Retour aux résultats Version imprimable

Mercier
Nécessite l'installation du plugiciel Google Earth

Origine et signification En 1855, on érige la municipalité de la paroisse de Sainte-Philomène, aux limites de Châteauguay et de la rivière Châteauguay, au nord-ouest de Saint-Isidore et au nord-est de Sainte-Martine en Montérégie. Ce nom reprend celui de la paroisse érigée canoniquement en 1840. La dévotion à sainte Philomène remonte au début du XIXe siècle. Le 29 mars 1961, le Vatican retira le nom de sainte Philomène du calendrier liturgique. Cette sainte faisait l'objet d'un culte religieux important au Québec depuis 1835 et cette décision vaticane suscita notamment une certaine déception dans la municipalité. En 1966, une démarche a été entreprise pour modifier la dénomination de la municipalité. Sainte-Philomène avait obtenu le statut de ville en 1964. Quatre ans plus tard, soit le 3 février 1968, son appellation fut modifiée. Le toponyme Mercier est apparu plus approprié pour désigner un centre agricole important et une ville de banlieue au sud de Montréal. La proximité du pont homonyme, situé à quelque de 15 km, a sans doute exercé une quelconque influence dans ce choix toponymique. Ainsi, les Mercierois sont redevables de leur dénomination à Honoré Mercier, premier ministre du Québec.

Honoré Mercier (Saint-Athanase, 1840 - Montréal, 1894), avocat et journaliste, est le neuvième premier ministre du Québec (1887-1891). Élu d'abord député libéral à la Chambre des communes dans la circonscription de Rouville (1872-1874), il est par la suite élu député libéral à l'Assemblée législative dans celle de Saint-Hyacinthe (1879-1890). Dès 1883, il devient chef de l'opposition libérale. En réaction à la pendaison de Louis Riel, il fonde le Parti national en 1885 pour regrouper les conservateurs et les libéraux canadiens-français. Le 29 janvier 1887, il accède au poste de premier ministre du Québec. Durant son mandat, il s'intéresse au développement de la colonisation et crée, en 1888, le ministère de l'Agriculture et de la Colonisation, dont le sous-ministre est le curé Antoine Labelle. Il est reconnu pour avoir été le premier chef de gouvernement à parler d'autonomie provinciale et est considéré comme le père du nationalisme québécois. Il achève sa carrière politique comme député dans la circonscription de Bonaventure.

Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Ville de Mercier, [En ligne], 2008, www.ville.mercier.qc.ca

Date d'officialisation 1968-12-05

Spécifique Mercier

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Ville

Région administrative Montérégie

Municipalité régionale de comté (MRC) Roussillon

Municipalité Mercier (Ville)

Code géographique de la municipalité 67045

Latitude nord     Longitude ouest 45° 19' 00" 73° 45' 00"

Coordonnées décimales -73.75      45.31667

Carte topographique 1/50 000 31H/05

Carte topographique 1/20 000 31H/05-0101

Ancien nom

  • Sainte-Philomène  (Ville)

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : septembre 2016

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012