Retour aux résultats Version imprimable

Sainte-Luce

Origine et signification Le 29 août 2001, la municipalité du village de Luceville et la municipalité de la paroisse de Sainte-Luce se regroupaient pour constituer une nouvelle municipalité désignée sous le nom Sainte-Luce–Luceville; le 27 avril 2002, ce dernier était changé pour celui de Sainte-Luce. Pour plus d'information, nous vous invitons à consulter les rubriques des deux anciennes municipalités.

Date d'officialisation 2002-06-11

Spécifique Sainte-Luce

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Bas-Saint-Laurent

Municipalité régionale de comté (MRC) La Mitis

Municipalité Sainte-Luce (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 09092

Latitude nord     Longitude ouest 48° 33' 00" 68° 23' 00"

Coordonnées décimales -68.38333      48.55

Carte topographique 1/50 000 22C/09

Carte topographique 1/20 000 22C/09-0101

Anciens noms

  • Luceville  (Municipalité de village)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 29 août 2001. En effet, à cette date, la municipalité du village de Luceville et la municipalité de la paroisse de Sainte-Luce se regroupaient pour constituer une nouvelle municipalité désignée sous le nom Sainte-Luce–Luceville, lequel sera changé pour celui de Sainte-Luce, le 27 avril 2002. Le nom Luceville a toutefois été préservé et il identifie maintenant un secteur correspondant au territoire de l'ancienne municipalité du même nom. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité du village de Luceville. Enclavée dans la municipalité de Sainte-Luce, dont elle a été détachée en 1918, la municipalité du village de Luceville, en raison de sa proximité de Sainte-Flavie, se situe presque aux portes de la Gaspésie. Tout comme la municipalité mère, son identification et celle de ses citoyens, les Lucevillois, proviennent de l'un des prénoms d'une des seigneuresses de l'endroit, Gertrude-Luce – Luce-Gertrude suivant certaines sources – Drapeau (1794-1880). Celle-ci administrait, au nom de ses sœurs Angélique-Flavie et Angèle, la seigneurie Lepage-et-Thivierge, concédée à l'origine en 1696, dans la première moitié du XIXe siècle, laquelle englobait le territoire lucevillois et était la propriété de la famille Drapeau depuis la fin du XVIIIe siècle. Après avoir été identifié sous la dénomination de Sainte-Luce-Station à partir de 1883, le bureau de poste local prend le nom de la municipalité à compter de 1917. Parce que les limites municipales sont peu étendues, l'agriculture n'a pu y connaître un développement satisfaisant, mais l'exploitation du bois, surtout à des fins commerciales, assure la prospérité aux habitants.

  • Sainte-Luce  (Municipalité de paroisse)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 29 août 2001. En effet, à cette date, la municipalité de la paroisse de Sainte-Luce et la municipalité du village de Luceville se regroupaient pour constituer une nouvelle municipalité désignée sous le nom Sainte-Luce–Luceville, lequel sera changé pour celui de Sainte-Luce, le 27 avril 2002. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité de la paroisse de Sainte-Luce. Juste à l'est de Pointe-au-Père et à 16 km de Rimouski, plus à l'ouest, on découvre un territoire de 70 km² qui circonscrit la municipalité du village de Luceville et est connu comme la municipalité de la paroisse de Sainte-Luce. Sur le plan religieux, le territoire est d'abord connu à partir de 1829 comme la paroisse de Sainte-Luce, laquelle sera érigée civilement en 1835. L'année suivante, le bureau de poste local voyait le jour sous un nom identique. Quoique érigé en 1855 comme municipalité de la paroisse de Sainte-Luce, l'endroit avait été créé en 1845 sous celui de municipalité de Lessard et comprenait la paroisse de Sainte-Luce-de-Lessard, appellation sous laquelle on désignait couramment les lieux et qui souligne qu'anciennement le territoire était rattaché, en partie, à la seigneurie Lessard, concédée, en 1696, à Pierre Lessard et Barbe Fortin par le gouverneur Frontenac et l'intendant Champigny. Les Luçois doivent cependant leur gentilé à Luce-Gertrude Drapeau (1794-1880), épouse du notaire Thomas Casault, l'une des seigneuresses lors de l'érection canonique de la paroisse. Celle-ci se démarquait de ses sœurs, paraît-il, par sa haute intelligence et son grand sens pratique. Son père, Joseph Drapeau, armateur et marchand de Québec, avait acquis la seigneurie Lessard en 1790 et l'avait laissée en héritage à sa femme et à ses filles. En 1918, la municipalité du village de Luceville est créée à même le territoire de Sainte-Luce. Il convient de signaler que l'endroit fut, pendant longtemps et encore maintenant, un lieu de villégiature très recherché avec l'une des plus belles plages de sable de la région, ce qui lui vaut d'ailleurs d'être désigné populairement sous le nom de Sainte-Luce-sur-Mer.

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : novembre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012