Retour aux résultats Version imprimable

Papineauville

Origine et signification La nouvelle municipalité de Papineauville a été créée le 29 novembre 2000. Elle est issue du regroupement de la municipalité du village de Papineauville et de la municipalité de la paroisse de Sainte-Angélique. Pour plus d'information, nous vous invitons à consulter les rubriques de ces deux anciennes municipalités.

Date d'officialisation 2001-01-25

Spécifique Papineauville

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Outaouais

Municipalité régionale de comté (MRC) Papineau

Municipalité Papineauville (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 80037

Latitude nord     Longitude ouest 45° 37' 00" 75° 01' 00"

Coordonnées décimales -75.01666      45.61666

Carte topographique 1/50 000 31G/11

Carte topographique 1/20 000 31G/11-0102

Anciens noms

  • Papineauville  (Municipalité de village)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 29 novembre 2000. En effet, à cette date, la municipalité du village de Papineauville et la municipalité de la paroisse de Sainte-Angélique se regroupaient pour constituer la nouvelle municipalité de Papineauville. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité du village de Papineauville. Dans la partie sud du territoire de Sainte-Angélique (1859) dont elle a été détachée en 1896, on retrouve une municipalité de village distante de 8 km de Montebello, plus au nord-est, et dont la limite sud, qui est constituée par la rivière des Outaouais, fait également office de frontière avec l'Ontario. Identifiée tout comme le bureau de poste créé en 1855 sous le nom de Papineauville, son origine donne lieu à une double interprétation. Suivant certaines sources, on aurait voulu honorer Joseph Papineau (1752-1841), père du célèbre Louis-Joseph Papineau, qui achète, en 1801, du Séminaire de Québec, la seigneurie outaouaise de la Petite-Nation où cette localité a été implantée. Selon une autre hypothèse avancée par James White, il faut plutôt y voir la reconnaissance populaire envers Denis-Benjamin Papineau (1789-1854), frère de Louis-Joseph, considéré comme le fondateur de l'endroit vers 1850. Commissaire des Terres de la couronne (1844-1847), député du comté d'Ottawa (1842-1847), il se fit le défenseur des droits du français au Parlement. Son épouse, Angélique-Louise Cornud, avait fait don du terrain sur lequel l'église et le presbytère ont été érigés. Aussi, pour ce motif, la paroisse de Sainte-Angélique, érigée canoniquement en 1853, a-t-elle immortalisé le prénom de cette bienfaitrice. Il convient peut-être, en définitive, d'y voir un hommage à toute la famille Papineau! Municipalité de village à la double vocation industrielle et agricole, on y retrouve notamment le siège d'une importante fabrique de pièces pyrotechniques. Papineauville a eu le privilège d'avoir comme premier maire Henri Bourassa, fondateur du Devoir et ardent nationaliste.

  • Sainte-Angélique  (Municipalité de paroisse)

    Il est à noter que cette municipalité n'existe plus depuis le 29 novembre 2000. En effet, à cette date, la municipalité de la paroisse de Sainte-Angélique et la municipalité du village de Papineauville se regroupaient pour constituer la nouvelle municipalité de Papineauville. L'appellation Sainte-Angélique a toutefois été préservée et elle identifie maintenant un secteur correspondant au territoire de l'ancienne municipalité du même nom. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne municipalité de la paroisse de Sainte-Angélique. La paroisse de Sainte-Angélique formée à même la partie de la seigneurie de La Petite-Nation désignée comme le « haut de la Petite Nation », fondée en 1851 et érigée canoniquement en 1853, a donné naissance à la municipalité de paroisse homonyme créée en 1855 et confirmée en 1859. Bornée au nord par la rivière de la Petite Nation, au sud par la rivière des Outaouais qui sépare l'Ontario du Québec, Sainte-Angélique est distante d'une dizaine de kilomètres de Saint-André-Avellin, plus au nord. Suivant la tradition, les Sainte-Angéliquois seraient redevables, d'une certaine manière, de leur nom collectif à Joseph Papineau qui identifie ainsi l'endroit par déférence envers sa bru, Angélique-Louise Cornud. Celle-ci avait épousé Denis-Benjamin Papineau (1789-1854), seigneur de la Petite-Nation, député du comté d'Ottawa de 1842 à 1847 et commissaire des Terres de la Couronne (1844-1847). Femme généreuse, elle a fait don d'un terrain pour la construction de l'église paroissiale ainsi que du presbytère.

Nouvelle recherche

Date de la dernière mise à jour : décembre 2018

Québec

© Gouvernement du Québec, 2012