Retour aux résultats Version imprimable

Barrage Bernard-Landry

Origine et signification Ce barrage de type béton-gravité appartient à Hydro-Québec. Il est érigé sur le parcours de la rivière Eastmain, qui se jette dans la baie James. Les travaux de construction, commencés en 2002, se sont terminés en 2007. L'ouvrage, de 890 m de longueur sur une hauteur de 70 m, est localisé à 14 km à l'est de la centrale Bernard-Landry. La retenue des eaux par le barrage a créé le réservoir de la Paix des Braves, d'une superficie maximale de 603 km².


Bernard Landry (Saint-Jacques, 1937 – Verchères, 2018), avocat, politicien, professeur et homme d’État, est le 28e premier ministre du Québec. Il a exercé cette fonction de 2001 à 2003.

L’intérêt de Bernard Landry pour la vie publique se manifeste assez tôt, comme en témoigne son passage au Séminaire de Joliette, où il fonde et préside le conseil étudiant. Il poursuit dans cette voie à l’Université de Montréal, où il est tour à tour président de l'Association des étudiants en droit et de l'Association générale des étudiants de l'Université. Bernard Landry est aussi président fondateur de l'Association générale des étudiants québécois en France. Il est licencié en droit de l’Université de Montréal et diplômé en économie et en finances de l'Institut d'études politiques de Paris. Admis au Barreau du Québec en 1965, Bernard Landry exerce la profession d’avocat, notamment comme conseiller dans différents ministères provinciaux.

Membre de l’exécutif national du Parti québécois à compter de 1974, Bernard Landry est élu député de la circonscription de Fabre, lors des élections en 1976. Le premier ministre René Lévesque le fait accéder au cabinet à titre de ministre d'État au Développement économique, poste qu’il occupe jusqu’en 1982. Bernard Landry peut ainsi contribuer à l’objectif qu’il a toujours poursuivi, à savoir intensifier les liens du Québec avec ses partenaires économiques européens et américains. De 1983 à 1985, il dirige plusieurs ministères importants, dont ceux du Commerce extérieur (1983-1985), des Relations internationales (1984-1985) et des Finances (1985). En 1986, Bernard Landry réoriente sa carrière professionnelle vers l’enseignement ainsi que la pratique du droit, dans un cabinet privé. Il enseigne à l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) jusqu’en 1994, année au cours de laquelle il revient dans l’arène politique, comme député de la circonscription de Verchères.

Bernard Landry sera réélu en 1998 et en 2003. Son retour à l’Assemblée nationale marque aussi celui des grandes responsabilités. En effet, Bernard Landry sera vice-premier ministre de 1994 à 2001 et occupera de nombreuses autres fonctions : ministre des Affaires internationales, de l'Immigration et des Communautés culturelles (1994-1995), ministre des Affaires internationales (1995-1996), ministre d'État à l'Économie et aux Finances (1996-2001), ministre de l'Industrie, du Commerce, de la Science et de la Technologie (1996-1998), ministre des Finances (1996-2001), ministre du Revenu (1996-1999) et ministre de l'Industrie et du Commerce (1998- 2001). Il accède à la fonction de premier ministre en 2001 à la suite de la démission de Lucien Bouchard. Il occupera ce poste jusqu’en 2003, soit jusqu’à la défaite de son parti politique aux élections générales. Le 6 juin 2005, Bernard Landry remet sa démission comme député de Verchères et chef de l’opposition officielle. La même année, il réintègre le corps professoral de l’UQAM, notamment comme professeur et chercheur associé en études stratégiques et diplomatiques à la Chaire Raoul-Dandurand. De son propre aveu, Bernard Landry était particulièrement fier des progrès faits par son gouvernement dans les relations avec les communautés autochtones. En effet, c’est lors de son mandat comme premier ministre que l’entente connue sous l’appellation la Paix des Braves est conclue et signée entre le gouvernement du Québec et le Grand Conseil des Cris, le 7 février 2002.

Parmi les honneurs qui lui ont été décernés, mentionnons le grade de commandeur de la Légion d'honneur qui lui a été attribué par la France (2004), le prix Louis-Joseph-Papineau pour avoir consacré plus de 35 ans à la cause souverainiste (2005) et le titre de grand officier de l'Ordre national du Québec (2008).

Source :
Site Web de l’Assemblée nationale. (Consulté le 16 septembre 2019).
Site Web de l’Ordre national du Québec. (Consulté le 16 septembre 2019).
Site Web de Radio-Canada.  (Consulté le 16 septembre 2019).

Date d'officialisation 2019-11-04

Spécifique Bernard-Landry

Générique (avec ou sans particules de liaison) Barrage

Type d'entité Barrage

Région administrative Nord-du-Québec

Municipalité régionale de comté (MRC) Hors MRC

Municipalité Eeyou Istchee Baie-James (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 99060

Latitude nord     Longitude ouest 52° 11' 20" 75° 53' 09"

Coordonnées décimales -75.88592      52.18911

Carte topographique 1/50 000 33B/04

Carte topographique 1/20 000 33B/04-0201

Ancien nom

  • Barrage de l'Eastmain-1

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : 4 novembre 2019

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012