Retour aux résultats Version imprimable

Saint-Damase
Nécessite l'installation du plugiciel Google Earth

Origine et signification Bornée au nord par Saint-Hyacinthe, Saint-Damase, qui couvre 79 km2, voit la rivière Yamaska constituer sa limite est, près de Saint-Pie. En 2001, la municipalité du village de Saint-Damase et la municipalité de la paroisse de Saint-Damase se regroupaient pour constituer la nouvelle municipalité de Saint-Damase. Vers 1795, les premiers pionniers de la région maskoutaine s'installent sur un territoire qui jouxte la future ville de Saint-Hyacinthe, dans la seigneurie du même nom, dite aussi Debartzch, dont elle est détachée en 1811. Plus tard, en 1823, ils s'organisent en une paroisse qui sera érigée canoniquement en 1829 sous l'appellation de Saint-Damase, nom que conserveront la paroisse civile (1835), le bureau de poste (1837) et la municipalité de paroisse (1845). Les Damasiens identifiaient anciennement leur municipalité comme Saint-Damase-de-Saint-Hyacinthe, d'une part pour pallier toute confusion avec une municipalité homonyme du Bas-Saint-Laurent et, d'autre part, pour marquer leur appartenance territoriale primitive à la seigneurie Saint-Hyacinthe. Le territoire de la municipalité du village de Saint-Damase a été détaché de celui de la municipalité de paroisse en 1952. Toutefois, la localité est bien antérieure à sa création officielle puisque Stanislas Drapeau (1863) signale dans la paroisse de Saint-Damase « Un petit faubourg d'environ 225 âmes ». Une gare sur le trajet Québec-Montréal s'y trouvait. De plus, la route principale reliant autrefois Saint-Hyacinthe à Montréal traversait l'endroit. Partageant la même origine dénominative que la municipalité mère, la municipalité de village a toutefois été peuplée, à l'exception de quelques rues, beaucoup plus tardivement par des Beaucerons originaires surtout de Saint-Georges et des environs, à l'aube des années 1950. La dénomination choisie par monseigneur Joseph-Octave Plessis, évêque de Québec, le 11 décembre 1820, a été déterminée par la fête du saint du jour, saint Damase 1er, en latin Damasus, né en Espagne vers 305 et mort à Rome en 384. Successeur du pape Libère en 366, ami de saint Jérôme à qui il a commandé la révision de la traduction latine du Nouveau Testament, Damase s'est distingué par la lutte acharnée qu'il a menée contre l'hérésie arienne et par sa restauration remarquée du culte des martyrs. Il a organisé le concile de Constantinople en 381. L'hypothèse avancée par Pierre-Georges Roy et assez répandue suivant laquelle on avait désiré rendre hommage à l'abbé Damase Ricard, ancien curé de La Présentation, en adoptant ce nom, doit être écartée puisque celui-ci, né en 1800, n'était âgé que de 20 ans lorsque l'appellation a été retenue.

Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 2002-01-24

Spécifique Saint-Damase

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Montérégie

Municipalité régionale de comté (MRC) Les Maskoutains

Municipalité Saint-Damase (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 54017

Longitude ouest     Latitude nord 73° 00' 00" 45° 32' 00"

Coordonnées décimales -73, 45.53333

Carte topographique 1/50 000 31H/11

Carte topographique 1/20 000 31H/11-0101

Anciens noms

  • Saint-Damase  (Municipalité de paroisse)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 5 octobre 2001. En effet, à cette date, la municipalité de la paroisse de Saint-Damase et la municipalité du village de Saint-Damase se regroupaient pour constituer la nouvelle municipalité de Saint-Damase. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité de paroisse. Vers 1795, les premiers pionniers de la région maskoutaine s'installent sur un territoire qui jouxte la future ville de Saint-Hyacinthe, dans la seigneurie du même nom, dite aussi Debartzch. Plus tard, en 1823, ils s'organisent en une paroisse qui sera érigée canoniquement en 1829 sous l'appellation de Saint-Damase, nom que conserveront la paroisse civile (1835), le bureau de poste (1837) et la municipalité de paroisse (1845). La dénomination choisie par monseigneur Joseph-Octave Plessis, évêque de Québec, le 11 décembre 1820, a été déterminée par la fête du saint du jour, saint Damase 1er, en latin Damasus, né en Espagne vers 305 et mort à Rome en 384. Successeur du pape Libère en 366, ami de saint Jérôme à qui il a commandé la révision de la traduction latine du Nouveau Testament, Damase s'est distingué par la lutte acharnée qu'il a menée contre l'hérésie arienne et par sa restauration remarquée du culte des martyrs. Il a organisé le concile de Constantinople en 381. L'hypothèse avancée par Pierre-Georges Roy et assez répandue suivant laquelle on avait désiré rendre hommage à l'abbé Damase Ricard, ancien curé de La Présentation, en adoptant ce nom, doit être écartée puisque celui-ci, né en 1800, n'était âgé que de 20 ans lorsque l'appellation a été retenue. Les Damasiens identifiaient anciennement leur municipalité comme Saint-Damase-de-Saint-Hyacinthe, d'une part pour pallier toute confusion avec une municipalité homonyme du Bas-Saint-Laurent et, d'autre part, pour marquer leur appartenance territoriale primitive à la seigneurie Saint-Hyacinthe, dont elle est détachée en 1811 et enclavée dans la seigneurie Debartzch. Bornée au nord par Saint-Hyacinthe, Saint-Damase voit la rivière Yamaska constituer sa limite est, près de Saint-Pie.

  • Saint-Damase  (Municipalité de village)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 5 octobre 2001. En effet, à cette date, la municipalité du village de Saint-Damase et la municipalité de la paroisse de Saint-Damase se regroupaient pour constituer la nouvelle municipalité de Saint-Damase. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité de village. Ce minuscule espace de moins de 4 km² de superficie est noyé dans les 75 km² que couvre le territoire de la municipalité de la paroisse de Saint-Damase en Montérégie, qui le circonscrit de toutes parts et dont il a été détaché en 1952. Toutefois, la localité est bien antérieure à sa création officielle puisque Stanislas Drapeau (1863) signale dans la paroisse de Saint-Damase «un petit faubourg d'environ 225 âmes». Une petite gare sur le trajet Québec-Montréal s'y trouvait. De plus, la route principale reliant autrefois Saint-Hyacinthe à Montréal traversait l'endroit. Partageant la même origine dénominative que la municipalité mère, la municipalité de village a toutefois été peuplée, à l'exception de quelques rues, beaucoup plus tardivement par des Beaucerons originaires surtout de Saint-Georges et des environs, à l'aube des années 1950. Les citoyens de Saint-Damase sont identifiés comme des Damasiens.

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : mars 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012