Retour aux résultats Version imprimable

Centrale de Chute-à-Caron

Origine et signification Cette centrale hydroélectrique tire son nom du hameau Chute-à-Caron. Avant la construction du barrage, qui s'est échelonnée sur quelques années après 1940 pour répondre aux besoins d'énergie de l'industrie de l'aluminium, il existait bel et bien une chute portant le nom d'un contremaître de la compagnie Price, soit Michel Caron (L'Islet, 1821 - Tadoussac, 1892). Le 19 septembre 1863, Caron achète, dans le canton de Simard, deux lots qui, à l'époque, s'étendaient juste au pied de la chute à Caron. Michel Caron occupera le poste de conseiller municipal de Chicoutimi de 1878 à 1882, puis celui de maire, de 1882 à 1885.

Source :
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.
Le nom de « Chute-à-Caron », Saguenayensia, vol.1, no 2, p.

Date d'officialisation 2003-02-27

Spécifique Chute-à-Caron

Générique (avec ou sans particules de liaison) Centrale de

Type d'entité Centrale hydroélectrique

Région administrative Saguenay–Lac-Saint-Jean

Municipalité régionale de comté (MRC) Hors MRC

Municipalité Saguenay (Ville)

Code géographique de la municipalité 94068

Latitude nord     Longitude ouest 48° 27' 01" 71° 15' 13"

Coordonnées décimales -71.25361      48.45028

Carte topographique 1/50 000 22D/06

Carte topographique 1/20 000 22D/06-0201

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : novembre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012