Retour aux résultats Version imprimable

Sainte-Croix
Nécessite l'installation du plugiciel Google Earth

Origine et signification Selon une tradition bien établie, le nom de Sainte-Croix, qui coiffe cette municipalité de la région de Lotbinière, traversée par la rivière du Petit Saut, implantée sur la rive sud du Saint-Laurent, à 20 km à l'est de Lotbinière, à la hauteur de Donnacona sur la rive nord, remonterait à 1637. Cette année-là, le fief ou seigneurie de Sainte-Croix, concédé à la Compagnie des Cent-Associés au lieu dit Platon Sainte-Croix, fut réservé pour les religieuses qui viendraient s'établir à Québec en vue de l'éducation des filles. Le choix porta sur les Ursulines qui arrivèrent en 1639 avec Marie de l'Incarnation et la prise de possession symbolique n'intervint que le 14 septembre 1647, alors que le père Jérôme Lalemant le reçut en leur nom. Or, ce jour-là était célébrée l'Exaltation de la Sainte-Croix, fête religieuse rappelant l'invention, au sens de la découverte de la vraie croix, reconquise sur les Perses en 628. Au cours de cette cérémonie, on exhibait la Croix aux gens de Jérusalem. On peut croire que la fixation du nom remonte à cette dernière année et qu'on a choisi la date de la cérémonie en conséquence. La dénomination de Sainte-Croix figurait déjà dans le récit de Champlain en 1603 et sur une carte de 1611, mais s'appliquait certainement à la pointe (aujourd'hui Pointe Platon, ce mot ayant le sens de terrain plat), importante pour la navigation alors et située à la hauteur de l'embouchure de la rivière Jacques-Cartier. En 1613, Champlain explique que c'est par erreur que ce lieu est désigné Sainte-Croix, car on avait cru, à tort, que Cartier y avait hiverné en 1535-1536. En 1680, on fondait un établissement religieux de ce nom, desservi comme mission de 1713 à 1719 et érigé comme paroisse en 1721. Par la suite, un bureau de poste ouvert en 1831 et une municipalité de paroisse créée en 1845 adoptaient l'appellation de Sainte-Croix. La municipalité du village de Sainte-Croix, enclavée dans le territoire de la municipalité de paroisse du même nom, s'en est détachée en 1921. En 2001, la municipalité du village de Sainte-Croix et la municipalité de la paroisse de Sainte-Croix se regroupaient pour constituer la nouvelle municipalité de Sainte-Croix. L'économie de cette municipalité est axée principalement sur la production laitière, les services (scolaires, municipaux (MRC), médicaux, bancaires), le commerce et l'industrie, principalement celle du meuble. Une fonderie établie en 1918 a permis à l'économie san-crucienne de connaître une progression significative. Quelques ateliers de mécanique et de menuiserie viennent compléter le décor. La présence, à proximité, de la résidence d'été des seigneurs Joly de Lotbinière jadis, attire tant les personnes qui aiment l'histoire que celles qu'une promenade sur la magnifique grève de la pointe Platon enchante. Les Joly avaient acquis des Ursulines, en 1840, le terrain sur lequel ils érigeront une résidence, étiquetée manoir. Le gentilé retenu pour identifier collectivement les citoyens de Sainte-Croix, San-Crucien, fait appel au procédé de la dérivation latine, San provenant de sanctus, au féminin sancta, sainte, et Crucien, de crucianus, relatif à la croix, lequel est tiré de crux, crucis, croix. La forme Sainte-Croix-de-Lotbinière s'entend et s'écrit fréquemment. Elle s'explique par le rattachement ancien à la division de recensement et aux circonscriptions électorales de ce nom.

Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 2002-01-24

Spécifique Sainte-Croix

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Chaudière-Appalaches

Municipalité régionale de comté (MRC) Lotbinière

Municipalité Sainte-Croix (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 33102

Longitude ouest     Latitude nord 71° 44' 00" 46° 37' 00"

Coordonnées décimales -71.73333, 46.61666

Carte topographique 1/50 000 21L/12

Carte topographique 1/20 000 21L/12-0102

Anciens noms

  • Sainte-Croix  (Municipalité de paroisse)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 5 octobre 2001. En effet, à cette date, la municipalité de la paroisse de Sainte-Croix et la municipalité du village de Sainte-Croix se regroupaient pour constituer la nouvelle municipalité de Sainte-Croix. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité de paroisse. Selon une tradition bien établie, le nom de Sainte-Croix, qui coiffe cette municipalité de paroisse de la région de Lotbinière, implantée sur la rive sud du Saint-Laurent, à 20 km à l'est de Lotbinière, à la hauteur de Donnacona sur la rive nord, remonterait à 1637. Cette année-là, le fief ou seigneurie de Sainte-Croix, concédé à la Compagnie des Cent-Associés au lieu dit Platon Sainte-Croix, fut réservé pour les religieuses qui viendraient s'établir à Québec en vue de l'éducation des filles. Le choix porta sur les Ursulines qui arrivèrent en 1639 avec Marie de l'Incarnation et la prise de possession symbolique n'intervint que le 14 septembre 1647, alors que le père Jérôme Lalemant le reçut en leur nom. Or, ce jour-là était célébrée l'Exaltation de la Sainte-Croix, fête religieuse rappelant l'invention, au sens de la découverte de la vraie croix, reconquise sur les Perses en 628. Au cours de cette cérémonie, on exhibait la Croix aux gens de Jérusalem. On peut croire que la fixation du nom remonte à cette dernière année et qu'on a choisi la date de la cérémonie en conséquence. La dénomination de Sainte-Croix figurait déjà dans le récit de Champlain en 1603 et sur une carte de 1611, mais s'appliquait certainement à la pointe (aujourd'hui Pointe Platon, ce mot ayant le sens de terrain plat), importante pour la navigation alors et située à la hauteur de l'embouchure de la rivière Jacques-Cartier. En 1613, Champlain explique que c'est par erreur que ce lieu est désigné Sainte-Croix, car on avait cru, à tort, que Cartier y avait hiverné en 1535-1536. En 1680, on fondait un établissement religieux de ce nom, desservi comme mission de 1713 à 1719 et érigé comme paroisse en 1721. Par la suite, un bureau de poste ouvert en 1831 et une municipalité de paroisse créée en 1845 adoptaient l'appellation de Sainte-Croix. L'économie de cette municipalité est axée principalement sur la production laitière. Quelques ateliers de mécanique et de menuiserie viennent compléter le décor. La présence, à proximité, de la résidence d'été des seigneurs Joly de Lotbinière jadis, attire tant les personnes qui aiment l'histoire que celles qu'une promenade sur la magnifique grève de la pointe Platon enchante. Les Joly avaient acquis des Ursulines, en 1840, le terrain sur lequel ils érigeront une résidence, étiquetée manoir.

  • Sainte-Croix  (Municipalité de village)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 5 octobre 2001. En effet, à cette date, la municipalité du village de Sainte-Croix et la municipalité de la paroisse de Sainte-Croix se regroupaient pour constituer la nouvelle municipalité de Sainte-Croix. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité de village. Traversée par la rivière du Petit Saut, la municipalité du village de Sainte-Croix, enclavée dans le territoire de la municipalité de paroisse du même nom, dont elle s'est détachée en 1921, fait face à Donnacona, sur la rive nord du Saint-Laurent. Le gentilé retenu par les autorités municipales locales, en 1986, pour identifier collectivement les citoyens de Sainte-Croix, San-Crucien, fait appel au procédé de la dérivation latine, San provenant de sanctus, au féminin sancta, sainte, et Crucien, de crucianus, relatif à la croix, lequel est tiré de crux, crucis, croix. L'activité économique locale est caractérisée par les services (scolaires, municipaux (MRC), médicaux, bancaires), le commerce et l'industrie, principalement celle du meuble. Une fonderie établie en 1918 a permis à l'économie san-crucienne de connaître une progression significative. La forme Sainte-Croix-de-Lotbinière s'entend et s'écrit fréquemment. Elle s'explique par le rattachement ancien à la division de recensement et aux circonscriptions électorales de ce nom.

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : mars 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012