Retour aux résultats Version imprimable

Cacouna

Origine et signification La nouvelle municipalité de Cacouna a été créée le 22 mars 2006. Elle est issue du regroupement des municipalités du village et de la paroisse de Saint-Georges-de-Cacouna.

À une quinzaine de kilomètres au nord-est de Rivière-du-Loup, entre Saint-Patrice-de-la-Rivière-du-Loup et L'Isle-Verte, se dresse la municipalité de la paroisse de Saint-Georges-de-Cacouna dont le territoire s'étire le long du Saint-Laurent sur près de 13 km. La mission qui a donné son nom à la municipalité, Cacouna ou Kacouna, a été fondée vers 1798 – le nom Saint-Georges n'apparaît qu'à partir de 1809 – et fut érigée canoniquement en 1825. La date d'établissement des premiers colons à Cacouna n'est pas connue avec exactitude. L'aveu et dénombrement de la seigneurie de Rivière-du-Loup nous apprend que le fief Le Parc, où se situe Cacouna, ne compte aucun établissement en 1721. Des années plus tard, vers 1765, des Acadiens, ayant fui la déportation, s'installent en squatters à Cacouna. Le papier terrier rédigé en 1825, qui compile les transactions immobilières de la seigneurie de Rivière-du-Loup, nous apprend qu'une trentaine de terres ont été concédées entre 1765 et 1780.

Comme on pourra le constater, le toponyme Cacouna a subi plusieurs variations orthographiques et ne s'est implanté véritablement qu'en 1875. Ainsi, la municipalité créée en 1845 et abolie en 1847 portait le nom Kakonna, la municipalité de la paroisse de 1855, Saint-Georges-de-Kakouna. La marque postale en 1832 arborait la mention Cocona. La plupart des auteurs ont vu dans ce toponyme les mots cris, kakwa ou kakoua ayant pour sens « porc-épic » et nak, « demeure de », d'où « demeure du porc-épic ». La localisation du toponyme rend cependant cette interprétation douteuse, les Cris n'ayant jamais fréquenté cette région. Les Innus auraient pu y implanter ce toponyme lors d'une de leurs traversées occasionnelles du Saint-Laurent, à des époques anciennes. Le mot kaku signifie aussi « porc-épic » dans leur langue. Plus sûrement cependant, il pourrait s'agir du mot malécite kakona que l'on trouve traduit par « tortue » dans un ouvrage de 1832. Le nom Saint-Georges a été retenu par monseigneur Plessis, en 1809, à la demande de Malcolm Fraser, seigneur de Murray Bay, de 1733 à 1815. Le peuple anglais a pour patron saint Georges, officier martyrisé en Palestine vers 303. Son combat contre le dragon a fait l'objet de multiples représentations en art. Le port de Gros-Cacouna est devenu l'attraction principale des environs.

Date d'officialisation 2006-05-04

Spécifique Cacouna

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Bas-Saint-Laurent

Municipalité régionale de comté (MRC) Rivière-du-Loup

Municipalité Cacouna (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 12057

Latitude nord     Longitude ouest 47° 55' 00" 69° 30' 00"

Coordonnées décimales -69.5      47.91666

Carte topographique 1/50 000 21N/13

Carte topographique 1/20 000 21N/13-0202

Anciens noms

  • Saint-Georges-de-Cacouna  (Municipalité de paroisse)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 22 mars 2006. En effet, à cette date, les municipalités de la paroisse et du village de Saint-Georges-de-Cacouna se regroupaient pour constituer la nouvelle municipalité de Cacouna. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité de paroisse. À une quinzaine de kilomètres au nord-est de Rivière-du-Loup, entre Saint-Patrice-de-la-Rivière-du-Loup et L'Isle-Verte, se dresse la municipalité de la paroisse de Saint-Georges-de-Cacouna dont le territoire s'étire le long du Saint-Laurent sur près de 13 km. Bien que la mission qui a donné son nom à la municipalité, Cacouna ou Kacouna, ait été fondée vers 1798 – le nom« Saint-Georges » n'apparaissant qu'à partir de 1809 – et érigée canoniquement en 1835, dès 1721 on comptait quelques familles. Les premiers véritables Cacouniens sont des Acadiens qui s'installent en squatters sur le territoire vers 1765. Comme on pourra le constater, le toponyme « Cacouna » a subi plusieurs variations orthographiques et ne s'est implanté véritablement qu'en 1875. Ainsi, la municipalité créée en 1845 et abolie en 1847 portait le nom « Kakonna », la municipalité de la paroisse de 1855, « Saint-Georges-de-Kakouna ». La marque postale en 1832 arborait la mention « Cocona »! La plupart des auteurs ont vu dans ce toponyme les mots cris, kakwa ou kakoua ayant pour sens porc-épic et nak, demeure de, d'où demeure du porc-épic.La localisation du toponyme rend cependant cette interprétation douteuse, les Cris n'ayant jamais fréquenté cette région. Les Innus, eux, auraient pu y implanter ce toponyme lors d'une de leurs traversées occasionnelles du Saint-Laurent, à des époques anciennes. Le mot kaku signifie aussi porc-épic dans leur langue. Plus sûrement cependant, il pourrait s'agir d'un mot malécite, kakona, qu'on retrouve traduit par tortue dans un ouvrage de 1832. Le nom « Saint-Georges » a été retenu par monseigneur Plessis, en 1809, à la demande de Malcolm Fraser, seigneur de Murray Bay de 1733 à 1815. Le peuple anglais a pour patron saint Georges, officier martyrisé en Palestine vers 303. Son combat contre le dragon a fait l'objet de multiples représentations en art. Le port de Gros-Cacouna est devenu l'attraction principale des environs.

  • Saint-Georges-de-Cacouna  (Municipalité de village)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 22 mars 2006. En effet, à cette date, les municipalités du village et de la paroisse de Saint-Georges-de-Cacouna se regroupaient pour constituer la nouvelle municipalité de Cacouna. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité de village. Enserrée dans le territoire de la municipalité de paroisse homonyme dont elle a été détachée en 1869, cette municipalité est bornée à l'ouest par le fleuve Saint-Laurent et voit une portion de son étendue traversée par la Petite rivière du Loup. Tout comme pour la municipalité mère, c'est la graphie « Kakouna » qui figurait dans les documents officiels de création, modifiée plus tard en « Cacouna », plus « moderne ». À cet égard, une gare de chemin de fer, implantée en dehors du village, et un bureau de poste ont contribué à fixer l'usage de cette dernière graphie. D'autre part, la forme abrégée « Cacouna » est usitée presque exclusivement et a été l'appellation dominante par le passé, davantage que « Saint-Georges-de-Cacouna ». En 1986, les autorités municipales locales adoptaient le gentilé Cacounois pour cristalliser le sentiment d'appartenance à ce coin de pays particulier, fréquenté depuis des lunes par les villégiateurs.

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : octobre 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012