Retour aux résultats Version imprimable

Barrage de Rapide-7

Origine et signification Ce barrage a été construit en 1941 par le gouvernement du Québec, pour retenir les eaux du réservoir Decelles. Exploité depuis 1944 par Hydro-Québec, il en devint sa propriété en 1950. Le spécifique réfère à la localisation de ce septième rapide sur la rivière des Outaouais, entre l'embouchure de la rivière Kinojévis et le Grand lac Victoria.

Date d'officialisation 2001-06-05

Spécifique Rapide-7

Générique (avec ou sans particules de liaison) Barrage de

Type d'entité Barrage

Région administrative Abitibi-Témiscamingue

Municipalité régionale de comté (MRC) Hors MRC

Municipalité Rouyn-Noranda (Ville)

Code géographique de la municipalité 86042

Latitude nord     Longitude ouest 47° 46' 04" 78° 18' 36"

Coordonnées décimales -78.31      47.76778

Carte topographique 1/50 000 31M/16

Carte topographique 1/20 000 31M/16-0101

Ancien nom

  • Barrage de Rapide-Sept

    Cette appellation désigne un barrage, situé sur la rivière des Outaouais, dans le canton de Laudanet, ainsi que le hameau établi à proximité pour loger les travailleurs de ce barrage, lequel retient les eaux du réservoir Decelles. En 1968, l'automatisation des opérations de l'usine hydroélectrique entraîna l'abandon de ce hameau. Le nom du barrage et du hameau proviendrait de la numérotation des rapides sur le cours de l'Outaouais supérieur, entre le lac Simard et le réservoir Dozois. La Canadian International Paper Compagny (CIP) a déjà possédé une immense réserve de bois au barrage de Rapide-Sept, où les remorqueurs de Baie-Carrière libéraient les billes des trains de flottage qui poursuivaient alors leur course sur l'Outaouais, emportées par le courant.

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : novembre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012