Retour aux résultats Version imprimable

Pointe-à-la-Croix
La Commission de toponymie décline toute responsabilité quant à l'exactitude des fonds de carte (ex. : le tracé des frontières, qui n'est pas conforme à la position du gouvernement du Québec) et de la nomenclature qui y figure.

Origine et signification C'est en vertu de la présence d'une croix, vraisemblablement plantée par les Micmacs sur une pointe de la rivière Ristigouche, en face de Campbellton, Nouveau-Brunswick, aux confins de la baie des Chaleurs et à la sortie de la vallée de la Matapédia que cet endroit aurait reçu le nom de Pointe-à-la-Croix. Or, les Micmacs eux-mêmes identifiaient ce site comme Mosgolatjitjig gisna Mosgoleg, la rivière qui serpente fait un coude régulier. Par ailleurs, après la Conquête, l'endroit a tour à tour porté le nom de Repulse Point et de Pleasant Point. Jadis, on utilisait davantage le toponyme anglais Cross Point, porté d'ailleurs par le bureau de poste entre 1846 et 1952, appellation que les autorités municipales désiraient officialiser en 1969, mais que la majorité francophone a écartée. Sur le plan municipal, le territoire est d'abord érigé sous le nom de municipalité du canton de Mann en 1845, en hommage à Edward Isaac Mann qui possédait de grandes concessions de terre à cet endroit en 1788. Modifié en Pointe-à-la-Croix en 1970, ce nom coiffe maintenant une étendue enrichie de l'espace municipal de Saint-Fidèle-de-Ristigouche (1937) en 1983. Ce secteur gaspésien a connu historiquement une importante activité migratoire avec le passage des Micmacs à une date indéterminée, des Récollets en 1620, des Acadiens en 1758 et des Loyalistes en 1780. L'endroit a été le théâtre d'un important fait historique. En juillet 1760, un convoi de six navires transportant des vivres ainsi que 400 hommes pour porter secours au chevalier de Lévis qui assiège le général Murray dans Québec se heurte aux Anglais dans le golfe du Saint-Laurent. On se réfugie dans l'estuaire de la Ristigouche, mais l'escadre ennemie, commandée par lord Byron, grand-père du célèbre poète, forte de sept vaisseaux, livre une bataille acharnée. Les 265 canons anglais viennent bientôt à bout des 56 dont disposent les Français. Le 8 juillet, la frégate Le Machault, qui accompagnait des navires marchands, se saborde et Le Bienfaisant est brûlé. Les Anglais, pour leur part, incendient Le Marquis de Malauze. Or, lorsque la rencontre se fit dans le golfe, il était déjà trop tard, car Lévis avait retraité sur Montréal.

Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1976-12-24

Spécifique Pointe-à-la-Croix

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine

Municipalité régionale de comté (MRC) Avignon

Municipalité Pointe-à-la-Croix (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 06030

Longitude ouest     Latitude nord 66° 41' 00" 48° 01' 00"

Coordonnées décimales -66.68333, 48.01667

Carte topographique 1/50 000 22B/02

Carte topographique 1/20 000 22B/02-0102

Anciens noms

  • Mann  (Municipalité de canton)

  • Saint-Fidèle-de-Ristigouche  (Municipalité)

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : mars 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012