Retour aux résultats Version imprimable

Lac Sacacomie
Sagakhimen (Lac)  - Variante traditionnelle autochtone

Origine et signification Compris dans la municipalité de Saint-Alexis-des-Monts et situé à 35 km à l'ouest de Shawinigan, ce lac, qui découpe des anses profondes, se décharge au sud-est dans la rivière du Loup par un mince filet d'eau portant le même nom que le lac. Outre la Grosse Île reposant au milieu de la nappe d'eau, trois autres petites terres de moindre importance émergent, soit l'île de Terre, l'île Pauvre ainsi que l'île aux Pins qui constitue plutôt un îlot.

Le toponyme se présente sous la forme devenue officielle dans la description du canton de De Calonne effectuée en 1870 par l'arpenteur Télesphore Chavigny de La Chevrotière. Le terme lui-même se retrouve, entre autres, sous la graphie Saghackhomi dans le journal de voyage de Pehr Kalm au Canada en 1749. Il s'agit d'une plante appelée Jackashapuck par Linné et que le naturaliste suédois a trouvée pour la première fois au cap aux Oies, en Charlevoix. Elle pousse, dit-il, en abondance dans les terrains secs des collines rocheuses et une partie de ses baies sont remplies d'une farine qui enrobe les grains. Les Français en ramassent pour mélanger à leur tabac et ils l'appellent sagackomi. Selon plusieurs, ajoute-t-il, ce mélange est nuisible aux poumons et c'est pour cette raison que d'autres Français, notamment dans la région de Trois-Rivières, mélangent plutôt le vinaigrier au tabac. Pehr Kalm identifie lui-même cette plante comme étant Arctostaphylos Uva-Ursi dont le nom générique, selon Marie-Victorin, signifie « raisin d'ours ». Si le mot sacacomi a comme radical sakaw, « allumer », selon Jean-André Cuoq, ou est l'équivalent de sakahamaw, « allume-lui le calumet » – par extension « donne-lui du tabac à fumer » – on peut néanmoins s'étonner qu'il identifie particulièrement cette nappe d'eau, à moins que ses rives ou celles de la rivière contiennent abondamment la plante nommée précédemment. L'usage de ce mot est encore plus énigmatique lorsqu'on apprend du naturaliste Kalm que la plante que les Autochtones mélangeaient à leur tabac n'était pas Arctostaphylos Uva-Ursi, mais Lonicera caulibus repentibus, une sorte de chèvrefeuille. Les Abénaquis connaissent ce plan d'eau sous la dénomination Sagakhimen, « du bleuet ».

Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1968-12-05

Spécifique Sacacomie

Générique (avec ou sans particules de liaison) Lac

Type d'entité Lac

Région administrative Mauricie

Municipalité régionale de comté (MRC) Maskinongé

Municipalité Saint-Alexis-des-Monts (Municipalité de paroisse)

Code géographique de la municipalité 51065

Latitude nord     Longitude ouest 46° 30' 56" 73° 13' 24"

Coordonnées décimales -73.22334      46.51556

Carte topographique 1/50 000 31I/11

Carte topographique 1/20 000 31I/11-0102

Variante traditionnelle autochtone

  • Sagakhimen (Lac)

    Sagakhimen est le nom que les Abénaquis utilisent pour parler du lac Sacacomie. Il signifie « du bleuet ».

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : novembre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012