Retour aux résultats Version imprimable

Rivière-Ouelle
La Commission de toponymie décline toute responsabilité quant à l'exactitude des fonds de carte (ex. : le tracé des frontières, qui n'est pas conforme à la position du gouvernement du Québec) et de la nomenclature qui y figure.

Origine et signification Cette municipalité, distante de 10 km de La Pocatière et d'une vingtaine de kilomètres de Kamouraska plus au nord-est, affiche une vocation surtout agricole, en vertu de la présence de riches terres composées principalement d'argile. Dans l'Arrêt du Conseil d'État du Roi du 3 mars 1722, on mentionne La Bouteillerie dit la Rivière Ouelle pour désigner l'endroit qui sera érigé, en 1855, comme municipalité de la paroisse de Notre-Dame-de-Liesse-de-la-Rivière-Ouelle et dont l'ampleur dénominative sera ramenée à des proportions plus acceptables en 1983, sous la forme Rivière-Ouelle, qui identifiait la municipalité primitive créée en 1845 et abolie en 1847. D'ailleurs le nom originel reprenait en son entier celui de la paroisse fondée en 1685 et érigée canoniquement en 1894. Historiquement, la dénomination concernée a d'abord été attribuée à la rivière, vers 1641 (la carte de Jean Bourdon porte « R. Hoel »), puis à la paroisse et à la seigneurie de la Rivière-Ouelle ou de La Bouteillerie, concédée en 1672 à Jean-Baptiste-François Deschamps de La Bouteillerie (1646-1703). L'acte de concession mentionne le toponyme « rivière Houelle ». Par la suite, la carte de Deshayes de 1695 indique Rivière Ouelle et celle de James Cook (1759) porte la forme « R. Oval », devant se lire « Oual ». Pour sa part, l'aveu et dénombrement du 2 mai 1725 porte sur le « fief vulgairement nommé la Bouteillerie ou Rivière Ouelle » et mentionne fréquemment la rivière Ouelle. Selon toute probabilité, la rivière, dans laquelle le sumon de l'Atlantique a été réintroduit avec succès, comme la municipalité doivent leur nom à Louis Houel (ou Ouel), parfois orthographié Houël, compatriote et ami pieux de Champlain, membre de la Compagnie des Cent-Associés, contrôleur général des salines de Brouage et secrétaire du roi, qui hiverna à Québec en 1640-1641. Bienfaiteur des Récollets dont il était le syndic en Nouvelle-France, il a également occupé, un temps, la fonction de secrétaire du roi. On a, en outre, avancé deux autres explications assez répandues que nous fournissons à titre indicatif, car elles ne peuvent être retenues sérieusement : il s'agirait de Jeanne de Houel, épouse de Nicolas Deschamps, contrôleur général français, qui a été enlevée avec son fils par les Iroquois au cours d'un voyage dans la région; ou bien, il faudrait y voir le patronyme de René Ouellet, à qui le seigneur Deschamps concède un lot en 1690 et qui épouse Angélique Lebel « à la rivière Ouelle », en 1691. Au cours des siècles, les graphies Ouelle, Ouel, Houëlle, Hoël, etc., ont pu être relevées. Les Rivelois, surnommés Capelans et Marsouins, car ils pêchaient ces poissons en abondance, rappellent avec satisfaction que 40 de leurs ancêtres, sous la conduite du curé, ont repoussé, en 1690, un détachement de la flotte de Phips, en route vers Québec. Rivière-Ouelle entretient des liens avec Hautot-Saint-Sulpice en France dans le cadre d'un accord de jumelage.

Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1968-12-05

Spécifique Rivière-Ouelle

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Bas-Saint-Laurent

Municipalité régionale de comté (MRC) Kamouraska

Municipalité Rivière-Ouelle (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 14065

Longitude ouest     Latitude nord 70° 01' 00" 47° 26' 00"

Coordonnées décimales -70.01666, 47.43333

Carte topographique 1/50 000 21M/08

Carte topographique 1/20 000 21M/08-0202

Ancien nom

  • Notre-Dame-de-Liesse-de-Rivière-Ouelle  (Municipalité)

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : mars 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012