Retour aux résultats Version imprimable

Sainte-Germaine-Boulé

Origine et signification À l'instar de nombreuses paroisses de l'Abitibi, c'est vers 1932-1933 que les premiers colons, venus des comtés de Dorchester, Beauce et Montmagny, investiront un territoire situé à une trentaine de kilomètres au sud de La Sarre, dans la partie sud du canton de Palmarolle, au nord-est de Duparquet. Dès 1935, une mission sera desservie par un prêtre, mais il faudra attendre jusqu'en 1952 pour que celle-ci accède au rang de paroisse officielle. En 1954, la municipalité de Sainte-Germaine-de-Palmarolle est érigée, laquelle prendra, après quelques mois seulement, le nom de Sainte-Germaine-Boulé et acquerra le statut de municipalité.

Le constituant hagionymique Sainte-Germaine, qui identifie d’abord la mission, rappelle que les premiers pionniers venaient en majorité de Sainte-Germaine-de-Dorchester, comme on identifiait à l'époque, Sainte-Germaine-du-Lac-Etchemin. Ces derniers avaient mis leur paroisse sous le patronage de sainte Germaine Cousin (1579-1601). En ce qui concerne l’origine du constituant anthroponymique Boulé – orthographié fautivement –, nom donné au bureau de poste en 1936, deux hypothèses sont proposées. La première suggère que le nom Boulé (écrit avec un seul L) rappelle le souvenir de l'épouse de Samuel de Champlain, Hélène Boullé (1598-1654), arrivée au Canada en 1620 et repartie en France quatre ans plus tard, sans avoir marqué l’histoire de la colonie. La deuxième hypothèse – laquelle à la préférence de la Commission de toponymie – suggère que l’on évoque la mémoire de Mgr Auguste Boulet (1868-1959), président de la société diocésaine de Québec et considéré comme le père de la colonisation. Notons que ce dernier, qui a marqué considérablement le développement de l’Abitibi, a été baptisé Boulé et c’est sous cette forme que son nom apparaît notamment dans le recensement du Canada en 1871 ainsi que dans certaines lettres qui lui étaient adressées. Quant au canton de Palmarolle, il porte le nom d'un officier du régiment de la Sarre, mort à Québec, en 1760.

Les principales activités économiques de Sainte-Germaine-Boulé sont issues de l’agriculture, des forêts, des mines et du transport. Les rivières Poularies et Dagenais arrosent des terres passablement fertiles. Construit en 1983 et devenu emblématique, un gigantesque rouet rend hommage aux pionnières et fait la renommée de la place et la fierté des Germainiens et Germainiennes.


Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

BÉGIN, Richard. Sainte-Germaine-Boulé, Relevé et étude toponymique, Sainte-Germaine-Boulé, 2019.


Date d'officialisation 1968-12-05

Spécifique Sainte-Germaine-Boulé

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Abitibi-Témiscamingue

Municipalité régionale de comté (MRC) Abitibi-Ouest

Municipalité Sainte-Germaine-Boulé (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 87030

Latitude nord     Longitude ouest 48° 36' 00" 79° 07' 00"

Coordonnées décimales -79.11667      48.6

Carte topographique 1/50 000 32D/11

Carte topographique 1/20 000 32D/11-0102

Nouvelle recherche