Retour aux résultats Version imprimable

Port-Daniel–Gascons
La Commission de toponymie décline toute responsabilité quant à l'exactitude des fonds de carte (ex. : le tracé des frontières, qui n'est pas conforme à la position du gouvernement du Québec) et de la nomenclature qui y figure.

Origine et signification La nouvelle municipalité de Port-Daniel–Gascons a été créée le 17 janvier 2001. Elle est issue du regroupement de la municipalité de Port-Daniel et de la municipalité de la paroisse de Sainte-Germaine-de-l'Anse-aux-Gascons. Pour plus d'information, nous vous invitons à consulter les rubriques de ces anciennes municipalités.

Date d'officialisation 2001-01-25

Spécifique Port-Daniel–Gascons

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine

Municipalité régionale de comté (MRC) Le Rocher-Percé

Municipalité Port-Daniel–Gascons (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 02047

Longitude ouest     Latitude nord 64° 58' 00" 48° 11' 00"

Coordonnées décimales -64.96667, 48.18333

Carte topographique 1/50 000 22A/02

Carte topographique 1/20 000 22A/02-0201

Anciens noms

  • Port-Daniel  (Municipalité)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 17 janvier 2001. En effet, à cette date, la municipalité de Port-Daniel et la municipalité de la paroisse de Sainte-Germaine-de-l'Anse-aux-Gascons se regroupaient pour constituer la nouvelle municipalité de Port-Daniel–Gascons. L'appellation Port-Daniel a toutefois été préservée et elle identifie maintenant un village correspondant au noyau habité de l'ancienne municipalité du même nom. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité de Port-Daniel. En 1845, la municipalité du township de Port-Daniel était créée sur la côte sud de la Gaspésie, entre Paspébiac et Newport. Abolie en 1847, elle devait être rétablie comme municipalité de canton en 1855. Celle-ci devait donner naissance, en 1882, aux municipalités du canton de Port-Daniel-Partie-Est et du canton de Port-Daniel-Partie-Ouest, dont on réunira à nouveau le territoire, en 1990, sous l'appellation abrégée de Port-Daniel. Ces deux noms, tirés de celui du canton de Port-Daniel proclamé en 1839, auraient pour origine le marchand dieppois Charles Daniel (?-1661), frère du jésuite Antoine Daniel, qui fit quelques voyages en Nouvelle-France à titre de capitaine de vaisseau. Contemporain de Champlain et membre de la Compagnie des Cent-Associés, il demeure célèbre pour s'être emparé, en 1629, d'un établissement, le fort Rosemar, qui appartenait aux Anglais et qui était situé sur l'île du Cap-Breton. En 1534, Jacques Cartier baptise la baie qui borde la localité Conche Saint-Martin. Conche, du latin concha, conque, coque, coquille, désigne un enfoncement du rivage dont l'entrée est resserrée. Plus tard, Emmanuel Jumeau consignera Port Daniel sur sa carte de 1685 et l'usage populaire consacrera cette appellation retenue pour la seigneurie concédée à René Deneau en 1696, « au lieu dit le Port Daniel ». Les Micmacs, pour leur part, dénomment l'endroit Epsegeneg, lieu où l'on se chauffe, car derrière le barachois où ils établissent leur camp, ils jouissent d'une excellente protection contre le vent. Au début du XIXe siècle, des Écossais s'installent à cet endroit, et des Américains y inaugureront, en 1847, année de l'ouverture du bureau de poste de Port-Daniel, une conserverie de homard. Des Irlandais, des Anglais et des Jersiais peupleront par la suite les lieux et formeront la majorité des 825 personnes qu'on y comptait en 1825, fermiers, bûcherons et pêcheurs pour la plupart. De langue anglaise, c'est sans doute à cause d'eux qu'un bureau de poste ouvert en 1889 portera le nom anglais de Port Daniel West. En outre, ces pionniers de langue anglaise se sont dotés d'institutions religieuses comme la St. James Anglican Church et la St. Andrew's United Church établies en 1840, suivies, en 1855, de la fondation de la paroisse catholique de Saint-Georges-de-Port-Daniel. Des Acadiens et des Français s'y établiront également. Les Port-Daniélois jouissent de la présence de nombreux petits lacs pour la pêche et d'une belle plage protégée du vent pour les joies du plein air.

  • Sainte-Germaine-de-l'Anse-aux-Gascons  (Municipalité de paroisse)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 17 janvier 2001. En effet, à cette date, la municipalité de la paroisse de Sainte-Germaine-de-l'Anse-aux-Gascons et la municipalité de Port-Daniel se regroupaient pour constituer la nouvelle municipalité de Port-Daniel–Gascons. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité de la paroisse de Sainte-Germaine-de-l'Anse-aux-Gascons. Rattachée à la MRC de Pabok, en Gaspésie, cette municipalité, sise à 27 km au sud-ouest de Chandler, près de Port-Daniel, doit son nom à un fait anecdotique. À une époque indéterminée, un naufrage s'étant produit sur les côtes de Percé, un matelot, originaire de la Gascogne, se serait maintenu sur une épave, jusqu'à ce qu'il atteigne le rivage dans l'anse depuis lors dédiée aux Gascons. Le pluriel, très répandu dans les documents, peut s'expliquer par le caractère quelque peu légendaire de l'événement. Il n'est pas sans intérêt de souligner que l'hagionyme Sainte-Germaine commémore une sainte, elle aussi d'origine gasconne, sainte Germaine Cousin (1579-1601) qui, à l'âge de 9 ans, garde les troupeaux par tous les temps et mourra, seule, sous un escalier. De nombreux miracles lui ayant été attribués, elle sera canonisée en 1867. Les premiers véritables Gasconniens s'établissent en cet endroit avant 1850 et on y trouve alors des Gascons, des Normands, des Acadiens, des Basques, des Jersiais desservis sur le plan religieux par Port-Daniel. En 1899, on érige canoniquement la paroisse de Sainte-Germaine-de-l'Anse-aux-Gascons, détachée de Port-Daniel, qui donnera son nom à la municipalité de paroisse officiellement créée en 1902, désignée localement sous la forme abrégée Gascons. D'ailleurs, la population locale distingue l'anse proprement dite des lieux habités, usage que plusieurs auteurs respectent scrupuleusement. De nombreux lacs parsèment ce territoire de forme allongée s'évasant au fur et à mesure que l'on s'en va en direction de la baie des Chaleurs. Dans les environs de Gascons, de nombreux naufrages ont de tout temps été signalés.

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : mars 2014

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012