Retour aux résultats Version imprimable

L'Île-du-Grand-Calumet
Nécessite l'installation du plugiciel Google Earth

Origine et signification La dénomination de la municipailté est dérivée du nom du canton de Grand-Calumet (1846) dans lequel elle se situe. La municipalité de Grand-Calumet a d'abord été créée comme municipalité du canton de Calumet le 14 mai 1847; elle a été par la suite abolie le 1er septembre suivant et rattachée à la municipalité du comté d'Ottawa, avant d'être rétablie en 1855. En 2003, la municipalité du canton de Grand-Calumet devenait la municipalité de Grand-Calumet et, en 2007, son nom était modifié pour celui de « L'Île-du-Grand-Calumet ». Cette municipalité se trouve près de la frontière du Québec et de l'Ontario, en Outaouais, entre Campbell's Bay et Portage-du-Fort. Elle a été fondée, vers 1836, par d'anciens employés de la Compagnie de la Baie d'Hudson. Elle a de plus connu trois vagues d'immigration irlandaise entre 1840 et 1850. En 1840, on procédait à l'érection canonique de la paroisse de Sainte-Anne-du-Grand-Calumet. Le nom évocateur choisi souligne que les Algonquins se réunissaient en grand nombre sur l'île du Grand Calumet, située à proximité, pour y fumer le « long » calumet de paix. Au nom municipal se greffe une légende connue sous le nom de Complainte de Cadieux dont voici l'essentiel : Jean Cadieux (1671-1709) était un voyageur qui guidait les canots vers les Pays-d'en-Haut à compter de 1695. Selon la légende, il se serait sacrifié en attirant des Iroquois pour permettre à certains de ses compagnons de s'échapper en se lançant dans les rapides des Sept Chutes où la Vierge serait venue diriger leur canot. Demeuré seul sur l'île du Grand Calumet, il serait mort de ses blessures et d'épuisement. Lorsqu'on le retrouva, il tenait à la main un feuillet d'écorce sur lequel il avait transcrit son chant de mort. Les Calumettans gardent vivante à leur mémoire cette histoire.

Date d'officialisation 2008-02-04

Spécifique L'Île-du-Grand-Calumet

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Outaouais

Municipalité régionale de comté (MRC) Pontiac

Municipalité L'Île-du-Grand-Calumet (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 84035

Longitude ouest     Latitude nord 76° 37' 00" 45° 43' 00"

Coordonnées décimales -76.61667, 45.71667

Carte topographique 1/50 000 31F/10

Carte topographique 1/20 000 31F/10-0202

Ancien nom

  • Grand-Calumet  (Municipalité)

    Il est à noter que le nom de cette municipalité a été changé le 22 décembre 2007. En effet, à cette date, la municipalité de Grand-Calumet est devenue la municipalité de L'Île-du-Grand-Calumet. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire la municipalité alors qu'elle était encore identifiée sous l'ancienne dénomination. La dénomination de la municipailté est dérivée du nom du canton de Grand-Calumet (1846) dans lequel elle se situe. La municipalité de Grand-Calumet a d'abord été créée comme municipalité du canton de Calumet le 14 mai 1847; elle a été par la suite abolie le 1er septembre suivant et rattachée à la municipalité du comté d'Ottawa, avant d'être rétablie en 1855. En 2003, la municipalité du canton de Grand-Calumet devenait la municipalité de Grand-Calumet. Cette municipalité se trouve près de la frontière du Québec et de l'Ontario, en Outaouais, entre Campbell's Bay et Portage-du-Fort. Elle a été fondée, vers 1836, par d'anciens employés de la Compagnie de la Baie d'Hudson. Elle a de plus connu trois vagues d'immigration irlandaise entre 1840 et 1850. En 1840, on procédait à l'érection canonique de la paroisse de Sainte-Anne-du-Grand-Calumet. Le nom évocateur choisi souligne que les Algonquins se réunissaient en grand nombre sur l'île du Grand Calumet, située à proximité, pour y fumer le « long » calumet de paix. Au nom municipal se greffe une légende connue sous le nom de Complainte de Cadieux dont voici l'essentiel : Jean Cadieux (1671-1709) était un voyageur qui guidait les canots vers les Pays-d'en-Haut à compter de 1695. Selon la légende, il se serait sacrifié en attirant des Iroquois pour permettre à certains de ses compagnons de s'échapper en se lançant dans les rapides des Sept Chutes où la Vierge serait venue diriger leur canot. Demeuré seul sur l'île du Grand Calumet, il serait mort de ses blessures et d'épuisement. Lorsqu'on le retrouva, il tenait à la main un feuillet d'écorce sur lequel il avait transcrit son chant de mort. Les Calumettans gardent vivante à leur mémoire cette histoire.

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : octobre 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012