Retour aux résultats Version imprimable

Saint-Sauveur
La Commission de toponymie décline toute responsabilité quant à l'exactitude des fonds de carte (ex. : le tracé des frontières, qui n'est pas conforme à la position du gouvernement du Québec) et de la nomenclature qui y figure.

Origine et signification La nouvelle ville de Saint-Sauveur a été créée le 11 septembre 2002. Elle est issue du regroupement de la municipalité de la paroisse de Saint-Sauveur et de la municipalité du village de Saint-Sauveur-des-Monts. Pour plus d'information, nous vous invitons à consulter les rubriques de ces deux anciennes municipalités.

Date d'officialisation 2002-11-26

Spécifique Saint-Sauveur

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Ville

Région administrative Laurentides

Municipalité régionale de comté (MRC) Les Pays-d'en-Haut

Municipalité Saint-Sauveur (Ville)

Code géographique de la municipalité 77043

Longitude ouest     Latitude nord 74° 10' 00" 45° 54' 00"

Coordonnées décimales -74.16666, 45.9

Carte topographique 1/50 000 31G/16

Carte topographique 1/20 000 31G/16-0102

Anciens noms

  • Saint-Sauveur  (Municipalité de paroisse)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 11 septembre 2002. En effet, à cette date, la municipalité de la paroisse de Saint-Sauveur et la municipalité du village de Saint-Sauveur-des-Monts se regroupaient pour constituer la nouvelle ville de Saint-Sauveur. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité de la paroisse de Saint-Sauveur. Au nord de Mille-Isles et au sud de Sainte-Adèle a été implantée Saint-Sauveur, à 65 km de Montréal et à 21 km de Saint-Jérôme, à proximité de la rivière du Nord. Le territoire compte nombre de plans d'eau, connus comme les lacs Millette, Breton, des Chats, à Nymark, qui attirent plusieurs amateurs de pêche chaque année. Le caractère montagneux et boisé de cet espace constitue également un puissant attrait pour les chasseurs à l'automne. Des colons censitaires du dernier seigneur des Mille-Îles ont défriché le territoire à compter de 1835, en provenance de la plaine de Montréal, de même que de Saint-Jérôme, Saint-Eustache, Saint-Hermas, Sainte-Scholastique et Saint-Janvier. Dès 1850, la mission de La Circoncision voyait le jour, dont le nom a bientôt été supplanté par Saint-Sauveur, peut-être pour des motifs de pudeur, bien que le 1er janvier constitue l'anniversaire du Sauveur aussi bien que le rappel de cette pratique juive à laquelle ses parents ont tout naturellement sacrifié. Par ailleurs, monseigneur Bourget, qui a délivré le décret d'érection, entretenait une dévotion toute particulière à l'endroit du Sauveur. Détachée de Saint-Jérôme, d'une partie du canton d'Abercromby et de la seigneurie des Mille-Îles, la paroisse de Saint-Sauveur était officiellement érigée civilement en 1853, canoniquement l'année suivante, avant de devenir municipalité en 1855. Les municipalités de Shawbridge (1909) et de Mont-Gabriel (1955) se détacheront successivement de Saint-Sauveur. Le bureau de poste desservant la localité a porté le nom de Saint-Sauveur-des-Montagnes de 1875 à 1957, évoquant la présence des Laurentides qui entourent le territoire, avant de céder la place à Saint-Sauveur-des-Monts, son appellation présente. De vocation essentiellement agricole jadis, cette municipalité est devenue un véritable paradis des sports tant d'hiver que d'été, caractéristique largement publicisée de la spécificité sauveroise.

  • Saint-Sauveur-des-Monts  (Municipalité de village)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 11 septembre 2002. En effet, à cette date, la municipalité du village de Saint-Sauveur-des-Monts et la municipalité de la paroisse de Saint-Sauveur se regroupaient pour constituer la nouvelle ville de Saint-Sauveur. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité du village de Saint-Sauveur-des-Monts. Enclavée dans la partie nord-est du territoire de Saint-Sauveur, dont elle a été détachée en 1926, Saint-Sauveur-des-Monts couvre une étendue d'à peine 4 km², soit onze fois moins que celle de la municipalité mère, alors que sa population est près de 30 % plus élevée. En sa qualité de municipalité de village, Saint-Sauveur-des-Monts offre de multiples services aux skieurs qui envahissent les pentes de ski dès le retour de la manne blanche. Cette caractéristique saint-sauveuroise revêt une telle importance localement que l'on a surnommé l'endroit la Vallée des étoiles, allusion aux pentes de ski généreusement illuminées qui brillent jusqu'à tard dans la nuit. On y dénombre plusieurs hôtels, commerces, boutiques pour faciliter et agrémenter le séjour des nombreux visiteurs.

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : mars 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012