Retour aux résultats Version imprimable

Mansfield-et-Pontefract
Nécessite l'installation du plugiciel Google Earth

Origine et signification Le canton de Mansfield, proclamé en 1849, a donné naissance à la municipalité du canton du même nom en 1855, laquelle a annexé, le 1er janvier 1868, le canton de Pontefract établi officiellement en 1863. En 2003, la municipalité des cantons unis de Mansfield-et-Pontefract est devenue la municipalité de Mansfield-et-Pontefract. Mansfield doit son appellation à une ville du Nottinghamshire anglais. Pour sa part, James White signale qu'il peut s'agir de sir James Mansfield (1733-1821), solliciteur général du Canada en 1780. On pourrait, en outre, avoir voulu honorer William Murray, premier comte de Mansfield (1705-1793) qui, à la Chambre des lords, jouera un rôle important en appuyant Carleton sur la question du mode de tenure des terres, immédiatement après l'Acte de Québec. Pour sa part, Pontefract rappelle une ville de l'Angleterre, dans le Yorkshire. Les vastes forêts de ce territoire, situé à l'embouchure de la rivière Coulonge qui le traverse, au nord de Fort-Coulonge et à l'est de Waltham-et-Bryson, attirent chaque année bon nombre de chasseurs. À noter que la municipalité du village de Fort-Coulonge a été constituée en 1888 d'un territoire détaché du canton de Mansfield et que la paroisse de Saint-Pierre-de-Fort-Coulonge couvrait à l'origine l'ensemble des deux cantons. Voir : Pontefract (canton)

Date d'officialisation 2003-11-27

Spécifique Mansfield-et-Pontefract

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Outaouais

Municipalité régionale de comté (MRC) Pontiac

Municipalité Mansfield-et-Pontefract (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 84065

Longitude ouest     Latitude nord 76° 44' 00" 46° 02' 00"

Coordonnées décimales -76.73333, 46.03333

Carte topographique 1/50 000 31K/02

Carte topographique 1/20 000 31K/02-0102

Ancien nom

  • Mansfield-et-Pontefract  (Municipalité de cantons unis)

    Il est à noter que le statut de cette municipalité a été changé le 11 octobre 2003. En effet, à cette date, la municipalité des cantons unis de Mansfield-et-Pontefract est devenue la municipalité de Mansfield-et-Pontefract. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé alors que la municipalité était encore indentifiée sous l'ancien statut. Le canton de Mansfield, proclamé en 1849, a donné naissance à la municipalité du canton du même nom en 1855, laquelle a annexé, le 1er janvier 1868, le canton de Pontefract établi officiellement en 1863. Mansfield doit son appellation à une ville du Nottinghamshire anglais. Pour sa part, James White signale qu'il peut s'agir de sir James Mansfield (1733-1821), solliciteur général du Canada en 1780. On pourrait, en outre, avoir voulu honorer William Murray, premier comte de Mansfield (1705-1793) qui, à la Chambre des lords, jouera un rôle important en appuyant Carleton sur la question du mode de tenure des terres, immédiatement après l'Acte de Québec. Pour sa part, Pontefract rappelle une ville de l'Angleterre, dans le Yorkshire. Les vastes forêts de ce territoire, situé à l'embouchure de la rivière Coulonge qui le traverse, au nord de Fort-Coulonge et à l'est de Waltham-et-Bryson, attirent chaque année bon nombre de chasseurs. À noter que la municipalité du village de Fort-Coulonge a été constituée en 1888 d'un territoire détaché du canton de Mansfield et que la paroisse de Saint-Pierre-de-Fort-Coulonge couvrait à l'origine l'ensemble des deux cantons. Voir : Pontefract (canton).

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : octobre 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012