcine constituent le gagne-pain des gens de Sainte-Marguerite de même que l'élevage de la volaille complétés par l'exploitation de l'érable.

Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1968-12-05

Spécifique Sainte-Marguerite

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité de paroisse

Région administrative Chaudière-Appalaches

Municipalité régionale de comté (MRC) La Nouvelle-Beauce

Municipalité Sainte-Marguerite (Municipalité de paroisse)

Code géographique de la municipalité 26035

Longitude ouest     Latitude nord 70° 56' 00" 46° 31' 00"

Coordonnées décimales -70.93333, 46.51667

Carte topographique 1/50 000 21L/10

Carte topographique 1/20 000 21L/10-0101

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : mars 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012