Retour aux résultats Version imprimable

La Vallée-de-l'Or

Origine et signification Cette municipalité régionale de comté est située dans la partie nord-est de la région administrative de l'Abitibi-Témiscamingue. Sa superficie est d'environ 27 356 km².

Le territoire de la MRC regroupe trois régions naturelles : la partie habitée s'étend dans la région argileuse de l'Abitibi, alors que l'arrière-pays s'enfonce dans les Laurentides boréales et dans le plateau de la Rupert, ce prolongement des Laurentides boréales comportant de nombreux dépôts fluvio-glaciaires.

Plusieurs nappes d’eau parcourent les paysages de la MRC : les rivières Bell, Mégiscane, Louvicourt, Capitachouane et le cours supérieur de l'Harricana, les lacs De Montigny, Parent et Matchi-Manitou, le réservoir Dozois et une partie du réservoir Cabonga.

On y retrouve également la zec Capitachouane et une grande partie de la réserve faunique La Vérendrye.

Établie en avril 1981, la MRC de Vallée-de-l'Or, devenue la MRC de La Vallée-de-l'Or en 2003, se compose de six municipalités et de quatre territoires non organisés. Elle a été formée à même une partie de l'ancienne municipalité du comté d'Abitibi. Majoritairement francophone, la population comprend une minorité anglophone et une minorité algonquine, cette dernière étant regroupée dans la réserve indienne de Lac-Simon. Le nom La Vallée-de-l'Or est celui qu'on donnait à la région des sources de l'Harricana, au début des années 1930, à l'époque de la ruée vers l'or abitibien. L'exploitation de mines d'or joue encore un rôle majeur dans l'économie de la MRC. Celle-ci s'est toutefois diversifiée, de sorte que l'industrie du bois de construction et d'autres éléments de construction assure de l'emploi à une partie importante de la population active.


Date d'officialisation 2003-11-27

Spécifique La Vallée-de-l'Or

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité régionale de comté

Région administrative Abitibi-Témiscamingue

Municipalité régionale de comté (MRC) La Vallée-de-l'Or

Municipalité Senneterre (Ville)

Code géographique de la municipalité 89040

Latitude nord     Longitude ouest 48° 23' 00" 77° 14' 00"

Coordonnées décimales -77.23333      48.38333

Carte topographique 1/50 000 32C/06

Carte topographique 1/20 000 32C/06-0202

Ancien nom

  • Vallée-de-l'Or  (Municipalité régionale de comté)

    Municipalité régionale de comté de 27 602 km² de superficie située dans la partie nord-est de la région administrative de l'Abitibi-Témiscamingue, bornée au nord par la municipalité de Baie-James et limitrophe des régions administratives de la Mauricie–Bois-Francs, de l'Outaouais et du Nord-du-Québec. Le territoire de la MRC recoupe trois régions naturelles : la partie habitée s'étend dans la région argileuse de l'Abitibi, alors que l'arrière-pays s'enfonce dans les Laurentides boréales et dans le plateau de la Rupert, ce prolongement des Laurentides boréales comportant de nombreux dépôts fluvio-glaciaires. Les paysages de la MRC comprennent plusieurs entités hydrographiques d'importance comme les rivières Bell, Mégiscane, Louvicourt, Capitachouane et le cours supérieur de l'Harricana, les lacs De Montigny, Parent et Matchi-Manitou, le réservoir Dozois et une partie du réservoir Cabonga. On y retrouve enfin la zec Capitachouane et une grande partie de la réserve faunique La Vérendrye. Établie en avril 1981, la MRC de Vallée-de-l'Or, devenue la MRC de La Vallée-de-l'Or en 2003, se compose de six municipalités, dont Val-d'Or regroupant plus de 55 % de la population, et de cinq territoires non organisés. Elle a été formée à même une partie de l'ancienne municipalité du comté d'Abitibi. Largement urbaine et francophone, la population valorienne comprend une minorité anglophone et algonquine, celle-ci regroupée dans la réserve indienne de Lac-Simon. Le nom La Vallée-de-l'Or est celui qu'on donnait à la région des sources de l'Harricana, au début des années 1930, à l'époque de la ruée vers l'or abitibien. L'exploitation de mines d'or joue encore un rôle majeur dans l'économie de la MRC. Celle-ci s'est toutefois diversifiée dans une certaine mesure, de sorte que l'industrie du bois de construction et d'autres éléments de construction assure de l'emploi à une partie importante de la population active.

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : octobre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012