Retour aux résultats Version imprimable

Roberval
Nécessite l'installation du plugiciel Google Earth

Origine et signification Anciennement, on dénommait couramment le territoire couvert par l'actuelle ville de Roberval au Lac-Saint-Jean, Notre-Dame-du-Lac-Saint-Jean, par référence à la paroisse homonyme fondée en 1854, approximativement à l'époque de la proclamation du dogme de l'Immaculée Conception. Sur le plan municipal, Roberval est issue de la municipalité de Lac-Saint-Jean créée en 1857 et scindée en 1859 pour donner naissance à la municipalité de Roberval et à celle d'Hébertville. La municipalité du village de Roberval, implantée sur la rive sud-ouest du lac Saint-Jean, sera établie en 1884, puis deviendra une ville, en 1903. En 1976, la fusion de la municipalité et de la cité de Roberval – statut obtenu en 1956 – va permettre la création de l'actuelle ville. Il appert que le nom de Roberval, également attribué au bureau de poste instauré en 1862 et au canton proclamé en 1863, a été suggéré par l'arpenteur Joseph Bouchette et a commencé à s'implanter vers 1850. Jean-François de La Rocque de Roberval (Carcassonne, France, 1496 - Paris, 1560), premier lieutenant général du roi en Nouvelle-France (1541), séjourna quelques mois à Charlesbourg-Royal, à l'embouchure de la rivière du Cap Rouge, et retourna en France en 1543. Il espérait y trouver de l'or et des pierres précieuses, mais devant son échec il rentre en France. Les premiers Robervalois s'installent sur le territoire à compter de 1855, fondant ainsi le premier village au bord du lac Saint-Jean. Par la suite, se joignent à eux des familles originaires surtout de Charlevoix. À la fin du XIXe siècle, l'endroit prend beaucoup d'expansion grâce à l'arrivée du chemin de fer Québec–Lac-Saint-Jean (1888). C'est surtout grâce à l'entrepreneur américain Horace Jansen Beemer, de Philadelphie, que la voie ferrée fait son apparition. Dans les années 1880, Ross, Beemer and Compagny fit d'importantes coupes de bois et du sciage dans la région du Lac-Saint-Jean. S'étant installé au pays, l'entrepreneur Beemer s'occupa d'exploitation forestière, de spéculation foncière, de construction de chemins de fer, de ponts. Il implante à Roberval un complexe touristique axé sur la pêche à la ouananiche et organise des excursions jusqu'à la Grande Décharge. Malheureusement, le feu détruira en 1908 le Grand Hôtel Roberval qu'il a aménagé en 1898, mettant ainsi brusquement fin au tourisme de luxe au Lac-Saint-Jean. Perle, Reine du Lac-Saint-Jean, Cité de la traversée et Capitale internationale de la nage, autant de titres de gloire qui mettent en évidence le rôle de cette ville dans le passé et dans le présent, avec la traversée internationale du lac Saint-Jean qui s'y tient annuellement depuis 1955. Roberval est le siège de la MRC du Domaine-du-Roy et d'un centre commercial et de services d'importance régionale. Cette ville est jumelée avec Butare au Rwanda.

Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.
LAVERDIÈRE, Camille. Le sieur de Roberval Jean-François de LaRocque, Chicoutimi, Les éditions JCL, 2005, 158 p.

Date d'officialisation 1968-12-05

Spécifique Roberval

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Ville

Région administrative Saguenay–Lac-Saint-Jean

Municipalité régionale de comté (MRC) Le Domaine-du-Roy

Municipalité Roberval (Ville)

Code géographique de la municipalité 91025

Longitude ouest     Latitude nord 72° 14' 00" 48° 31' 00"

Coordonnées décimales -72.23333, 48.51667

Carte topographique 1/50 000 32A/09

Carte topographique 1/20 000 32A/09-0102

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : mars 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012