Retour aux résultats Version imprimable

Notre-Dame-du-Laus

Origine et signification Cette municipalité cadre bien avec la région dans laquelle elle est située, les Laurentides, notamment en raison du grand nombre de lacs, de rivières, de ruisseaux disséminés à la grandeur d'un territoire de 866 km² qui compte 1 410 habitants. Une forêt accidentée complète le paysage et permet à ses habitants d'en tirer leur subsistance, l'économie locale étant en outre tributaire de l'afflux de touristes, de pêcheurs et de chasseurs. Installée sur les bords de la rivière du Lièvre, à environ 65 km au sud de Mont-Laurier, entre Bowman et Lac-du-Cerf, Notre-Dame-du-Laus a vu le jour officiellement en 1876 à titre de municipalité des cantons unis de Bigelow-Wells-Blake-et-McGill, noms de cantons des Laurentides et de l'Outaouais. Toutefois l'endroit avait déjà servi de poste de traite à la Compagnie de la Baie d'Hudson entre 1820 et 1849. C'est en février 1946 que l'entité municipale recevait son nom actuel, prononcé localement [notre-dame-du-lô], appellation attribuée aussi au bureau de poste ouvert en 1878. On se perd en conjectures sur l'identité de celui qui aurait baptisé l'endroit ainsi d'un nom également porté par la paroisse créée en 1873 : monseigneur Bruno Guigues, l'abbé François Michel ou encore l'abbé Eugène Trinquier? Tous trois étaient natifs du Laus ou Notre-Dame-du-Laus, localité au sud de Gap, dans le département des Hautes-Alpes en France, à 65 km d'Embrun. Ils entretenaient également une grande dévotion à l'endroit de la Vierge apparue à la bergère Benoîte Rencurel (1647-1718), le 29 août 1664, aspects qui peuvent avoir contribué à cette consécration rappelant un sanctuaire érigé à Saint-Étienne-d'Avançon en 1664. Entre 1664 et 1718, la Vierge serait apparue à cet endroit environ 600 fois, établissant ainsi le record mondial des manifestations mariales. Au Québec, par ailleurs, la vallée de la Lièvre est parsemée de paroisses et de municipalités dédiées à Marie : Notre-Dame-de-la-Salette, Notre-Dame-de-la-Garde (Val-des-Bois), Notre-Dame-de-Pontmain, Notre-Dame-de-Lourdes (Lac-du-Cerf). Quant au constituant Laus, prononcé [lô] parfois [lausse], il remonte au latin lacus, prononcé [la-ousse] dans le parler des Alpes françaises, qui signifie lac. Jadis, un petit lac aujourd'hui asséché occupait le fond du bassin alpin du Laus. Les citoyens qui connaissent les blasons populaires Gars de Taram, Taramois, qui leur sont attribués, soutiennent que Taram constitue le surnom de Notre-Dame-du-Laus. Cet amalgame lexical, apparu dans les années 1960, est essentiellement un métaplasme par fusion de Notre-Dame dans Notre-Dame-du-Laus.

Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1968-12-05

Spécifique Notre-Dame-du-Laus

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Laurentides

Municipalité régionale de comté (MRC) Antoine-Labelle

Municipalité Notre-Dame-du-Laus (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 79005

Latitude nord     Longitude ouest 46° 05' 00" 75° 37' 00"

Coordonnées décimales -75.61667      46.08333

Carte topographique 1/50 000 31J/04

Carte topographique 1/20 000 31J/04-0102

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : octobre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012