Retour aux résultats Version imprimable

Rivière Métabetchouane

Origine et signification La rivière Métabetchouane prend sa source dans le secteur des lacs du Mâle et Bouteille de la réserve faunique des Laurentides et coule impétueusement sur une distance de 128 km. Elle descend le long d'un parcours apprécié des canoteurs jusqu'au lac Saint-Jean qu'elle rejoint à Desbiens.

On s'entend généralement pour admettre l'origine innue de cette appellation. Elle semble cependant aussi faire partie du langage des Cris et des Algonquins. Un portage du nom de Metabetchouan existe en effet non loin du village cri de Waswanipi et les Algonquins du district de Timiskaming, en Ontario, ont désigné un cours d'eau sous le nom de Matabitchuan. Un relevé effectué sur certaines cartes historiques a permis de découvrir qu'une île située à la sortie du lac Témiscamingue, donc en territoire algonquin, et maintenant disparue, portait en 1699, le nom de Metabetchouan. D'aucuns traduisent ce toponyme par « rivière qui se jette dans un lac » en s'appuyant sur la signification des racines matabi et djiwan qu'on traduit par « gagner l'eau », « aller vers l'eau » et « courant ». D'autres vont un peu plus loin en précisant ainsi le sens de matabi : « qui vient de terre, des bois, avant de gagner l'eau ». Les sources sont cependant unanimes pour voir dans chouan(e), les racines tchewan, tchiwan ou djiwan dont le sens est « courant », « eaux rapides ».

Le père Jean de Quen serait le premier Europé à s'être rendu sur place, en 1647. Le récit de son voyage ne mentionne pas spécifiquement le nom de Métabetchouane. Il faut attendre en 1676, dans le Second registre de Tadoussac, pour relever une première mention du toponyme qui y est inscrit sous la forme de Metabeki8an.

Le nom de Métabetchouan et de ses variantes évoque le cycle de vie des chasseurs qui séjournent en forêt pendant l'hiver et viennent passer l'été sur les bords des cours d'eau. Des recherches archéologiques permettent de croire que l'embouchure de la rivière Métabetchouane aurait été un lieu de campement saisonnier pour les Innus possiblement depuis près de 6 000 ans. C'est d'ailleurs là que les Jésuites les rencontrèrent en 1676 et qu'ils décidèrent d'y établir une mission sous le nom de Saint-Charles. Depuis longtemps utilisée par les Amérindiens comme voie de communication entre le lac Saint-Jean et la région de Québec, la rivière Métabetchouane devait être empruntée dès le XVIIsiècle par les missionnaires et constituer un segment de ce qu'il est convenu d'appeler Sentier des Jésuites. Au milieu du XIXsiècle, William Price ouvrit des chantiers de coupe de bois le long de la rivière; pendant longtemps, de longues estacades de billots s'entassèrent jusqu'à obstruer complètement son cours. Ce toponyme est imprimé sur la carte du Parc National des Laurentides de 1896 sous la forme Rivière Metabetchouan.

Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1968-12-05

Spécifique Métabetchouane

Générique (avec ou sans particules de liaison) Rivière

Type d'entité Rivière

Région administrative Saguenay–Lac-Saint-Jean

Municipalité régionale de comté (MRC) Le Domaine-du-Roy

Municipalité Saint-André-du-Lac-Saint-Jean (Municipalité de village)

Code géographique de la municipalité 91010

Latitude nord     Longitude ouest 48° 25' 15" 71° 57' 57"

Coordonnées décimales -71.96584      48.42083

Carte topographique 1/50 000 22D/05

Carte topographique 1/20 000 22D/05-0201

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : septembre 2017

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012